Navigation – Plan du site
Point de vue

Que faire des images soviétiques de la Shoah ?

Representing the Holocaust : Films from the Soviet archives
Valérie Pozner, Alexandre Sumpf et Vanessa Voisin
p. 8-41

Résumés

La Shoah n’a jamais été aussi médiatique qu’en cette année du 70e anniversaire de la « libération » des camps aux deux extrémités du IIIe Reich, mais un véritable aggiornamento des processus de médiatisation du génocide des Juifs pendant et juste après la Seconde Guerre mondiale restait à opérer. D’autant plus nécessaire que l’industrie du spectacle (fiction et documentaire, littérature et albums, télévision et cinéma) fait fonds sur la fascination morbide du grand public et sur une forme stérile d’injonction mémorielle le plus souvent sans réelle réflexion historienne. Elle persiste en outre à ignorer les apports documentaires et historiographiques induits par l’ouverture des archives soviétiques. En se focalisant sur les sources filmiques, mais sans négliger les autres supports d’information et de propagande du temps de guerre, c’est à cette tâche que s’est attelée l’équipe de chercheurs qui a élaboré l’exposition « Filmer la guerre. Les Soviétiques face à la Shoah, 1941-1946 », inaugurée le 8 janvier 2015 au Mémorial de la Shoah à Paris. Dans cet article les trois commissaires de l’exposition proposent de revenir sur deux années de recherches, en exposant les enjeux, les principes méthodologiques, et leurs principaux résultats. Notamment montrer que les heures de films tournées par les Soviétiques sur les crimes de l’occupant en URSS, dans les pays baltes et en Pologne de 1941 à 1945 documentent le génocide des Juifs en détail.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Un triple déplacement : spatial, chronologique et visuel
La production des images : contraintes politiques et matérielles
Des tournages aux usages : le montage des images filmées
Nouveaux formats, nouveaux publics : le tournant de 1944
La représentation des victimes et la spécificité des images filmées
« Mise en scène », reconstitution, falsification
Le devenir de ces images soviétiques, les raisons d’un oubli
Conclusion : les limites d’une enquête

Aperçu du début du texte

Si la Shoah n’a jamais été aussi médiatique qu’en cette année du 70e anniversaire de la « libération » des camps aux deux extrémités du IIIe Reich, un véritable aggiornamento des processus de médiatisation du génocide des Juifs pendant et juste après la Seconde Guerre mondiale restait à opérer. Cette réévaluation se révélait d’autant plus nécessaire que l’industrie du spectacle (fiction et documentaire, littérature et beaux livres, télévision et cinéma) fait fonds sur la fascination morbide du grand public et sur une forme stérile d’injonction mémorielle le plus souvent sans réelle réflexion historienne. Elle persiste en outre à ignorer les apports documentaires et historiographiques induits par l’ouverture des archives soviétiques. En se focalisant sur les sources filmiques, mais sans négliger les autres supports d’information et de propagande du temps de guerre, c’est à cette tâche que s’est attelée l’équipe de chercheurs qui a élaboré l’exposition « Filmer la guerre. Les Soviétiq...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Pozner, Alexandre Sumpf et Vanessa Voisin, « Que faire des images soviétiques de la Shoah ? », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 76 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://1895.revues.org/5007 ; DOI : 10.4000/1895.5007

Haut de page

Auteurs

Valérie Pozner

Valérie Pozner est directrice de recherche au CNRS, membre du laboratoire THALIM, spécialiste de l’histoire du cinéma russe et soviétique en particulier sous l’angle de l’histoire institutionnelle et de l’histoire technique. Elle a traduit récemment les textes de Viktor Chklovski sur le cinéma et a co-dirigé un projet sur l’image des Juifs dans le cinéma russe des années 1910 aux années 1960, Kinojudaica (rétrospective, colloque, catalogue). Elle co-dirige actuellement le programme ANR «Cinésov » et est commissaire de l’exposition « Filmer la guerre, les Soviétiques face à la Shoah » du Mémorial de la Shoah.

Articles du même auteur

Alexandre Sumpf

Alexandre Sumpf est maître de conférence en histoire contemporaine à l’université, Chercheur associé au Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC, EHESS). Il a soutenu une thèse de Doctorat : « “Le visage vers la campagne”. Les bolcheviks et l’éducation politique de la paysannerie dans les années 1920 » (2006) et publié De Lénine à Gagarine. Une histoire sociale de l’Union soviétique (2013), la Grande Guerre oubliée. Russie, 1914-1918 (2014). Il est co-commissaire de l’exposition « Filmer la guerre, les Soviétiques face à la Shoah » du Mémorial de la Shoah.

Articles du même auteur

Vanessa Voisin

Vanessa Voisin est post-doctorante de la FMS, et chercheur associé au CERCEC. Elle est membre du projet de recherche Cinesov « Le cinéma soviétique en guerre, 1939-1949 » (ANR). Elle vient de publier sa thèse « L’URSS contre ses traîtres. L’Épuration soviétique, 1941-1955 » (Publications de la Sorbonne, 2015) et, auparavant, de nombreux articles. Elle est co-commissaire de l’exposition « Filmer la guerre, les Soviétiques face à la Shoah » du Mémorial de la Shoah.

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page