Navigation – Plan du site
Archives

Congrès international de Filmologie, Paris, 19-23 février 1955. De la méthode en sociologie du cinéma

Georges Friedmann et Edgar Morin
p. 120-123

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

1. La critique des films vaut ce que vaut son auteur, elle est à la mesure de sa culture et de sa sensibilité. On peut toutefois essayer d’étudier les films au-delà de l’habituelle critique subjective ou impressionniste, si grandes qu’en soient les qualités. Pour dégager les contenus et les besoins sociaux auxquels ils correspondent.

2. Les films sont pleins de richesses subjectives : ils s’adressent au sentiment, à la participation, ils narrent des événements fictifs et romanesques. Mais ces caractères subjectifs sont en même temps des choses sociales, au sens durkheimien du terme. Les faits psychiques collectifs – Durkheim disait « représentations collectives » – sont aussi des choses qui peuvent être étudiées extérieurement à nous, c’est-à-dire du même coup, objectivement.

3. De là provient sans doute l’intérêt particulier que nous devons attacher aux contenus des films. Le film cristallise – entendons ce terme à la fois dans son sens de transparence et de solidification – des phén...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Friedmann et Edgar Morin, « Congrès international de Filmologie, Paris, 19-23 février 1955. De la méthode en sociologie du cinéma », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 75 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 27 mars 2017. URL : http://1895.revues.org/4967 ; DOI : 10.4000/1895.4967

Haut de page

Auteurs

Georges Friedmann

Professeur au Conservatoire des Arts et Métiers

Edgar Morin

Attaché de Recherches au CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page