Navigation – Plan du site
Études

De 1895 à 1912 : Le cinéma forain français entre innovation et répression

Fairground cinema in France 1895-1912
Arnaud Le Marchand
p. 48-63

Résumés

Les forains participèrent à la diffusion du premier cinéma et à son évolution technique et esthétique. Leur marginalisation à partir de 1912 ne découle pas seulement de l’action des grands producteurs industriels, elle fut aussi une conséquence de la loi de 1912 régissant leur statut et accroissant leur précarité. Le déclin du cinéma forain fut moins lié à des raisons esthétiques qu’à l’instauration d’une gouvernance du cinéma qui excluait ses acteurs nomades.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Avantage conventionnel initial aux forains
Changement de convention et marginalisation des forains
Singularisation du film ou fermeture du marché ?
L’attribution des places : des règles internes non stabilisées
Les conséquences de la Loi de 1912
Le Cinéma et la loi de 1912
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le 20 mars 1895 eut lieu le premier recensement des nomades, c’est-à-dire des personnes en habitat mobile, en France. Le 22 mars 1895, les frères Lumière organisèrent leur première projection. Ces deux événements n’ont, à première vue, aucun rapport, pourtant leurs conséquences allaient concerner pareillement les forains. Ce recensement est le prélude à une série de mesures de plus en plus répressives à l’encontre des personnes en habitat mobile, dont les forains. En 1912, au terme de ce processus, la loi les marginalise et les enferme dans un statut aux droits minorés. L’importance des forains dans l’histoire du premier cinéma incite à repenser l’évolution économique de ce secteur en tenant compte de ce contexte institutionnel ; la synchronie suggère une relation. Les modes de diffusion du cinéma des premiers temps s’appuient en effet sur des dispositifs techniques mobiles. Leur remplacement par des dispositifs sédentaires accompagne la transition du cinéma, d’une production et d’u...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Le Marchand, « De 1895 à 1912 : Le cinéma forain français entre innovation et répression », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 75 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://1895.revues.org/4956 ; DOI : 10.4000/1895.4956

Haut de page

Auteur

Arnaud Le Marchand

Maître de conférence en économie à l’Université du Havre. Recherches sur le travail et l’habitat mobile. A coordonné le dossier Micropolitique de l’habitat Non-Ordinaire dans la revue Multitudes (2009) et publié « Enclaves nomades. Habitat et travail mobiles » (2011).

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page