Navigation – Plan du site
Études

Ni dolly, ni dollar – Caméra à la main, décolonisation en tête

« Neither Dolly nor dollar – camera in hand, decolonization in mind »
Lilia Lustosa de Oliveira
p. 68-91

Résumés

Cet article propose une analyse de la période qui précède immédiatement l’émergence du mouvement Cinema Novo (1959-1961) – ici appelée « instant prégnant » – par le biais du suivi de la trajectoire du film Arraial do Cabo (1959), de Mário Carneiro et Paulo Cezar Saraceni son histoire et sa réception critique au Brésil. Cette analyse a pour but de comprendre la place que prennent le film et l’article-manifeste « Arraial, cinema novo e câmera na mão » de Glauber Rocha dans l’histoire et l’historiographie du cinéma brésilien, tout en mettant en lumière comment le mouvement de libération de la caméra, via le symbole de la « caméra à la main », est incorporé au discours cinémanoviste et ce qu’il représente.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Le Brésil et le cinéma brésilien à la fin des années 1950
Arraial do Cabo – l’histoire du film
L’émergence du mouvement
Conclusion

Aperçu du début du texte

« Uma câmera na mão, uma ideia na cabeça ». Au Brésil, même ceux qui ne connaissent rien au cinéma ont déjà entendu cette phrase qui est devenue « le slogan » du Cinema Novo et qui demeure, jusqu’à nos jours, le symbole d’un cinéma révolutionnaire et authentiquement brésilien. Parfois également synonyme de cinéma d’art, trop intellectuel, ennuyeux, moche et mal fait.

Avec cette formule, Glauber Rocha a marqué l’histoire du cinéma brésilien – voire l’histoire culturelle du pays –, en posant les bases philosophiques et esthétiques du Cinema Novo, ce mouvement révolutionnaire, « né » dans les années 1960, engagé, juvénile, qui prônait un cinéma véritablement brésilien, décolonisé et libéré des contraintes hollywoodiennes. Un « cinéma d’auteur », capable de dénoncer, par le biais de son nouveau langage, l’aliénation culturelle et politique dont le pays était victime.

Ce nouveau langage, plus tard qualifié par Rocha d’« esthétique de la faim » ou « de la violence », faisait partie du disco...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilia Lustosa de Oliveira, « Ni dolly, ni dollar – Caméra à la main, décolonisation en tête », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 77 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 29 mars 2017. URL : http://1895.revues.org/5068 ; DOI : 10.4000/1895.5068

Haut de page

Auteur

Lilia Lustosa de Oliveira

Lilia Lustosa de Oliveira a suivi au Brésil des études en Publicité, avec spécialisation Marketing, avant de réaliser un master en Histoire et esthétique de cinéma à l’Université de Lausanne. Doctorante, elle travaille à une thèse sur « Le contexte intellectuel et politique du Cinema Novo brésilien » (sous la direction du Prof. François Albera). Elle est l’auteur des communications « Le sacré et le politique chez Glauber Rocha », « Glauber Rocha’s ironical legacy » et « Ni dolly, ni dollar – Caméra à la main, décolonisation en tête », qui est à l’origine de cet article.

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page