Navigation – Plan du site
Comptes rendus

DVD : Mr West au Pays des Bolchéviks de Lev Kouléchov ; Miss Mend, de Boris Barnet et Fedor Ozep

Lobster, 2016
François Albera
p. 222-225
Référence(s) :

DVD : Mr West au Pays des Bolchéviks de Lev Kouléchov ; Miss Mend, de Boris Barnet et Fedor Ozep, Lobster, 2016

Texte intégral

1Deux films soviétiques des années 1920 sortent en DVD en France grâce à Lobster : le fameux Mr West au Pays des Bolchéviks du collectif Kouléchov (rebaptisé, auteurisme oblige, « de » Lev Kouléchov), qui date de 1924, et le serial de Boris Barnet et Fédor Ozep, Miss Mend, moins accessible, sinon en 35mm, dans quelques cinémathèques. C’est évidemment réjouissant car depuis la massive initiative de BAC film qui reprenait le catalogue des films Cosmos (de Richard Delmotte), alignant tout à trac et dans un certain désordre des films parfois rares (notamment deux Barnet réalisés pendant la guerre) avec des films-bonus inattendus (Trois chants sur Lénine de Vertov, la Pipe du Communard de Mardjanov, des dessins animés des années 1920, etc.), et dont aucun n’avait fait l’objet d’un soin quelconque de ressortie, aucune édition de film soviétique n’avait eu lieu. On a déjà souligné le contraste de cette situation française avec l’allemande où les éditions filmmuseum sont exemplaires.

2Miss Mend est une rareté dont Lobster édite pour la première fois une version française. Le film est dit « restauré avec les teintes d’origine », mais il semble que la seule nouveauté soit le teintage car – comme l’édition Blackhawk de 2009 avec intertitres en anglais – cette version du film est celle que montre depuis les années 1980 le Gosfilmofond. La musique originale de Robert Israel est également celle de l’édition américaine (ce sont des variations sur des airs connus en lien avec les séquences. Au début on entend la 4e « romance sans parole » de Mendelssohn [op. 67] qui sert de générique au « Masque et la Plume »...). Les bonus entretiennent des liens assez distendus avec le film-titre sinon sur le plan thématique au sens large et une certaine ironie (laboratoire scientifique et attaque insidieuse par contamination) : il s’agit d’un documentaire muet, l’Air liquide, provenant de la Cinémathèque de Paris et un film américain de 1951, Survival Under Atomic Attack, avec les préconisations dispensées à la population des États-Unis en cas d’attaque nucléaire (soviétique). L’édition américaine proposait un commentaire sur le film avec quelques extraits et documents (plusieurs affiches et deux critiques parues dans la presse cinématographique de l’époque) à l’appui ainsi qu’un petit documentaire sur l’interprétation musicale d’Israel. Dommage de ne pas les avoir repris dans cette édition française.

3Regrettons en revanche que ni l’une ni l’autre de ces éditions n’aient songé à s’intéresser au roman-feuilleton de Marietta Chaguinian (qu’elle signa Jim Dollars), Mess Mend ou un Yankee à Pétrograd (évoqué au passage dans la brève introduction de Serge Bromberg), best-seller dont les fascicules étaient mis en page et illustrés par Alexandre Rodtchenko (1923-1925). En fournir l’iconographie eût été bienvenu. Comme d’évoquer le cadre dans lequel s’inscrit ce film, « l’américanisme », alors en vogue dans une partie de la production cinématographique soviétique, ce dont témoignent aussi Mr West ou le Rayon de la mort du collectif Kouléchov – auquel ont appartenu la plupart des acteurs de Miss Mend. Il s’agissait pour ces cinéastes (entendre par là à la fois réalisateurs, scénaristes, acteurs, techniciens) de reprendre les procédés du cinéma d’aventure, de détective ou de comédie américains, jugés les plus « performants » (vitesse, efficacité, rythme, modernité) et de les mettre au service de thématiques soviétiques. Nikolaï Boukharine, membre de la direction politique du PC(b), avait lancé le mot d’ordre « Il nous faut des Pinkerton rouges » en 1922 et, tant Chaguinian avec son feuilleton que Barnet et Ozep prennent cette recommandation au pied de la lettre, puisque dès la première séquence du film on assiste à une grève dans une usine américaine (l’usine Stern) et à l’intervention musclée des policiers de l’agence Pinkerton qui fomentent une provocation afin de pouvoir matraquer et même tirer à balles sur les manifestants. La célèbre agence, en effet, fondée par Alan Pinkerton, œuvra tour à tour dans la lutte contre le banditisme, le contre-espionnage mais aussi dans la répression anti-ouvrière.

