Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Sylvie Lindeperg, Myriam Tsikounas, Marguerite Vappereau (dir.), les Histoires de René Allio

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013, 326 p.
François Amy de la Bretèque
p. 176-178
Référence(s) :

Sylvie Lindeperg, Myriam Tsikounas, Marguerite Vappereau (dir.), les Histoires de René Allio, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013, 326 p.

Texte intégral

1Ce volume collectif, publié à l’initiative de trois universitaires de Paris 1 (la troisième signant une bonne partie des textes), tient lieu de catalogue de l’exposition au Museum d’Histoire Naturelle et d’actes (partiels) du colloque scientifique qui l’a accompagnée à l’automne 2013 (voir 1895 revue d’histoire du cinéma no 74, pp. 145-146). Mais il se présente en fait comme une mise au point des recherches en cours, ou à conduire, sur un cinéaste important, injustement négligé depuis sa disparition en 1995.

2Pourquoi avoir situé une exposition sur un cinéaste dans ce lieu inattendu ? C’est que René Allio, qui avait déjà été l’instigateur de la construction de plusieurs lieux théâtraux – le théâtre de plein air d’Hammamet en Tunisie et le Théâtre de la Commune d’Aubervilliers –, fut associé en 1987 par Paul Chemetov (dont le témoignage figure dans le livre) au projet de rénovation de la Galerie de zoologie du Museum. Allio vit tout de suite une parenté avec son expérience de décorateur de théâtre, pour Roger Planchon en particulier, et une occasion d’exprimer son intérêt pour l’histoire, cette fois sur la très longue durée. C’est ainsi que naquit la nef de la Grande Galerie de l’Évolution. Nicolas Philibert, son fidèle assistant, témoigna de l’entreprise dans Un animal, des animaux. Le musicien Georges Bœuf fut chargé de la mise en espace sonore (voir son témoignage à la journée d’Aix). Inaugurée en 1994, 2014 marquait son vingtième anniversaire. Il fut décidé de la restaurer pour l’occasion et les auteures sus-nommées eurent l’idée d’y associer cet événement autour du cinéaste. Le visiteur pouvait donc faire une expérience originale en parcourant d’abord la Grande Galerie, dont Fabienne Galanguer-Quérat donne ici un commentaire, avant de rejoindre au deuxième étage les salles où étaient exposés des documents de toute la carrière d’Allio.

3On soulignera que René Allio, en 1994, anticipait sur la vague des cinéastes-installateurs qui s’est développée ces dernières années – Abbas Kiarostami, Amos Gitai, David Lynch... –, tendance qui eut un effet de retour évident sur la mise en scène des expositions de cinéma actuelles. Allio disait que « le musée est lui aussi mise en scène » et précisait : « c’est le visiteur qui fait naître, par son parcours, une durée de l’histoire du monde » (p. 197) ce qui est, selon lui, une expérience inverse de celle du spectateur de cinéma, immobile, devant lequel défilent des images du Temps. Il définit très clairement ce qu’est pour lui la scénographie (p. 198), ce qui éclaire évidemment, par effet de retour, la mise en espace dans ses propres films.

4L’ouvrage ne se limite pas, bien sûr, à la Galerie de l’Évolution. Le double sens intentionnel du terme « histoires » dans le titre indique deux des voies suivies : le rapport à l’histoire et celui à la narration ; une troisième non moins importante porte sur les aspects plastiques et scénographiques d’un artiste qui conduisit sa carrière dans plusieurs domaines parallèles. Son travail de costumier, de décorateur de théâtre et ses premières activités de peintre sont abordés dans l’ouvrage comme elles étaient présentées par de beaux documents dans l’exposition.

5Le livre n’est pas organisé comme une monographie académique, il n’a pas voulu dissocier ces divers champs d’activités en autant de parties distinctes mais montrer comment les uns réagissaient sur les autres, ce qui est bien plus stimulant pour l’esprit. Les documents – textes inédits, textes repris, entretiens –, sont entrelacés avec des études des œuvres. La présentation est claire (documents et analyses sont sur un papier de fond différent) et très soignée et les reproductions de bonne qualité : les Presses universitaires de Rennes nous ont maintenant habitués à des livres soignés et beaux à regarder.

