Navigation – Plan du site
Études

Les spectres magnétiques de Thomas Alva Edison. Cinématographie, phonographie et sciences des fantômes

The magnetic spectres of Thomas Alva Edison : cinematography, phonography, and the sciences of ghosts
Philippe Baudouin et Mireille Berton
p. 66-93

Résumés

Au tournant du xxe siècle, les partisans du spiritisme s’émerveillent des progrès de la technologie et s’en emparent pour démontrer la validité de leurs thèses sur les phénomènes parapsychiques, comme la télépathie ou l’interaction avec les défunts. Les travaux d’Edison autour d’appareils électriques participent à façonner un imaginaire de la communication à distance auquel l’inventeur participe directement puisqu’il exprime son intention de créer un instrument destiné à contacter l’au-delà. Grâce à l’invention du phonographe et des variantes du cinématographe, le « magicien » des technologies électriques vient dès lors actualiser le fantasme de télépsychie qui est au cœur des sciences spirites. En effet, associées à la sphère du merveilleux scientifique qui englobe la plupart des médias dès leur apparition à l’ère industrielle, les technologies modernes projettent les phénomènes spirites au plan d’une évidence miraculeuse et d’un mystère irréfutable, à l’image des instruments auxquels on les compare, imprégnés qu’ils sont de mysticisme matériel. A partir de l’hypothèse selon laquelle c’est faute de parvenir à créer un outil permettant de communiquer avec l’au-delà qu’on inventa le phonographe et le cinématographe, cet article examine, dans une perspective épistémologique, les interactions entre l’intérêt d’Edison pour les phénomènes psychiques et les discours qui entourent le cinématographe et le phonographe envisagés comme des dispositifs magiques qui transforment leurs usagers en télépathes captant des ondes invisibles. En effet, s’ils appartiennent à la « série culturelle » des outils scientifiques assignés à répertorier l’audible et le visible, le phonographe et le cinématographe s’enracinent également dans une longue tradition de « machines occultes » qui cristallisent l’obsession de l’humain pour la spectralité. Loin d’être incompatibles, cinéma et spiritisme nouent des liens épistémiques qui remontent à leurs archéologies respectives.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Technologies spectrales
Le « nécrophone » de Thomas Alva Edison
Le spectateur télépathe
Le phonographe, « machine d’immortalité »
Pour un spiritisme sécularisé
Conclusion

Aperçu du début du texte

Au tournant du xxe siècle, les partisans du spiritisme s’émerveillent des progrès de la technologie et s’en emparent pour démontrer la validité de leurs thèses sur les phénomènes parapsychiques, comme la télépathie ou l’interaction avec les défunts. Les travaux d’Edison autour d’appareils électriques façonnent tout particulièrement un imaginaire de la communication à distance auquel l’inventeur participe directement puisqu’il exprime à plusieurs reprises son intention de créer un instrument destiné à contacter l’au-delà. Non content d’être le « magicien » des technologies électriques modernes, il apparaît, grâce à l’invention du phonographe et des variantes du cinématographe, comme celui qui peut venir actualiser le fantasme de télépsychie au cœur des sciences spirites. Nul hasard si, dans un contexte où Edison se persuade des phénomènes de sympathie électrique entre les êtres, la télépathie est régulièrement étayée sur le modèle de dispositifs d’audition et de vision. En tant qu’ou...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Baudouin et Mireille Berton, « Les spectres magnétiques de Thomas Alva Edison. Cinématographie, phonographie et sciences des fantômes », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 76 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 24 juin 2017. URL : http://1895.revues.org/5011 ; DOI : 10.4000/1895.5011

Haut de page

Auteurs

Philippe Baudouin

Chargé de réalisation à France Culture, a une formation de philosophe. Il est l’auteur, aux éditions de la MSH, de l’ouvrage Au microphone – Dr. Walter Benjamin (Prix Inathèque 2009). Il a récemment dirigé la publication du recueil Écrits radiophoniques de Walter Benjamin (2014) et a préfacé la réédition du Royaume de l’au-delà de Thomas A. Edison (2015).

Mireille Berton

Maître assistante à la Section d’histoire et esthétique du cinéma de l’Université de Lausanne. Elle a co-dirigé avec Anne-Katrin Weber un ouvrage collectif sur l’histoire des dispositifs télévisuels (la Télévision du Téléphonoscope à YouTube. Pour une archéologie de l’audiovision, 2009). Le Corps nerveux des spectateurs. Cinéma et sciences du psychisme autour de 1900, ouvrage tiré de sa thèse de doctorat, paraîtra en septembre 2015. Elle travaille actuellement à un livre sur l’imaginaire contemporain de l’occultisme : le Médium (au) cinéma. Représentations du spiritisme dans les films et les séries télévisées.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page