Navigation – Plan du site

Hommage à Raymond Chirat (1922-2015)

Éric Le Roy
p. 213-214

Raymond Chirat nous a quittés au cœur de l’été, à l’âge de 93 ans, après avoir donné sa vie au cinéma, une passion qui l’animait depuis son enfance. Cela faisait exactement trente ans jour pour jour que nous nous connaissions. Venu à l’Institut Lumière en tant que documentaliste à la bibliothèque qui porte désormais son nom, nous avons tout de suite partagé notre amour du cinéma et j’ai été vite adopté par le club des lyonnais, des Chardère (Bernard et Alice) aux Chirat (Raymond et Mijo) ou Thierry Frémaux, et noué une amitié jamais démentie autour de cette constellation dont Raymond était l’animateur.

Raymond m’a proposé très vite de collaborer avec lui au Catalogue des films français de fiction de 1908 à 1918 que la Cinémathèque française éditera en 1995, dans la lignée des précédentes décennies que Raymond avait éditées en Belgique (1975, 1981), au Luxembourg (1981) et à Toulouse (1984). Nous avons passé des heures, des jours, des semaines, des mois... à compiler, lister, dépouiller, comparer, noter, organiser toutes les sources à notre disposition selon une méthode déjà bien rodée. En effet, Raymond, jeune cinéphile, a commencé son travail d’historien adolescent dans l’appartement lyonnais de l’avenue de Saxe qui l’a vu naître, vivre et disparaître. N’ayant jamais déménagé, il a pu garder tous les outils qui lui ont permis de bâtir cette monumentale histoire du cinéma français à travers la rédaction de ses catalogues de films comprenant tous les génériques, résumés et notes. Ces travaux sont antérieurs à toutes les bases de données existantes, nourries d’informations glanées au fil des séances durant lesquelles Raymond prenait des notes, identifiait un acteur, une réplique, un décor. Il n’existe aucun équivalent, notamment au niveau des interprètes parce qu’il s’est introduit au cœur même de ce monde des acteurs avec une passion inégalée, identifiant tous les seconds rôles voire même les silhouettes d’un film à l’autre, donnant une identité à tout ce peuple absent des génériques de films. Dans l’univers des cinémathèques, on dit encore le « Chirat » comme on peut dire le « Larousse », car ses catalogues sont toujours à portée de mains de tout bon archiviste. Il a d’ailleurs su tisser un véritable réseau, par sa personnalité généreuse, son écoute de l’autre, son humour, son désir de partage et il n’a cessé d’améliorer ou de corriger cette œuvre jusqu’à son dernier souffle.

Raymond Chirat a vite abandonné son emploi de comptable pour mettre à profit ses connaissances et sa culture au service du cinéma, travaillant au CNP (pendant cinématographique du TNP) à Lyon, travaillé dans les années 1960 aux côtés de Bernard Chardère à Positif, Premier plan et des films du Galion, avant de le rejoindre à l’Institut Lumière dès sa création au début des années 1980. Entretemps (à l’exception d’un bref séjour dans le monde de la restauration, la gastronomie étant l’une de ses autres passions à laquelle il a consacré un livre resté inédit sur le cinéma et la cuisine) et après il a publié brochures, livres et articles (dans Écran, Cinéma, Cinématographie, Cinéma, Image et son, et bien sûr 1895), exclusivement sur le cinéma français, un domaine qu’il maîtrisait plus que tout autre, avec les sujets sur les cinéastes Julien Duvivier, Henri Decoin, Christian-Jaque, et les acteurs (de Guitry à Marguerite Moreno). On lui doit, entre autres, la reconnaissance des Excentriques du cinéma français, ces comédiens dont personne n’avait osé imaginer que l’on puisse s’y attarder. Raymond leur a brossé des portraits chaleureux, drôles et documentés, s’attardant à tout contrôler, de l’iconographie à la mise en page de ses livres avec une rigueur exemplaire, cherchant la photo inédite, la formule adéquate, l’information unique.

Epris de culture, d’art culinaire, de littérature, théâtre (de boulevard), de musique (il adorait Offenbach) et d’histoire (en particulier la période de l’Occupation qui l’a marquée), il a aussi signé des ouvrages sur des périodes du cinéma français, des années 1930 à la IVe République, dans lesquels son humour parfois caustique s’est exercé, tant sur les films que sur les faits, car si Raymond a systématiquement catalogué toute la production nationale de fiction (y compris les films inachevés !) sans distinction de valeur, il avait des goûts affirmés et des films qu’il détestait. Et c’est tout naturellement qu’il a succédé à Jean Mitry à la Présidence de l’AFRHC de 1988 à 1992.

Raymond Chirat était un homme fidèle en amitié, disponible, accueillant. Nous sommes nombreux à pouvoir en témoigner, et cette chaleur humaine était partagée avec Mijo, son épouse cinéphile et cordon bleu, qui nous mitonnait des plats Avenue de Saxe, lors de rencontres autour de tablées animées de discussions cinématographiques.

Raymond Chirat nous laisse une œuvre abondante, singulière et variée, reflet de ses goûts, de sa personnalité. Il nous laisse aussi cette ferveur pour le cinéma qui ne l’a jamais quittée, cette folle énergie qui ne l’a jamais abandonnée, et l’attachement aux autres qu’il a su nous communiquer.

Octobre 2015