Navigation – Plan du site

Errata no 78

p. 243

Plusieurs coquilles émaillent notre dernier numéro à la suite de divers aléas humains et techniques dont nous nous excusons auprès de nos lecteurs. Nous indiquons ci-dessous les seules erreurs ou omissions ayant des effets de sens, les autres ayant sans doute été corrigées in petto par les lecteurs.

Page 89 note 9 ligne 2 : le nom de Laura Vicchi – auteure de la monographie indiquée p. 90, note 15 – a été omis avant l’intitulé de sa thèse sur Epstein (« Jean Epstein e il cinema documentario »)

Page 156 lignes 1 et 2 à partir du bas du texte : il convient, bien sûr, d’ignorer les indications techniques concernant le document photographique et qui sont demeurées présentes.

Pages 194 1re colonne 4e § : effets inattendus d’un correcteur (sic) d’orthographe indûment mis en service ont induit dans le compte rendu de l’exposition consacrée au néo-réalisme italien quelques bévues singulières en proposant la traduction française de noms propres italiens.

Il convient donc de rétablir les patronymes de ces cinéastes qui ne sont pas Francesco Rongé, Pietro Germes, Renato Châtelains mais bien : Francesco Rosi, Pietro Germi, Renato Castellani.

Id., 2e colonne 2e § : il s’agit de Bertrand Tavernier (et non Bernard)

Page 217 2e colonne : la note de lecture concernant le livre de Jean-Pierre Bertin-Maghit ne mentionnait pas le nom de l’éditeur, la date d’édition ni le nombre de pages de l’ouvrage. Il s’agit donc de :

Jean-Pierre Bertin-Maghit, les Lettres filmées d’Algérie. Des soldats à la caméra (1954-1962), Paris, Nouveau Monde et ministère de la Défense, 2015, 368 p. + DVD