Navigation – Plan du site
Études

La preuve par l’image : Conan Doyle et la photographie

Pictures as proof : Conan Doyle and photography
Bernd Stiegler
p. 42-65

Résumés

La photographie ne joue pratiquement aucun rôle dans la série de romans et récits de Conan Doyle mettant en scène Sherlock Holmes. En effet le détective y est défini comme « la machine de réflexion et d’observation la plus perfectionnée que le monde ait vue » : le photographe, c’est lui. Or Conan Doyle a créé une œuvre bien plus vaste que celle qu’on lui associe spontanément, riche de plus de cent volumes où la photographie joue un rôle-clef dans un nombre d’entre eux : ainsi sert-elle à la dénonciation des crimes colonialistes du roi Leopold II au Congo, ou à l’accréditation de la présence de dinosaures dans un « monde perdu ». Cet article s’intéresse à deux autres ensembles de textes de l’écrivain, liés à la photographie : ceux qui traitent du spiritisme et ceux qui s’attachent à la photographie des fées. D’abord hostile au spiritisme et même son adversaire, Doyle, s’y convertit progressivement et rendit public sa foi, déclarant écrire sous la dictée d’un personnage né avant Abraham, Phénéas, devant lequel il était une simple tablette de cire sur laquelle il puisse écrire. La photographie qui était au bénéfice d’une croyance dans sa véracité était ainsi mobilisée au service d’une autre forme de croyance celle dans les esprits. Enfin, Doyle accrédita l’authencité de photographies de fées lesquelles ne sont pas des êtres de l’au-delà comme les spectres mais nos contemporaines. Cette faculté de la photographie à rendre visible des mondes jusqu’alors invisibles est connue : la photographie radiographique, astrale ou micrographique en sont des exemples probants. La photographie fonctionne comme un médium de transfert entre différents champs de visibilité. Elle est un rapporteur, un messager du monde invisible qui apporte généralement des messages bienveillants et bienvenus. Elle est, selon la belle formule de l’astronome Jules Janssen, la « rétine du savant » qui ouvre au regard humain un champ d’observation nettement élargi.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Sherlock Holmes et la photographie
Au cœur des ténèbres : The Crime of the Congo
Des dinosaures en photographie
Des spectres et leurs photographies
Des fées et leurs photographies
Postmortale Bilder

Aperçu du début du texte

Sir Arthur Conan Doyle, pour nous, est avant tout l’auteur des romans et récits du légendaire Sherlock Holmes qui, du vivant de son auteur, lui assurèrent un revenu confortable. Depuis quelques années le détective est de retour à l’écran – notamment dans la série anglaise Sherlock – où il remporte un énorme succès. Au sein de ces adaptations, la photographie et plusieurs autres technologies médiatiques jouent un rôle non négligeable au plan tant des moyens d’investigation du détective que des stratégies de mise en scène filmique.

Or ce n’était pas le cas dans les récits d’origine où la photographie n’est presque pas mentionnée. Elle est en effet remplacée par... le personnage principal qui, malgré quelques faiblesses personnelles – comme la consommation de cocaïne, par exemple, ou certains traits de caractères plutôt étranges –, est caractérisé comme une véritable machine d’observation. « Il était », peut-on lire dans la première nouvelle du « canon » des textes de Sherlock Holmes pu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernd Stiegler, « La preuve par l’image : Conan Doyle et la photographie », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 76 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 26 avril 2017. URL : http://1895.revues.org/5009 ; DOI : 10.4000/1895.5009

Haut de page

Auteur

Bernd Stiegler

Bernd Stiegler est professeur de littérature moderne allemande (spécialité « littérature et médias au xxe siècle »), à l’Université de Constance. Ses recherches portent sur l’histoire et la théorie de la photographie, la littérature et les médias, les littératures allemandes et françaises aux xixe et xxe siècles, la théorie des médias et du cinéma. Il travaille à plusieurs projets de recherche sur le montage comme un outil culturel, à des éditions de Raoul Hausmann et Alvin Langdon Coburn ainsi que sur la normalisation visuelle. Derniers ouvrages parus : Visual Culture / Visuelle Kulturen. Zur Einführung (2012, co- M. Rimmele), Randgänge der Photographie (2012), Spuren, Elfen und andere Erscheinungen. Conan Doyle und die Photographie (2014).

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page