Navigation – Plan du site
Archives

Amants et Tricheurs

Edgar Morin
p. 124-127

Notes de la rédaction

La Nef, no 22, novembre 1958, pp. 79-81.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Les Amants
Les Tricheurs

Aperçu du début du texte

Un jeune – Louis Malle – regarde les gens d’âge. Un vieux – Marcel Carné – regarde les jeunes. Ne poussons pas le parallèle plus loin, il serait artificiel. D’autant plus que la jeunesse de Louis Malle est dans le regard – la caméra – non dans le scénario ou le dialogue qui sont de Louise de Vilmorin. Comme Bresson dans les Dames du Bois de Boulogne, Louis Malle dans les Amants a préféré s’exprimer à travers un thème stylisé et en recourant à des dialogues nettement « littéraires » comme pour purifier chimiquement la substance de son film.

Les Amants

Cette substance, c’est l’amour. Le canevas du film est celui de la Princesse de Clèves moderne, c’est-à-dire l’anti-Princesse de Clèves. L’impératif de fidélité, comme dans la Princesse de Clèves, est absolu, mais ici, c’est la fidélité à l’amour. L’héroïne, bourgeoise provinciale, belle, riche, superficielle abandonne son mari, son enfant, son oxygène sociologique et psychologique pour suivre l’amant qui lui a fait vivre sa première vrai...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edgar Morin, « Amants et Tricheurs », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 75 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 26 mars 2017. URL : http://1895.revues.org/4970 ; DOI : 10.4000/1895.4970

Haut de page

Auteur

Edgar Morin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page