Navigation – Plan du site
Point de vue

La critique cinématographique au Brésil et la question du sous-développement économique : du cinéma muet aux années 1970

Film criticism in Brazil and the question of economic underdevelopment : from silent cinema to the 1970s
Eduardo Morettin et Ismail Xavier
p. 8-31

Résumés

Cet article propose un bilan de la réflexion critique sur le cinéma brésilien en dégageant trois phases : la période du cinéma muet, durant laquelle prévaut une mentalité colonisée dans les publications ; celle, à la fin des années 1950, de révision de la pensée et de l’historiographie synthétisée par Sales Gomes lorsqu’il décrit la « situation coloniale » ; et celle du début des années 1970, lorsque la crise du Cinema Novo est pensée dans sa confrontation avec l’économie politique du cinéma brésilien pendant le xxe siècle, dans ce que Sales Gomes a défini comme étant la trajectoire dans le sous-développement.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Cinéma muet : la critique et le complexe néo-colonial
Inflexions nationalistes : la perspective de la gauche dans la critique
Sales Gomes, de « Une situation coloniale ? » à « Cinéma : trajectoire dans le sous-développement »
Les vicissitudes du cinéma brésilien et la provocation de Sales Gomes

Aperçu du début du texte

Dès 1900, le cinéma a joué un rôle significatif dans l’émulation entre les principaux pays occidentaux, par la force de son « effet de démonstration » : la production industrielle de spectacles qui exercent une attraction sur des publics de composition variable atteste du pouvoir économique, du progrès technique, de l’intérêt pour la culture et de la compétence productive d’un pays. Cette caractéristique s’est très nettement manifestée lors des époques fortement teintes de nationalisme, comme celles qui ont précédé les deux guerres mondiales, lorsque le nouveau spectacle visuel n’a pas tardé à se substituer, tout au long du xxe siècle, aux Expositions Universelles en tant que mesure du progrès et instrument d’affirmation nationale sur la scène mondiale.

Dans des pays comme les États-Unis, la France, l’Allemagne et l’Italie, la présence de monuments filmiques qui portent cette émulation à son paroxysme a été symptomatique. Dans de grands spectacles et superproductions, l’ingéniosité d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eduardo Morettin et Ismail Xavier, « La critique cinématographique au Brésil et la question du sous-développement économique : du cinéma muet aux années 1970 », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 77 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://1895.revues.org/5052 ; DOI : 10.4000/1895.5052

Haut de page

Auteurs

Eduardo Morettin

Professeur à l’Université de São Paulo (USP) et auteur de Humberto Mauro, Cinema, História (2012) et co-directeur de l’ouvrage collectif História e cinema : dimensões históricas do audiovisual (2007, 2011) (avec Elias Saliba, Maria Helena Capelato et Marcos Napolitano).

Ismail Xavier

Professeur à l’Université de São Paulo (USP) ; auteur de Glauber Rocha et l’esthétique de la faim (2008), Alegorias do subdesenvolvimento : Cinema Novo, Tropicalismo, Cinema Marginal (1993, 2012), Cinema brasileiro moderno (2001), O olhar e a cena : melodrama, Hollywood, Cinema Novo, Nelson Rodrigues (2003).

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page