Navigation – Plan du site
Études

Des cinémathèques au patrimoine cinématographique. Tendances du questionnement historiographique français

From film archives to film heritage. French questioning of historiographical trends
Stéphanie-Emmanuelle Louis
p. 50-69

Résumés

Les cinémathèques s’étant peu à peu imposées comme des musées du cinéma, la problématique patrimoniale s’est développée concomitamment à l’écriture de leur histoire. Quels en furent les enjeux de développement, les facteurs de mutation, et quelles perspectives se dessinent-elles à l’heure actuelle ? Au-delà d’une tendance ancienne à écrire l’histoire depuis l’intérieur des organismes concernés, la transformation du questionnement s’est produite à la faveur de facteurs conjugués : la quête de légitimité d’acteurs du patrimoine réfléchissant à leurs pratiques ; l’appropriation du sujet par une génération d’auteurs plus distante des faits évoqués ; la nécessité de rationaliser la politique de ce secteur cinématographique parallèlement à un tournant culturel de l’historiographie du cinéma.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

L’histoire des cinémathèques par elles-mêmes : « autocélébration », « histoire sainte » et « recherche de la vérité »
Vers une histoire ouverte : augures et postures du tournant culturel
Nouvelles pistes : l’histoire du cinéma à l’aune de la patrimonialisation

Aperçu du début du texte

Sur le patrimoine cinématographique en France, malgré un paysage institutionnel désormais fort diversifié, un déséquilibre historiographique persiste avec la concentration des publications autour de la Cinémathèque française. Plusieurs explications peuvent être apportées à ce phénomène. D’une part, l’accessibilité jusqu’alors plutôt restreinte des sources surtout pour les périodes les plus récentes, difficulté se résolvant au bénéfice du classement accéléré et de l’ouverture progressive des fonds institutionnels. D’autre part, l’antériorité historique de la Cinémathèque française, puisque, fondée en 1936, elle se révèle la première structure nationale à pouvoir pérenniser un projet patrimonial pour le cinéma, palliant les carences de l’État en ce domaine pendant plus de trente ans. Sans oublier enfin, l’aura hors pair d’Henri Langlois – à la tête de l’association, de la création à sa mort en 1977 –, nourrie par l’image d’un poète maudit aux projets contrariés par de multiples incomp...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie-Emmanuelle Louis, « Des cinémathèques au patrimoine cinématographique. Tendances du questionnement historiographique français », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 79 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 29 mai 2017. URL : http://1895.revues.org/5167 ; DOI : 10.4000/1895.5167

Haut de page

Auteur

Stéphanie-Emmanuelle Louis

Stéphanie-Emmanuelle Louis docteure de l’EHESS en histoire contemporaine, post-doctorante à l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP-CNRS) a soutenu une thèse sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Elle a publié récemment dans les ouvrages collectifs la Culture une affaire d’Etat, Archives et acteurs des cinémas d’animation en France et dans la revue Ethnologies.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page