Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Laurent Creton, Kira Kitsopanidou (dir.), les Salles de cinéma. Enjeux, défis et perspectives – Michel Serceau, Claude Forest, le Patis. Une salle de cinéma populaire devenue salle d’art et essai (Le Mans, 1943-1983) – Claude Forest, Hélène Valmary (dir.), Théorème, no 22, « La vie des salles de cinéma »

Jean Antoine Gili
p. 188-190
Référence(s) :

Laurent Creton, Kira Kitsopanidou (dir.), les Salles de cinéma. Enjeux, défis et perspectives, Paris, Armand Colin, 2013, 220 p. – Michel Serceau, Claude Forest, le Patis. Une salle de cinéma populaire devenue salle d’art et essai (Le Mans, 1943-1983), Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2014, 362 p. – Claude Forest, Hélène Valmary (dir.), Théorème, no 22, « La vie des salles de cinéma », 2014, 242 p.

Texte intégral

1Les recherches sur l’histoire des salles de cinéma constituent un domaine vivant comme en témoignent plusieurs ouvrages parus récemment et la publication prochaine par l’AFRHC du livre de Dhahram Hosseinabadi sur les salles parisiennes, Architecture des salles obscures (1907-1939).

2Issu d’un colloque qui s’est tenu à l’INHA en 2011, le volume dirigé par Laurent Creton et Kira Kitsopanidou témoigne de l’ampleur du territoire et des multiples perspectives qui peuvent en découler. Au risque d’apparaître un peu disparate, le livre croise « des approches historiques, économiques, juridiques, géographiques, urbanistiques, sociopolitiques », et s’appuie « sur des études de cas à l’échelon local, national et européen » (texte de présentation). De fait, les domaines abordés divergent fortement d’une partie à l’autre et les rapprochements sont souvent aléatoires, conséquence sans doute d’un colloque où chacun est venu parler de ce qui l’intéressait, par exemple dans la première section, Marc Cerisuelo de l’histoire mythique du cinéma Mac-Mahon et du mouvement cinéphilique qui y était lié, Jean A. Gili des salles de cinéma à Nice, Judith Thissen de l’exploitation des films en salle aux Pays-Bas, Frank Kessler de la salle en ville comme dispositif de représentation. Si la deuxième partie est tout aussi disparate, on y trouve la belle étude de Kristian Feigelson sur le Pestel à Die, « un cinéma semi-rural au croisement Est-Ouest », mais aussi des considérations sur l’aspect juridique du spectacle cinématographique, des interrogations sur les salles de cinéma au xxie siècle face aux collectivités territoriales. Dans une longue conclusion, Laurent Creton s’attache à redonner de la cohérence à un ensemble qui en manque quelque peu. Il pointe notamment le caractère complexe du positionnement de la salle de cinéma : « La salle, qui se trouve en aval de la filière cinématographique originelle, est en amont d’une chronologie des médias et d’une longue séquence d’exploitation du film sur d’autres marchés. » Ainsi, malgré les mutations en cours, la salle de cinéma demeure au cœur du dispositif économique et artistique qui caractérise la production cinématographique. Prédire son avenir demeure incertain et l’on comprend bien que pour les chercheurs l’exploration de la notion de spectacle cinématographique engendre des pistes multiples d’un abord méthodologique incertain.

3Dans le livre de Creton, la première partie du programme de recherche s’intitulait « Vers une micro-histoire des salles de cinéma ». C’est bien de cela qu’il s’agit avec le livre de Michel Serceau et Claude Forest qui examine l’évolution d’une petite salle de cinéma du Mans, le Patis, pour laquelle on dispose d’archives exceptionnellement complètes. Dans un devenir singulier, la salle, née en 1942 dans un quartier du Mans et qui fermera définitivement ses portes en 1983, est d’abord un lieu de sociabilité populaire avec une programmation typique d’un cinéma qui ne présente que des reprises à une époque où les films connaissent une distribution capillaire, d’abord les salles d’exclusivité en centre ville puis les salles de quartier pour les secondes visions, voire les troisièmes visions. À partir de 1963, cherchant un nouvel élan et s’appuyant sur une équipe d’animateurs motivés, le Patis se lance dans l’Art et Essai : au début, et pendant une dizaine d’années, la fréquentation remonte. Toutefois, les difficultés perdurent et les responsables de la salle, étranglés financièrement, jettent l’éponge en 1983. Fruit des ressources documentaires, de très nombreux tableaux statistiques (notamment de box office) émaillent le volume et, en annexe, sur plus de 70 pages, figure la liste exhaustive des films présentés au Patis de novembre 1942 à août 1983. Cela permet de suivre la programmation du cinéma commercial comme celle du cinéma estampillé Art et Essai. Cela dit, cette programmation n’est jamais que le reflet de la programmation nationale comme en témoigne les Index de la Cinématographie française qui paraissent jusqu’au début des années 1960.

4La 22e livraison de la revue Théorème que publient les presses de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3 est consacrée à « la vie des salles de cinéma ». Sous ce titre défilent une série d’études disparates, un défaut déjà pointé dans l’ouvrage édité par Armand Colin. La première partie consacrée à l’histoire des salles fait se succéder études générales sur les « cinémas de Paris », les « petites exploitations en Bretagne », « l’exploitation cinématographique en Inde » et études monographiques sur le Louxor à Paris, à nouveau le Patis au Mans (avec force listes de films et statistiques), le Palace et le Pathé à Conflans Sainte Honorine. Chaque étude est remarquable mais n’est pas toujours « raccord » avec les études voisines. La deuxième partie, « Vers le public », juxtaposent des travaux fort divers. Parmi les sept études, on retiendra les deux textes sur les cinémas Utopia – entreprise alternative qui se veut indépendante de tout conditionnement commercial –, l’article d’Hélène Valmary sur « Les salles des Cahiers : les salles de cinéma au prisme d’une revue cinéphile des années cinquante », ou celui de Claude Forest sur « Le modèle politique et économique du Cinéma Numérique Ambulant en Afrique. ». On voit le grand écart factuel. Dans la conclusion, les curateurs reviennent sur l’ensemble et soulignent les multiples pistes balisées, sans ignorer le patchwork qui caractérise le chantier. Ils notent, pointant le caractère fuyant de l’objet de recherche : « La diffusion cinématographique a de tous temps et en tous lieux montré son caractère protéiforme, illustrant sa constante capacité adaptative aux contraintes géographiques, économiques ou administratives, comme aux évolutions techniques, sociétales, influant sur le comportement et la demande des spectateurs. Physiquement, partout dans le monde les salles de cinéma demeurent d’une extrême variété, dans leurs localisations comme dans leurs formes architecturales, dans leurs tailles comme dans leurs gestions, leurs programmations ou modes d’exploitation des films. » On comprend que l’on devra se contenter encore longtemps de la juxtaposition d’études monographiques et qu’un ouvrage de synthèse demeurera sans doute impossible pour couvrir un territoire aussi complexe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Antoine Gili, « Laurent Creton, Kira Kitsopanidou (dir.), les Salles de cinéma. Enjeux, défis et perspectives – Michel Serceau, Claude Forest, le Patis. Une salle de cinéma populaire devenue salle d’art et essai (Le Mans, 1943-1983) – Claude Forest, Hélène Valmary (dir.), Théorème, no 22, « La vie des salles de cinéma » », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 76 | 2015, mis en ligne le 02 novembre 2015, consulté le 10 décembre 2016. URL : http://1895.revues.org/5035

Haut de page

Auteur

Jean Antoine Gili

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page