Navigation – Plan du site
Archives

Ivan le Superbe ou Mosjoukine en correspondance

Ivan The Magnificent or Mosjoukine through his correspondence
Myriam Juan
p. 148-163

Résumés

Cet article présente plusieurs lettres adressées à Ivan Mosjoukine en France dans les années 1920, aujourd’hui conservées dans les archives de l’acteur au RGALI à Moscou. Un premier ensemble épistolaire documente les démarches entreprises par Abel Gance, entre la fin de l’année 1923 et l’été 1924, pour convaincre la star d’interpréter le rôle-titre de son Napoléon. Un second a trait à la sortie d’Ivan Mosjoukine du Ciné-Club de France en 1925. Enfin, une lettre écrite par un ouvrier ébéniste en 1928 renseigne sur le pouvoir de séduction exercé par l’acteur sur le public et, par-delà, sur le rôle des vedettes dans la découverte et l’amour du cinéma. À travers ces documents se fait ainsi jour le statut singulier de celui que le critique Juan Arroy présentait à la fin de la décennie comme la « seule vedette mondiale du cinéma français ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

L’affaire Napoléon (1923-1924)
La brouille avec le Ciné-Club de France (1925)
Lettre de Joseph Machabert, ouvrier ébéniste et admirateur de Mosjoukine (1928)

Aperçu du début du texte

Ivan Mosjoukine fut dans les années 1920, selon le critique Juan Arroy, la « seule vedette mondiale du cinéma français ». L’acteur russe, émigré à Paris au début de la décennie, occupe de fait une place à part dans cinéma français de la période. Il jouit d’une renommée internationale à l’heure où la presse ne cesse de déplorer le manque de rayonnement des vedettes hexagonales ; il suscite l’enthousiasme d’une cinéphilie cultivée alors naissante comme celui du grand public ; il fait figure de grand acteur, de star et même d’auteur (il signe le scénario de plusieurs de ses films et en réalise deux). Parti fin 1926 pour Hollywood où il ne tourne qu’un seul film, Mosjoukine a poursuivi ensuite sa carrière en Allemagne avant de tenter sans succès un retour dans les studios français au début des années 1930, au moment du passage au parlant. Mort de la tuberculose à Neuilly à l’âge de seulement quarante-neuf ans en janvier 1939, il est enterré en France, mais ses archives ont été déposées ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Juan, « Ivan le Superbe ou Mosjoukine en correspondance », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 78 | 2016, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 26 avril 2017. URL : http://1895.revues.org/5122 ; DOI : 10.4000/1895.5122

Haut de page

Auteur

Myriam Juan

Maître de conférences en études cinématographiques à l’Université de Caen Basse-Normandie. A soutenu en 2014 une thèse en histoire portant sur la construction du vedettariat cinématographique français pendant l’entre-deux-guerres (« « Aurons-nous un jour des stars ? » Une histoire culturelle du vedettariat cinématographique en France, 1919-1940 »). Auteure de plusieurs articles sur le vedettariat, les acteurs (dont une contribution au no 65 de 1895 revue d’histoire du cinéma sur l’histoire des métiers du cinéma en France des origines à 1945), ainsi que sur les publics de cinéma.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page