4Selon Leonid Heller, le genre du « Pinkerton rouge », « polygone expérimental », « a favorisé la recherche de nouveaux procédés littéraire » (De la science fiction soviétique par-delà le dogme, un univers, L’Âge d’Homme, 1979). En a-t-il été de même au cinéma où les cinéastes d’avant-garde comme Vertov et Eisenstein stigmatisaient sévèrement les « détectives » rouges ? La question mérite d’être reposée ; elle n’est pas simple. Boukharine et les administrateurs des fabriques cinématographiques pensaient en effet à des films « à l’américaine » où les miliciens soviétiques remplaceraient les détectives, et à des récits « rouges ». Kouléchov et son groupe (d’abord ses étudiants puis ses collègues) poussèrent cependant l’étude de ces procédés, tant narratifs que de découpage, montage et de jeu d’acteur, bien au-delà du « fonctionnalisme » souhaité. En réalité, ils retournèrent les principes du mouvement des corps et de la dramaturgie en les pratiquant de manière excessive et parodique et, surtout, en ne respectant pas la cohérence de genre. Noël Burch a pu parler à ce propos de « distanciation brechtienne » (dans le catalogue Boris Barnet du festival de Locarno de 1985).

5On voit bien, dans Mr West, que les ingrédients sont portés au grotesque – les poursuites, les bagarres, les truands – à l’égal de la caricature qui est faite de la société soviétique dans la presse américaine. De même dans Miss Mend nous montre-t-on sans ambiguïté comment on fait passer pour victime des bolchéviks un homme d’affaires que rançonne une organisation fascisante. Si Barnet, Fogel, Komarov et Nathalie Glan sortent tout droit du « laboratoire » Kouléchov où ils ont appris les pratiques corporelles d’acteurs et d’acrobates inspirées du delsartisme, Igor Ilinsky, lui, est un acteur du théâtre Meyerhold, rompu à la bio-mécanique. Il incarne ici un rôle de gros garçon naïf se dandinant qui le distingue des reporters Barnet et Fogel, même si leur activité est moins portée à effectuer leur travail de la manière la plus efficace qu’à tenter de séduire la secrétaire, Miss Mend, qui s’est solidarisée, lors de la grève, avec les manifestants, et à l’aider à déjouer la police. Comme dans Mr West et même la Journaliste, le film reprend des valeurs consacrées du monde soviétique, y compris de l’avant-garde (le reporter, écrivain de la modernité supplantant le poète ou le prosateur en chambre) et en offre une satire. Comme ces films le font aussi des miliciens qui sauvent les victimes et rétablissent l’ordre, sans que jamais leurs prestations soient spectaculaires ni héroïques. Ces productions ne rompent donc pas avec le cinéma divertissant – que vouaient aux gémonies au même moment Vertov, au nom de la « chronique » (le cinéma non-joué), et Eisenstein, au nom du cinéma « intellectuel » – elles en poussent au contraire à leur comble les composants et les codes, mêlant de surcroît ceux-ci : le mélodrame, l’aventure, le « policier », l’espionnage, la science-fiction, débarrassés de tout pathos, de toute « intériorité », la comédie, voire le burlesque, étant l’interprétant général. Comment s’articule le propos politique et le récit d’amour et d’aventure parodique est évidemment un autre problème. Les ingrédients que sont l’existence, dans Miss Mend, d’une organisation occulte récoltant de l’argent pour fomenter une action contre l’URSS par empoisonnement au gaz, comme celle qui veut anéantir la patrie du socialisme avec un rayon de la mort dans le film du même nom, désignent une nébuleuse fasciste. Elle occupe une place similaire aux réseaux maffieux du Dr Mabuse de Thea von Harbou et Fritz Lang ou même à ceux du Komintern dans Die Spione. Mais là où Lang ménage une neutralité de la société dans son ensemble (dirigeants d’entreprises, ouvriers, policiers), Ozep et Barnet tracent de supplémentaires lignes de démarcation : les démocrates progressistes que sont les reporters, la secrétaire et son prétendant forgent leur conviction antifasciste et pro-soviétique dans la solidarité avec les travailleurs en lutte à la fois contre les patrons, la police, les fascistes et la presse.

