Navigation – Plan du site
Archives

Éloge du Cri

Edgar Morin
p. 128-133

Notes de la rédaction

La Nef, no 24, janvier 1959, pp. 86-89.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

L’homme automatisé
L’univers du fait divers
Promotion de l’amour

Aperçu du début du texte

Comme je ne suis pas critique cinématographique de profession, je ne saurais imposer par oukase mon admiration pour le Cri de Michel-Ange Antonioni. Je le saurais d’autant moins que la beauté profonde d’un film comme le Cri est le fruit d’une combinaison intime entre le sens profond d’un récit, ce récit lui-même et les moyens formels d’une technique raffinée. Ce raffinement de l’image, du découpage même du film semble a priori pouvoir mal agréger une histoire absolument simple et nue. Et pourtant, c’est de cette agrégation que naît notre émotion totale, l’émotion même que procure une grande œuvre : une émotion qui ne peut se réduire à l’émotion esthétique mais qui ne saurait venir à jour en dehors de l’émotion esthétique. Si je dis notre émotion, il faut tout de suite corriger. Car en même temps que le Cri émeut quelques-uns, il ennuie beaucoup d’autres. Si je faisais un article sociologique, j’essayerais d’expliquer pourquoi il ennuie. Mais ici, après d’autres, je veux faire l’élog...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edgar Morin, « Éloge du Cri », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 75 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 25 avril 2017. URL : http://1895.revues.org/4971 ; DOI : 10.4000/1895.4971

Haut de page

Auteur

Edgar Morin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page