Navigation – Plan du site
Études

Le Brésil et la construction problématique d’un cinéma national (1896-1954)

Brazilian national cinema : a dialectical construction (1896-1954)
Gabriela Trujillo
p. 48-67

Résumés

Ayant acquis son indépendance en 1822, le Brésil est un pays jeune au moment de l’avènement du cinéma. De 1896, date des premières projections dans l’ancienne capitale Rio de Janeiro, à la fin du varguisme au milieu des années 1950, le cinéma brésilien s’invente à partir d’une dialectique entre interventionnisme d’État et influences extérieures. L’« omniographo », machine inaugurale et curiosité scientifique venue d’ailleurs, ouvre l’ère d’un cinéma des attractions local, qui peut ensuite muter en un modèle inspiré de la cinéphilie française et américaine de l’entre-deux guerres. Le président Gétulio Vargas défend à partir des années 1930 l’importance du cinéma comme un enjeu majeur de son état populiste, adoptant des lois protectionnistes qui permettent de poser les bases de l’une des industries les plus fortes de la région, industrie qui a ensuite rêvé de devenir le « Hollywood des Tropiques ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Le cinéma des attractions
Naissance de la cinéphilie
Populaire, populiste : de la chanchada au cinéma éducatif
Ouverture
Le « Hollywood des Tropiques »

Aperçu du début du texte

À la fin du xixe siècle, le Brésil est à la fois un pays jeune et une puissance régionale. De 1896 à la mort du président Gétulio Vargas, le cinéma contribue à l’affirmation d’une forte identité nationale.

Le cinéma des attractions

La première projection dont on ait connaissance en Amérique latine est celle qui se déroula le 8 juillet 1896 au numéro 57 de la rua do Ouvidor à Rio de Janeiro, alors capitale du Brésil. La presse locale donna le nom d’Omniographo à l’appareil utilisé lors de cette projection pour un public de deux cents personnes triées sur le volet, et sur une toile de deux mètres de haut. L’appareil avait été vraisemblablement conçu et manié par l’opérateur tchécoslovaque Frederico Figner, réputé au Brésil et en Argentine pour ses spectacles d’attractions telles que le phonographe ou le kinétoscope. À la différence de ce dernier, l’Omniographo présentait, tout comme le Cinématographe Lumière, l’énorme avantage de rendre les images en mouvement accessibles à un public pl...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriela Trujillo, « Le Brésil et la construction problématique d’un cinéma national (1896-1954) », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 77 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://1895.revues.org/5066 ; DOI : 10.4000/1895.5066

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page