Navigation – Plan du site
Point de vue

Le cinéma des premiers temps et le « discours médiatique » du crime

Cinema in the media culture of the Belle Epoque
Alain Carou et Matthieu Letourneux
p. 30-47

Résumés

En apparence hétérogènes, les représentations du crime dans le cinéma des premiers temps sont à resituer dans un discours médiatique complexe, principalement porté par le journal à cinq sous, entre fiction et actualité, texte et image, culture de l’imprimé et du spectacle, visions de terreur et pratiques du rire. C’est de cet imaginaire sédimenté, qui s’invente durant tout le xxe siècle, qu’hérite le cinéma. Suivant une logique de synthèse et d’exemplarité, il absorbe les stéréotypes produits par le discours médiatique. Pour le public familier de cette culture, le film est enrichi de l’imaginaire des séries architextuelles qu’il convoque. Les scénarios intertextuels du feuilleton, les scènes types des gravures, les postures théâtrales, le souvenir de fait divers récents sont autant de fils bien identifiables par le public. Les trois pôles qu’investit le cinéma criminel, attraction, actualité et fiction, sont en prise directe avec le discours médiatique et ses héritages. Autrement dit, les productions du temps n’influencent pas seulement les thèmes du cinéma, elles en déterminent largement les logiques de représentation et la relation qu’il entretient avec ses référents réels et fictifs.

Haut de page

Notes de la rédaction

En même temps que paraît le présent article, a lieu à la Galerie des bibliothèques de la ville de Paris l’exposition « Cinéma premiers crimes » (avril-juillet 2015) dont les deux auteurs sont commissaires en collaboration avec Catherine Chauchard (Bibliothèque des littératures policières). Consacrée aux imaginaires criminels dans le cinéma de 1900 à 1930, l’exposition présente plus de 200 pièces, dont de nombreuses grandes affiches jamais exposées, ainsi que de nombreux extraits de films. Elle s’accompagne de la publication d’un riche catalogue illustré (Éditions Paris Bibliothèques).

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

La matrice : une dramatisation du social
Mise en scène de l’actualité et jeux avec les stéréotypes
Les histoires de détectives, concentrés narratifs

Aperçu du début du texte

Étudier les représentations du crime dans le cinéma des premiers temps expose à deux écueils. Soit l’on envisage une histoire (ou une « préhistoire ») du « film criminel » ou du « film policier », et l’on risque alors de se laisser emprisonner dans une définition a posteriori de ces catégories génériques, suivant une lecture téléologique ; soit l’on admet que les films dont un crime ou la criminalité sont le sujet forment un corpus d’une très grande diversité, au point de pouvoir raisonnablement douter de son unité et donc de la pertinence d’un tel sujet. Qu’est-ce qui relie Histoire d’un crime de Zecca (Pathé, 1901), la Main de Burguet (Le Film d’Art, 1908) et Fantômas de Feuillade (Gaumont, 1913-1914) ? En apparence rien sinon une vague thématique. Pourtant, la cohérence apparaît si l’on comprend que ces films s’emparent chacun d’une des multiples déclinaisons d’un imaginaire qui s’est structuré de longue date et qui, du fait de sa relation étroite à l’actualité et aux inquiétudes...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Carou et Matthieu Letourneux, « Le cinéma des premiers temps et le « discours médiatique » du crime », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 75 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://1895.revues.org/4953 ; DOI : 10.4000/1895.4953

Haut de page

Auteurs

Alain Carou

Membre du CA de l’AFRHC, est conservateur des collections video de la BnF. Auteur du Cinéma français et les écrivains. Histoire d’une rencontre 1906-1914 (2002), i a co-dirigé deux numéros de 1895 : « Louis Feuillade » (2000) et « Le Film d’Art et les films d’art en Europe, 1908-1912 » (2008). Il anime avec Hélène Fleckinger et Sébastien Layerle le séminaire « Video des premiers temps ». Avec Matthieu Letourneux et Catherine Chauchard, il est commissaire de exposition « Cinéma premiers crimes » (Galerie des bibliothèques de la Ville de Paris, printemps 2015) et co-auteur du catalogue (2015).

Articles du même auteur

Matthieu Letourneux

Maître de conférences HDR en Littérature française à l’Université Paris Ouest Nanterre-La Défense. Spécialiste des littératures populaires et cultures médiatiques des xixe et xxe siècles, il a publié le Roman d’aventures, 1870-1930 (2010), la Librairie Tallandier, Histoire d’une grande maison d’édition populaire (1870-2000) (co-Jean-Yves Mollier, 2011), et Fantômas ! Biographie d’un criminel imaginaire (co-Loïc Artiaga, 2013). Il a réédité les œuvres de Gustave Aimard, Emilio Salgari et Eugène Sue et entrepris, avec Artiaga, de rééditer l’ensemble de la série Fantômas. Il préside l’AFRELOCE (Association Française de Recherche sur les Livres et Objets Culturels de l’Enfance) et est rédacteur en chef de la revue en ligne Belphégor, consacrée à la littérature populaire et aux cultures médiatiques. Il est (avec Alain Carou et Catherine Chauchard) commissaire de l’exposition « Cinéma premiers crimes » (2015) et co-auteur du catalogue (2015).

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page