Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Jean-Loup Bourget, Cecil B. DeMille, le gladiateur de Dieu

Paris, Presses Universitaires de France, 2013
Pierre Stotzky
p. 230-232
Référence(s) :

Jean-Loup Bourget, Cecil B. DeMille, le gladiateur de Dieu, Paris, Presses Universitaires de France, 2013, 208 p.

Texte intégral

1Le premier mérite de cet essai stimulant est de donner envie de se plonger dans l’œuvre demillienne et l’auteur atteint donc sans peine l’objectif fixé en préface : « procéder à une réévaluation de DeMille, qui ne soit dépourvue ni de subjectivité ni d’enthousiasme, mais qui s’écarte a priori des lectures les plus courantes de l’œuvre : hagiographie macmahonienne d’un côté, accusation habituelle et banale de kitsch de l’autre. » (p. 4). En effet, si cette promenade dans une filmographie pléthorique est menée par un guide qui prend un plaisir manifeste et communicatif à revisiter l’œuvre du réalisateur de films qui ont agréablement marqué son enfance et son adolescence, il ne cède cependant en rien à la facilité de ses deux prédécesseurs français les plus récents, Michel Mourlet et Luc Moullet. Le premier, malgré l’intérêt documentaire de son ouvrage de 1968 réédité en 1971, verse dans l’apologie la plus assumée tandis que le second, auteur d’un essai paru chez Capricci en 2012, retourne l’habituelle accusation de kitch dans un sens élogieux selon le navrant argument : « plus c’est mauvais, plus c’est bon » (p. 110).

2Ni biographie, ni monographie exhaustive, l’ouvrage de Bourget prend la forme d’un parcours en cinq étapes : « Moïse, Samson, Jésus », « Les gladiateurs », « Christianisme musclé et métempsychose », « Idéologies demiliennes », « De Mille : un homme en son temps ». L’inspiration biblique qui irrigue l’ensemble d’une œuvre de plus 70 titres est donc la porte d’entrée choisie par l’auteur qui prend au sérieux la vocation de prédicateur qui fut parfois celle de DeMille. Si la variété de l’œuvre est manifeste (rappelons que DeMille est par exemple un pionnier de la comédie américaine et qu’il tourne au début des années 1920 une série de comédies du mariage ou du remariage), l’auteur choisit surtout d’explorer la veine qui fait encore la renommée du réalisateur, le grand spectacle, qu’il s’agisse du péplum ou du western, auquel est largement consacré la quatrième partie de l’ouvrage. Cette lecture thématique présente l’intérêt de briser les fausses continuités ou discontinuités d’une présentation chronologique en insistant au contraire sur les thèmes ou procédés récurrents de ce qu’il faut bien considérer comme une œuvre, au même titre que celle d’un Vidor ou d’un Mallick auxquels Bourget comparent à plusieurs reprises DeMille. À cet égard, la réitération de certains titres (qu’on pense évidemment aux Dix Commandements, 1923 et 1956 ou au Mari de l’Indienne, 1914, 1918, 1931) illustre la cohérence de l’inspiration du réalisateur, de même que celle du procédé des prologues (le plus célèbre restant celui de la version de 1956 des Dix Commandements ou le réalisateur présente lui-même le film et son message, sur une scène de théâtre) ou du thème de la migration des âmes que Bourget a l’originalité de prendre très au sérieux (l’analyse de l’épisode babylonien de l’Admirable Crichton, 1921, est à cet égard très éclairant). Au total, une vingtaine de films sont présentés par l’auteur qui choisit pour les éclairer de recourir largement à sa connaissance de l’histoire de l’art et de la civilisation anglo-saxonne ainsi qu’à une abondante bibliographie en langue anglaise, qu’il s’agisse d’ouvrages d’historiens, de souvenirs ou d’articles de presse contemporains. C’est assurément l’aspect le plus intéressant de l’ouvrage, à mettre notamment en regard avec la description très auto-centrée de la filmographie demillienne par Moullet. Bourget attache ainsi un soin salutaire aux sources picturales, poétiques, romanesques ou théâtrales des films de DeMille. Il met ainsi à mal un vieux lieu commun du discours sur le cinéma américain qui veut que la qualité de celui-ci soit due en grande partie à l’absence de tradition culturelle de ses auteurs. Ce stéréotype tenace, qui date au moins en France des premières critiques des années 1910 et 1920, a la vie dure, on en retrouve la trace jusque dans l’essai de Moullet qui peut ainsi écrire qu’il existe en Amérique « beaucoup de livres sur C.B., hélas proche de la veine de Gala, et dépourvus d’attention à l’art du cinéma » (page 169), remarque qui le dispense évidemment de toute référence précise à ces ouvrages... Les deux derniers chapitres ont en partie pour fonction de désamorcer ou de prendre en compte certaines des critiques les plus virulentes adressées à DeMille. Bourget n’esquive donc pas les questions les plus fâcheuses : les accusations de fascisme, d’antisémitisme, d’anticommunisme primaire, d’autoritarisme, de racisme anti-indien sont donc successivement abordées et désamorcées de manière plus ou moins convaincante. Chacun est libre de suivre ou non les conclusions de l’auteur, il semble tout de même difficile d’exonérer le réalisateur de son soutien actif au maccarthysme et de sa tentative de prise de contrôle de la Guilde des Réalisateurs, le soir du 22 octobre 1950. De même, opposer une vision « politiquement correcte » des Indiens dans les westerns progressistes des années 1950 et 1960 à celle « primitiviste » des westerns de DeMille ne convainc pas totalement, surtout quand on connaît l’histoire et l’usage de cette « notion » aux États-Unis.

