Navigation – Plan du site
Études

Influence de l’occulte sur les formes magiques : l’anti-spiritisme spectaculaire, des Spectres d’Henri Robin au Spiritisme abracadabrant de Georges Méliès

The influence of the occult on magical forms : dramatic anti-spiritualism from Henri Robin’s Spectres to Georges Méliès’s Spiritisme abracadabrant
Frédéric Tabet et Pierre Taillefert
p. 94-117

Résumés

Les premières projections cinématographiques se déroulent à une époque où les phénomènes spirites défraient la chronique. Or le cinéma, contrairement à la photographie, ne s’est pas constitué comme une machine apte à communiquer avec les esprits. Car la proximité du cinéma avec l’illusionnisme a coupé court à de tels rapprochements. On a pu cependant relever qu’un même état de sidération traversait le spectateur, en face d’un spectacle de prestidigitation, de pratiques médiumniques ou des premières projections du cinématographe. Or l’art magique a clairement rejeté la pensée occulte, et ces deux positions semblent inconciliables tant qu’on ne considère pas les différentes stratégies adoptées pour discréditer le spiritisme. La première approche adoptée par les prestidigitateurs pour discréditer en scène les phénomènes spirites visait à reproduire leurs effets... sans pour autant les dévoiler. Cependant, le porte-drapeau de ce combat a été le prestidigitateur et fantasmagore français Joseph Henri Donckele (1811-1874), dit Robin, qui fera de sa scène un espace de débat. Une autre stratégie a consisté à parodier les séances spirites pour les ridiculiser, comme le firent les frères Stanley. Georges Méliès, de son côté, au cœur du réseau des prestidigitateurs et au fait des tentatives de réactions corporatives, s’appuie sur la tradition magique, mais en rénove les formes et parvient finalement à proposer une nouvelle voie, qu’il décline à la fois sur la scène de son théâtre et dans ses bandes cinématographiques à l’écran.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Les formes anti-spirites spectaculaires
Prémices autour des spectres
La reproduction des phénomènes
Le dévoilement des phénomènes
Parodier les séances pour les ridiculiser
Georges Méliès antispiritualiste

Aperçu du début du texte

Les premières projections cinématographiques se déroulent à une époque où les phénomènes spirites défraient la chronique. Or le cinéma, contrairement à la photographie, ne s’est pas constitué comme une machine apte à communiquer avec les esprits. Comme l’a analysé Matthew Solomon, la proximité du cinéma avec l’illusionnisme a coupé court à de tels rapprochements. Pourtant, Mireille Berton relève qu’un même état de sidération traverse le spectateur, qu’il soit face à un spectacle de prestidigitation, à des pratiques médiumniques ou aux premières projections du cinématographe. L’art magique a clairement rejeté la pensée occulte, et ces deux positions semblent inconciliables tant qu’on ne considère pas les différentes stratégies adoptées pour discréditer le spiritisme. Georges Méliès, au cœur du réseau des prestidigitateurs et au fait des tentatives de réactions corporatives, s’appuie sur la tradition magique, mais en rénove les formes et parvient finalement à proposer une nouvelle voi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Tabet et Pierre Taillefert, « Influence de l’occulte sur les formes magiques : l’anti-spiritisme spectaculaire, des Spectres d’Henri Robin au Spiritisme abracadabrant de Georges Méliès », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 76 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 26 mai 2016. URL : http://1895.revues.org/5014

Haut de page

Auteurs

Frédéric Tabet

Frédéric Tabet, diplômé de l’École National Supérieure Louis-Lumière et ingénieur de recherche pour le Labex Arts H2H est chargé de cours à l’Université Paris 1 et à l’Université Paris 8. Sa thèse (soutenue à l’université Paris-Est) et ses publications portent sur les modalités d’échanges et les emprunts entre l’art magique et les médias. Il a publié des articles sur l’histoire et l’esthétique du cinéma ; ses recherches actuelles portent la généalogie des effets et leurs mutations à l’aune de nouvelles technologies.

Articles du même auteur

Pierre Taillefert

Pierre Taillefer, conservateur du patrimoine, rédige actuellement une thèse à l’Université Paris 1 sur le système décoratif des voûtes en trompe-l’œil à Rome au xviie siècle.

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page