Navigation – Plan du site
Études

Studios, Ligues, Societies : programmer le film scientifique dans les salles d’avant-garde

Studios, Leagues, Societies: programming scientific films in avant-garde cinemas
Maria Ida Bernabei
p. 32-49

Résumés

Si entre les deux mondes apparemment séparés de la cinématographie scientifique et de l’avant-garde européenne, on a pu déjà remarquer quelques croisements explicites dans la pratique de réutilisation de morceaux de films scientifiques dans certains films dits d’avant-garde et dans l’apparition de personnalités « hybrides » telles que celles de Jean Painlevé et Jan Cornelis Mol, il y a un chapitre ultérieur, ignoré à tort, qui prouve la fascination avant-gardiste pour le film scientifique : c’est l’inclusion structurée de ce dernier au sein de la programmation des salles spécialisées qui apparaissent au cours des années 1920. Parmi d’autres, nous verrons dans cet article les cas du Vieux-Colombier, du Studio des Ursulines, du Studio 28, des salles néerlandaise Filmliga et anglaise London Film Society.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Paris. Vie sentimentale des végétaux et animaux photogéniques
Performances animales à la London Film Society
La Cristallisation – Triptyque !
Cristaux, vies dans une goutte d’eau et champignons phalliques. J. C. Mol à la Filmliga
Épilogue

Aperçu du début du texte

Que le film scientifique puisse présenter quelques problèmes d’ordre taxinomique, c’est évident dès le tout premier mot de la cinquième ligne du plus important texte historique consacré à la cinématographie scientifique française : ce mot est avant-garde et il ne s’agit pas d’un compliment ; bien au contraire, assumer le fait que déjà Bardèche et Brasillach avaient classé le cinéma scientifique sous le chapitre dédié à « l’avant-garde », provoque le malaise discret du docteur Thévenard, auteur très connu de documentaires de vulgarisation scientifique, ainsi que co-auteur de cette œuvre.

En effet, il y a eu bien des croisements entre les destins du film scientifique et de l’avant-garde européenne : inconscients, indirects, parfois explicites. Comme exemples manifestes, on peut penser à l’utilisation de séquences de films scientifiques par les cinéastes dits d’avant-garde : Nosferatu de Murnau montre des scènes du film de l’Ufa, l’Âme des plantes (1920) ; Germaine Dulac, dans son Étude...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Ida Bernabei, « Studios, Ligues, Societies : programmer le film scientifique dans les salles d’avant-garde », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 79 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://1895.revues.org/5165 ; DOI : 10.4000/1895.5165

Haut de page

Auteur

Maria Ida Bernabei

Maria Ida Bernabei est doctorante en co-tutelle entre l’Université IUAV de Venise et l’Université Paris-8, sous la direction de Marco Bertozzi et Dominique Willoughby, avec un projet de thèse qui porte sur la dimension esthétique du cinéma scientifique muet. Elle a publié La linea sperimentale. Un percorso di ricerca attraverso quarant’anni di cinema documentario italiano (2013).

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page