3Au final, plus que des critiques, cet ouvrage appelle trois remarques. Tout d’abord, comme Bourget le signale dès l’introduction, l’œuvre de DeMille est encore largement invisible, notamment pour le public français. La Fille sans Dieu (1928) vient d’être édité chez Bach Films, mais la Loi de Lynch (1933), Four Frightened People (1933), Land and Liberty (1939), pour ne citer que trois titres des années 1930 dont les descriptions, c’est une qualité indéniable de l’ouvrage, suscitent la curiosité, sont, par exemple, introuvables. De plus, alors que l’importance de DeMille est avérée (il tourne le premier long métrage à Hollywood, est l’un des fondateurs de la Paramount, un sinon le réalisateur « le » plus populaire du cinéma américain pendant un demi-siècle), on ne peut que regretter l’absence en langue française d’une vraie monographie à son sujet, d’un ouvrage d’une ampleur adaptée à la démesure et à l’importance historique du personnage. Bourget cite en bibliographie l’ouvrage collectif édité en 1991 à l’occasion des Journées du cinéma muet de Podernone : il est indisponible sur le site de l’éditeur, absent selon le catalogue en ligne du Sudoc de toutes les bibliothèques universitaires de France... Enfin, et cette remarque est par contre adressée à l’auteur, l’absence de Forfaiture (1915) est tout de même étonnante, surtout dans un ouvrage français qui s’intéresse aussi à la réception de l’œuvre de DeMille. Il n’est sans doute pas besoin d’insister ici sur l’importance historique qu’a jouée en France la projection de ce titre en 1915 tant sont nombreux les textes qui attestent de son impact sur les contemporains. Parmi bien d’autres, rappelons que, pour Léon Moussinac, après la Sortie des Usines Lumière à Lyon (1895), c’est le premier titre, soit vingt ans après, qui est indiqué comme étape marquante dans Naissance du Cinéma (repris dans l’Age ingrat du cinéma, Editeurs Français Réunis, 1967, p. 41). Si l’on ouvre les souvenirs d’Henri Fescourt (la Foi et les Montagnes ou le 7ème art au passé, Paris, Publications Photo-Cinéma, 1959, pp.142-143) on peut y lire que « le délire que suscita cette œuvre subsistait intact dix années plus tard ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Stotzky, « Jean-Loup Bourget, Cecil B. DeMille, le gladiateur de Dieu », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 78 | 2016, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://1895.revues.org/5151

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page