Navigation – Plan du site
Études

Les aventures de M. Grand-Art au pays des capitalistes. Le roman de l’artiste-victime-de-l’industrie

The adventures of Mr. Great-Art in the land of the capitalists
Virgilio Mortari
p. 64-87

Résumés

Il y a quelques années, la publication de plusieurs ouvrages sur le cinéma d’avant-garde semblait pouvoir rouvrir le débat sur ce sujet, longtemps dominée par la perspective formaliste, laquelle établissait une nette opposition entre production artistique et production industrielle. Le cas de Jean Epstein offre un terrain particulièrement fécond pour saisir les relations entre prétentions artistiques et exigences mercantiles de cette génération de cinéastes qu’on a appelée la « première avant-garde ». En effet, après avoir travaillé pour les plus importantes firmes de l’époque, Epstein fonde sa propre maison de production ; mais cette entreprise connaîtra un échec dont Epstein ne saura pas se remettre. La riche correspondance d’Epstein, sur laquelle nous nous appuierons et qui est presque entièrement inédite, permet toutefois de saisir ce moment crucial de sa production sous une lumière nouvelle, en dehors du mythe de l’artiste-victime-de-l’industrie.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Faisons un rêve
Le rêve tourne au cauchemar – La vente d’Usher en France
Le rêve tourne au cauchemar II – La vente d’Usher à l’étranger
Tableau des ventes d’Usher sur les marchés nationaux*
L’œuvre d’art à l’époque de sa commercialisation

Aperçu du début du texte

Ces deux extraits appartiennent à deux lettres envoyées par Jean Epstein, l’une à sept ans de distance de l’autre (1923-1930). À l’époque de la première, Epstein est considéré comme l’un des cinéastes français les plus prometteurs, il est l’un des théoriciens les plus admirés ; l’homme de la deuxième vit une situation quasi misérable. Comment en est-il venu à un tel renversement ? Faute de n’avoir pas su maintenir ses promesses, ni pour les articles – comme il l’avoue lui-même –, ni pour les films ? Peut-être le cinéaste d’avant-garde » a-t-il été écrasé par l’industrie-cinéma ?

Quelques faits, d’abord. Epstein, jeune promesse, travaille pour les firmes les plus puissantes de l’époque : après le début de Pasteur (1922) chez Jean Benoit-Lévy, il passe à Pathé-Consortium, signant un contrat pour dix ans ; mais l’entente se rompt déjà en mars 1924 – quand Pathé est passé sous le contrôle de Cinéromans : cinq films en deux ans. Epstein s’accorde alors avec Albatros, « colonie » d’exilés ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virgilio Mortari, « Les aventures de M. Grand-Art au pays des capitalistes. Le roman de l’artiste-victime-de-l’industrie », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 78 | 2016, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 26 mai 2017. URL : http://1895.revues.org/5111 ; DOI : 10.4000/1895.5111

Haut de page

Auteur

Virgilio Mortari

Doctorant à l’Université Paris 3 avec un sujet de thèse sur Epstein (sous la direction d’Antonio Somaini). A publié « Jean Epstein o del cinema come strumento » (2012).

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page