Navigation – Plan du site
Études

Mimmo Rotella et la cinéphilie populaire

Mimmo Rotella and popular cinephilia
Vanessa Morisset
p. 70-93

Résumés

Le cloisonnement entre la culture savante et la culture populaire s’est trouvé brillamment remis en cause dans la vie artistique romaine, quand les peintres d’avant-garde et les studios de Cinecittà ont peu à peu repris leurs activités après la guerre. Rome se peuple alors de peintres, d’acteurs, de réalisateurs, de techniciens qui, non seulement, se rencontrent dans les bars et les restaurants mais aussi sur les plateaux de tournage où les artistes gagnent leur vie en tant que figurants et décorateurs. La porosité des milieux artistique et cinématographique s’organise. Mimmo Rotella y contribue tout particulièrement. Du début des années 1950 à 1964, lorsqu’il vit à Rome, ses tableaux reflètent son rapport personnel au cinéma, qui relève par certains côtés du dilettantisme et par d’autres est plus professionnel. Mais surtout, il en résulte des références cinématographiques qui appartiennent essentiellement au registre d’une cinéphilie populaire. Par ce biais, ses œuvres apportent une connaissance inédite du cinéma italien.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Programmation des cinémas romains et réception des spectateurs
Une composante essentielle de l’univers du cinéma
Un corpus populaire

Aperçu du début du texte

Quoi de plus éloigné a priori que la peinture abstraite présentée à une poignée d’amateurs dans des galeries distinguées et la production cinématographique industrielle soucieuse de satisfaire la boulimie d’images du grand public ? Obéissant à une conception étanche entre culture savante et culture populaire, cette question reflète sans doute une certaine réalité, en particulier en France, mais trouve un extraordinaire démenti dans la vie culturelle et artistique romaine, à l’époque où les peintres d’avant-garde et les studios de Cinecittà se réveillent, au début des années 1950.

Concernant les arts plastiques, après la confusion de la période fasciste, qui a alterné une politique tantôt avant-gardiste tantôt révolutionnaire, l’art, à Rome, connaît un nouveau dynamisme, stimulé par la modernisation de la ville, plus seulement vouée à l’éternité : sillonnée par des Fiat et des Vespa, elle accueille des créateurs et des étudiants étrangers, en particulier américains, et surtout voit ém...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vanessa Morisset, « Mimmo Rotella et la cinéphilie populaire », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 79 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://1895.revues.org/5168 ; DOI : 10.4000/1895.5168

Haut de page

Auteur

Vanessa Morisset

Vanessa Morisset est maître de conférences en histoire de l’art contemporain et critique d’art. Elle a soutenu en 2015 une thèse portant sur « Peinture et cinéma dans l’œuvre de Mimmo Rotella autour de 1960 » (Université de Grenoble). Par ailleurs, elle écrit de nombreux articles sur les relations entre l’art et le cinéma dans la création actuelle.

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page