6L’ouvrage se compose de trois sections. La première, intitulée « De Marseille à Marseille », réunit tous les films consacrés à la métropole phocéenne, ainsi que les entreprises que le cinéaste prit dans sa ville natale. L’entreprise principale est la création du Centre Méditerranéen de création cinématographique (CMCC). Un témoignage de Robert Guédiguian, un texte de présentation du projet par Allio lui-même daté de 1981, apportent des éléments d’information, mais il manque une chronologie factuelle de cette entreprise qui dura une petite décennie. On regrette aussi que l’intervention d’Alain Bergala au colloque n’ait pas été publiée. La journée d’études d’Aix revint sur ce projet. Il en sera question plus bas.

7La seconde section, « Lieux et histoire », porte sur les trois films « historiques » qui ont jalonné la carrière d’Allio : les Camisards (1971), Moi, Pierre Rivière (1976), Un médecin des Lumières (1988) auxquels on aurait pu ajouter Matelot 512 (1984) et Transit (1990) qui mettent en scène des périodes plus rapprochées. Y est raccrochée la scénographie de la Galerie de l’Évolution dont il a été question ci-dessus. Diverses pièces nourrissent cette partie : un entretien inédit (et savoureux) de Gérard Desarthe avec Myriam Tsikounas, dans lequel le comédien des Camisards, qui était alors débutant, fait état de certains désaccords qu’il eut avec le cinéaste ; la reprise d’un entretien de Guy Gauthier avec Michel Foucault, paru dans la Revue du cinéma en mars 1971, qui permet de rappeler que cette publication de la Ligue de l’Enseignement, trop oubliée aujourd’hui, joua un rôle pionnier dans la découverte du travail d’Allio et dans la réflexion sur les rapports du cinéma et de l’histoire. Allio lut Foucault très tôt et l’impact de la pensée foucaldienne est évident dans son cinéma. Il revenait à Arlette Farge, conseillère historique sur Un Médecin..., d’esquisser quelques axes de synthèse. Allio faisait-il une différence de nature entre films à sujet contemporain et films à sujet historique ? Ce n’est pas sûr, car toute image de la réalité sociale devient, une fois enregistrée, un morceau d’histoire et l’approche micro-sociologique des premiers films d’Allio se retrouve dans son approche micro-historique. C’est le « grain minuscule » dont parle Foucault. En même temps, Allio aime les idées générales, la synthèse, et vise un certain engagement dans la lecture du réel historique. Arlette Farge note « l’immense sensibilité de René Allio vis-à-vis de ces “histoires du dessous” » et sa conviction que ces anonymes ont été « des acteurs à part entière du monde ». Allio, décorateur de son premier métier, ne fait pas du tournage en décors réels une religion. Il n’y a pas contradiction entre la Vieille Dame indigne et Transit ou Matelot 512, tournés en studio. La même Arlette Farge relève (p. 173) qu’un décor est « un hymne à l’irréel où passent à travers passé [et] présent, fantasmes, imaginaire ».

8Une troisième section nommée « périphéries » paraît contenir ce qu’on n’a pas pu mettre dans les deux premières. L’intitulé habilement choisi permet de justifier qu’on y trouve à la fois les activités de l’homme de théâtre dans la grande entreprise de décentralisation dont il fut un protagoniste actif (son compagnonnage avec Planchon), et son intérêt pour la périphérie au sens urbanistique du terme : Allio fut l’un des premiers cinéastes à avoir traité de la banlieue. Priska Morrissey donne une pertinente étude en ce sens de Pierre et Paul (1969) et Rude journée pour la reine (1973). Dans l’Une et l’autre (1967), ces deux lignes se recoupent puisque le théâtre d’Aubervilliers, alors en construction, est le personnage central occulte du film. On voit que c’est autour de 1968 qu’Allio repère les nouveaux espaces où s’écrivent les luttes sociales et les frustrations d’une société française en crise et en pleine transformation.

9L’ouvrage comporte des annexes assez complètes auxquelles ne manque qu’une biographie chronologique. La filmographie est détaillée. Une recension critique film par film la suit. Un extrait de l’émission « Le Bon plaisir » de 1991, dans laquelle Farge faisait parler Allio, conclut l’ouvrage. Des extraits des Carnets, conservés à l’IMEC, naguère publiés très partiellement par la même, jalonnent l’ouvrage. Signalons qu’une édition complète est à l’étude par les soins d’Annette Guillaumin et Paul Allio. Gérard-Denis Farcy qui écrit la majeure partie de l’appareil critique en est la cheville ouvrière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Amy de la Bretèque, « Sylvie Lindeperg, Myriam Tsikounas, Marguerite Vappereau (dir.), les Histoires de René Allio », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 75 | 2015, mis en ligne le 29 octobre 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://1895.revues.org/4993

Haut de page

Auteur

François Amy de la Bretèque

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page