Navigation – Plan du site
Actualités

Les nouvelles perspectives d’accès aux collections des Archives françaises du film du Centre national de la cinématographie

Michelle Aubert
p. 146-148

Texte intégral

1Depuis 1991, les activités des Archives françaises du film du CNC se sont concentrées sur les objectifs du plan de sauvegarde et de restauration des films anciens qui arrive à son terme fin 2006. L’ampleur de ce plan, en terme d’inventaire, de documentation, de sauvegarde et de restauration des collections, est comparable aux projets du même ordre menés depuis par d’autres institutions patrimoniales, tel l’Institut national de l’audiovisuel.

2À partir de 2007, un nouveau service d’accès aux collections des Archives s’ouvre au public, à la faveur d’un projet global de la Direction du patrimoine cinématographique du CNC : installation d’outils numériques adaptés à la restauration des films anciens, création d’une chaîne de numérisation des films et refonte complète du système informatique.

3Les Archives françaises du film sont désormais équipées pour répondre à l’attente d’un public averti, surtout celui des chercheurs en histoire du cinéma qui ont déjà accès aux services de la direction de l’audiovisuel de la BnF, de l’Inathèque, ou de la BiFi.

4Les chercheurs auront à leur disposition une base de données documentaire accessible par Internet concernant les films archivés, soit :

20 000 fiches d’inventaire traitant de 14 000 longs métrages des années 1910 à 2006, y compris les films reçus au titre du dépôt légal ; de plus de 3 000 courts métrages de fiction et d’autant de documentaires réalisés avant 1955.

4 000 notices de catalogage et d’indexation accessibles par recherche avancée et thématique. Ces fiches concernent près de 2 000 films réalisés avant 1925, dont l’ensemble des films des premiers temps restaurés (Émile Reynaud, Étienne-Jules Marey, films Lumière, etc.) ainsi que des documentaires français réalisés avant 1955.

5À son ouverture, ce nouveau service de consultation proposera la plupart des 4 000 films mentionnés plus haut et dont la numérisation est engagée. Ces films appartiennent au domaine public ou sont consultables avec l’accord des ayants droit. Cette sélection initiale s’enrichira progressivement au fur et à mesure du développement du projet. Les documentalistes des Archives, qui ont choisi d’intervenir comme médiateurs culturels, accueilleront les chercheurs, partageront avec eux leur connaissance des collections et les guideront dans l’utilisation des outils informatiques de documentation et de consultation. Le chercheur pourra sélectionner sur son poste des séquences de films, les stocker, les regrouper pour des études ultérieures, accéder à certaines parties du film grâce à un compteur, prendre des notes et les imprimer.

6L’accès à ce nouveau service de consultation se fera sur rendez-vous et après étude des demandes, sur le site des Archives à Bois d’Arcy où la consultation des films sur tables de montage maintenue, sera augmentée de six postes numériques et à la nouvelle antenne parisienne de consultation qui ouvrira début 2007, avec quatre postes, sur le site François Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France (Rez-de-jardin, salle P).

Offres de la base de données documentaire des AFF-CNC

7L’ancien système informatique installé en 1993 comprenait la description documentaire et technique de chaque film en dix-sept champs et une gestion logistique des bobines par code-barre. La refonte et l’amélioration du système maintiennent ces deux fonctions en y associant une nouvelle gestion des films par secteurs d’activités (conservation, restauration, droits et accès) et une nouvelle base de données documentaire élargie à plus de cent champs. Ce qui est révélateur de la quantité d’informations pouvant servir à la connaissance des différents films. Les documentalistes des Archives créent et actualisent en permanence divers dossiers de type Excel ou Word, associés aux différents champs de la base : fiches d’analyse des films avant restauration, notes sur les travaux de restauration, références à des sources pouvant apporter des précisions aux futurs utilisateurs de la base qui incluent également des informations d’ordre juridique pour la gestion interne des demandes d’accès.

8Ce système informatique utilise la technologie « .net de Microsoft », serveurs « Sybase ». Le logiciel documentaire Ex Libris de Cadic, adapté à la complexité de la description des films, intègre le moteur de recherche SearchServeur de Hummingbird et des outils linguistiques : correction lexicale, grammaticale, orthographique, synonymie et recherche en langage naturel.

9Un site Internet accessible depuis décembre 2006 au www.cnc-aff.fr comprend les fonctions d’usage, plus un forum de discussion et permet d’accéder à la base dès la page d’accueil à partir de trois niveaux de recherche :

La recherche simple, familière à la plupart des utilisateurs de bases de données sur Internet, par titre(s) de film(s) ou partie du titre, nom de réalisateur et date de sortie, permet d’accéder à 20 000 notices de films inventoriés.

La recherche avancée est limitée aux seuls films catalogués et indexés dont les notices validées auront été mises en ligne. Cette recherche procède par étape à partir d’entrées choisies par l’utilisateur : titre(s), nom du réalisateur, pays et année de production, genres cinématographiques, mots du résumé et mots-clés. Le nombre des films trouvés et correspondant à la demande est affiché.

La recherche thématique offre le moyen d’identifier et de regrouper selon une classification simple en thèmes et sous-thèmes, une grande diversité de documentaires.

Vers un inventaire national des films archivés

10Le nouveau système informatique a été conçu selon un principe d’ergonomie et de partage de la gestion matérielle et documentaire des collections de films soutenues par le CNC, à commencer par celles des Archives françaises du film et de la Cinémathèque française. Chaque institution gère ses propres collections selon ses besoins et ses critères, tout en optant pour une mise en commun des données documentaires selon des règles identiques de catalogage et d’indexation. La structure technique de la base permet, en outre, d’accueillir dans ce projet la Cinémathèque de Toulouse et d’autres cinémathèques en région qui ont exprimé le souhait d’y être associées.

11Un inventaire national des films archivés est donc devenu possible à travers le réseau des institutions publiques qui en ont la charge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michelle Aubert, « Les nouvelles perspectives d’accès aux collections des Archives françaises du film du Centre national de la cinématographie », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 50 | 2006, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 22 août 2017. URL : http://1895.revues.org/501 ; DOI : 10.4000/1895.501

Haut de page

Auteur

Michelle Aubert

Conservatrice

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page