Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Albert 1er de Monaco, un prince pionnier du cinématographe. Vincent Vatrican (dir.), Albert 1er en films

Monaco, Archives audiovisuelles de Monaco, 2014, 96 p.
Valérie Vignaux
p. 178-180
Référence(s) :

Vincent Vatrican (dir.), Albert 1er en films, Monaco, Archives audiovisuelles de Monaco, 2014, 96 p.

Texte intégral

1Le 3 avril 2014, les Archives audiovisuelles de Monaco ont organisé une ciné-conférence consacrée à Albert 1er (1848-1922) dont l’ambition était de présenter le monarque à travers les images d’archives conservées mais également de montrer le regard qui fut le sien, car il acquit rapidement une caméra afin d’adjoindre des images animées aux notes ou aux images fixes rapportées de ses expéditions. Ce projet, comme en témoigne le catalogue édité par les Archives audiovisuelles de Monaco, a la particularité d’associer trois pratiques archivistiques, puisque « le programme repose sur l’interaction entre l’écrit, la parole, la musique et l’image » ; ainsi aux carnets du Prince se sont ajoutés ses enregistrements sonore sur rouleaux de cire et ses films, témoignant de la sorte de « la richesse patrimoniale des collections de l’Institut océanographique, des Archives du Palais princier et celles des Archives audiovisuelles de Monaco ». Un catalogue a été édité pour l’occasion, dirigé par Vincent Vatrican, directeur des Archives audiovisuelles de Monaco. L’étude intitulée « Un intérêt sérieux, Albert 1er de Monaco et le cinématographe », rédigée par Jacqueline Carpine-Lancre, chargée de recherches historiques au Palais princier de Monaco, permet de retracer les activités du monarque ayant trait au cinéma. Elle a, par ailleurs, établi l’inventaire des conférences illustrées par le cinématographe et réalisées par le Prince lui-même afin de présenter ses expéditions. Vatrican poursuit avec une présentation des films : « Les films de l’Institut océanographiques : l’Image dans le tapis » et relate les modalités de leur restauration. Thomas Fouilleron, directeur des archives et de la bibliothèque du Palais princier de Monaco, dans « Témoignage de cinématographie et de phonographie : Journal d’une vie », retrace, à partir des archives papiers, les usages princiers des outils audiovisuels. Puis Luc Verrier, responsable de la restauration des phonogrammes au département de l’audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France, revient, dans « La numérisation des cylindres phonographiques du Palais princier : un petit miracle », sur les modalités de la restauration des enregistrements sonores réalisés par le Prince. L’ouvrage se clôt sur une filmographie : « Le Prince de Monaco, pionnier du cinématographe », établie par Vatrican où, dans un premier temps, sont inventoriées les images animées montrant le Prince, majoritairement issues des actualités Pathé ou Gaumont, avant que soient présentées très précisément les œuvres réalisées par le Prince lui-même.

2L’ouvrage a plusieurs qualités. Soulignons tout d’abord la richesse de son illustration, iconographie qui aide à imaginer les modalités d’usages des techniques audiovisuelles naissantes lorsqu’elles sont sollicitées par un « grand » de ce monde, monarque éclairé et féru de sciences. Documents qui, associés aux textes, livrent le portrait d’un prince curieux, conscient de ce que sa position infère comme mise à distance et néanmoins soucieux du réel. Cet ouvrage réalisé afin d’accompagner une ciné-conférence associe, en une centaine de pages, des études approfondies puisque élaborées à partir des archives du Prince, et faisant la preuve de réflexions méthodologiques sur les pratiques archivistiques en exposant les critères ayant présidé à la restauration voire à l’invention numérique des documents audiovisuels. Curieux personnage que ce Prince, et Vatrican le rappelle dans son avant-propos, puisque lorsqu’il s’empare de la caméra, dès 1897, afin de garder trace en images animées de ses pérégrinations à travers le monde, le cinéma ne bénéficie pas d’une grande légitimité scientifique. Carpine-Lancre rappelle son goût pour les innovations techniques afin de comprendre l’intérêt du Prince pour le cinéma et, à partir des archives conservées, s’efforce d’en saisir les modalités d’usages. Le Prince a en effet expérimenté plusieurs caméras, l’une d’elle achetée à Gaumont, mais il est également entré en contact avec Étienne-Jules Marey et avec Eugène Doyen qui, aidé de Clément-Maurice, lui aurait fabriqué une caméra. Les carnets ou le Journal tenus par le Prince lui permettent de comprendre comment furent réalisées les rares bandes aujourd’hui conservées mais également d’imaginer les images manquantes, tout en s’attachant à saisir comment le cinéma était associé aux autres prises de notes et quelles furent les raisons qui incitèrent le Prince à associer le cinéma à la photographie. Le Prince, comme en témoignent ses carnets, a manifestement un « regard » : il est amateur de lumière et de paysages, mais il est également soucieux de culture puisqu’il n’hésite pas, par exemple, à demander que soient réalisées pour être filmées des scènes de danse sans pour autant être dupe de ce que le procédé infère : « On s’est mis à danser sur le pont et j’ai cinématographié la scène, qui manque peut-être un peu d’animation parce que tout ce monde se trouvait là bien dépaysé » (p. 20). Il n’hésite pas à employer ses moyens financiers afin d’initier des mises en scène : « au cap Vert] J’ai donné un bal à la population qui est noire tout entière....] Alors j’ai pu cinématographier le spectacle intéressant de ces danses...] et comme ils chantent en dansant, j’ai obtenu que plusieurs de ces messieurs et de ces dames chantassent leurs mélodies dans un phonographe » (p. 26). Les conférences illustrées par le cinématographe qu’il dispense jusqu’en 1921 et où il présente ses expéditions océanographiques, mais aussi sa relation avec d’autres savants employant le cinématographe, comme Doyen, confirment, semble-t-il, que la démarche est réellement scientifique. Entre les mains du Prince le cinématographe est manifestement un outil de connaissance. Si les archives papiers aident à comprendre et à retracer sa pratique, les archives filmiques, comme en témoigne Vatrican, ont subi les affres du temps et il ne subsiste aujourd’hui qu’une dizaine de bandes pour une durée totale de 15 minutes environ. Bandes données à voir grâce à une restauration numérique, alors qu’elles demeuraient invisibles en raison de leur fragilité, de leur format, puisque certaines ont été tournées en 58mm, ou à la suite de problèmes techniques liés à la prise de vue elle-même. La restauration numérique comme le rappelle Vatrican a été prolongée par un tirage argentique sur pellicule afin de pérenniser les films. Ainsi, l’entreprise dont témoigne ce catalogue si elle est assurément commune à nombre de cinémathèques, n’en demeure pas moins exemplaire. Saluons sa rigueur. Voici donc données à voir et à étudier les images et les sons réalisés par un Prince à l’esprit curieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Vignaux, « Albert 1er de Monaco, un prince pionnier du cinématographe. Vincent Vatrican (dir.), Albert 1er en films », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 75 | 2015, mis en ligne le 29 octobre 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://1895.revues.org/4997

Haut de page

Auteur

Valérie Vignaux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page