6Mr West procède autrement en faisant émerger les mauvais garçons des bas-fonds soviétiques, une pègre théâtralisée avec un chef (Poudovkine) habillé en gandin et des personnages semblant issus d’une Cour des miracles (éclopés, borgnes), enclins à se battre entre eux à tout propos. Le point fort du collectif Koulechov par rapport au serial de Barnet et Ozep est de travailler à partir de stéréotypes affichés comme tels puisque les magazines américains que Mr West a emportés dans sa serviette évoquent un monde soviétique horrifique, de bolchéviks au couteau entre les dents, etc. Cela autorise, au plan même de l’énonciation, tous les débordements car sur la base des stéréotypes de l’anti-soviétisme, les truands vont renchérir pour terroriser leur otage. Cela permet à Mr West des excès que Miss Mend ne pratique nullement aux plans du jeu des acteurs (déplacements dans l’espace, décomposition des gestes, mimiques, déguisements), des décors, des actions de toutes sortes (poursuites, bagarres). Les acteurs de Miss Mend contrôlent tout autant que ceux de West leurs gestes et leur expression corporelle – Fogel en particulier – mais ils les mettent au service d’un récit à rebondissements – ou au suspense qu’il convient de ménager à certains moments – sans leur donner cette autonomie d’« attraction » qui caractérise West. Ils demeurent plus « fonctionnels » que démonstratifs, le « modèle » de cette différence pouvant être repéré sur le personnage que joue Barnet dans l’un et l’autre film : dans West il se comporte déjà comme dans Miss Mend – il caracole, poursuit, saute dans une voiture en marche, grimpe le long d’une façade et fait le coup de poing sans s’adonner à ces espèces d’exercices de style auxquels se livrent Podobed, son maître, et les truands (grimaces, mimiques, minauderies). Dans Miss Mend c’est Ilinsky qui se donne en spectacle le plus généreusement, n’ayant en somme aucune fonction dramatique sinon celle d’accompagner les autres en les parodiant, trébuchant au passage ou tombant à l’eau par inadvertance. Il y a pourtant plus d’un morceau de bravoure dans ce film comme cette bagarre entre Barnet et Koval-Samborski qui n’en finit pas et délabre progressivement les deux protagonistes. Par ailleurs, dans une scène de « viol », la violence du désir de Koval-Samborski à l’endroit de Natalia Glan, sa gestualité et ses déplacements dans l’espace, comme le découpage du film, semblent être construits sur un rythme de tango qui fait penser à une scène du Chien andalou à venir.

7Les deux films ont une qualité presque collatérale de leur recherche de l’aventure et de l’activisme : les vues dans les décors urbains de Moscou ou de Leningrad où les films se tournent, souvent sans précaution particulière par rapport aux passants et à l’environnement. Compte tenu de la luminosité et de l’ouverture des objectifs utilisés, les paysages urbains sont profonds et d’une étonnante intensité, comme certains intérieurs (cabanes, restaurants, laboratoires) donnant une dimension documentaire à ces films. De même relevons ce « détail » sociologique, dans West comme dans Miss Mend, de ces petits enfants errants (les bespryzorniki), orphelins nés de la guerre civile et de la famine de 1920-1. Figure de Gavroche marginale mais frappante cependant.

NB. Serge Bromberg nous indique que contrairement à ce qui a été écrit Lobster a « repris le même élément film que l’édition américaine : nous l’avons entièrement remastérisé. Il ne s’agit en aucun cas d’un clone de cette édition américaine, mais d’une remastérisation complète, et d’un travail sur l’image très poussé (même si les images sont effectivement les mêmes). » Édition américaine qui n’est plus disponible et pour laquelle Lobster avait déjà assuré des travaux techniques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Albera, « DVD : Mr West au Pays des Bolchéviks de Lev Kouléchov ; Miss Mend, de Boris Barnet et Fedor Ozep », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 79 | 2016, mis en ligne le 18 janvier 2017, consulté le 27 juin 2017. URL : http://1895.revues.org/5219

Haut de page

Auteur

François Albera

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page