Navigation – Plan du site
Archives

Les images interdites de la Section photographique de l’armée : quand l’État censure ses propres clichés

When the state censors its own photographs: the banned images of the Army Photography Section
Hélène Guillot
p. 96-111

Résumés

C’est en 1915 que les autorités civiles et militaires françaises décident de mettre en place un service dévolu à produire des photographies de guerre officielles : la section photographique de l’armée (SPA). Sa mission est de répondre à la propagande ennemie par l’image exercée en direction des pays neutres. Son objectif inavoué est de contrôler la production d’images fixes en France en les produisant elle-même. À compter du moment où l’image est reconnue comme une nécessité d’État, les autorités s’imposent d’en contrôler toutes les étapes ; choix des sujets, formation et encadrement strict des reporters militaires, mise en place d’un comité de censure spécial. Cette section est un nouvel outil de l’appareil politique français qui s’en approprie toute la puissance. L’image est intégrée dorénavant au discours généralisé de la propagande. Pourquoi, des images sont-elles censurées ? Quand la censure commence-t-elle ? Quelles sont les images interdites, que montrent-elles ? Qu’y a-t-il derrière ces interdictions quels sont les enjeux ?

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Le contrôle de la production
Le contrôle de la diffusion
Les images interdites
Conclusion

Aperçu du début du texte

En 1915, alors que le front de l’Ouest se stabilise et que les troupes s’enterrent dans les tranchées, les autorités civiles et militaires françaises décident de mettre en place un service, sous l’autorité du Grand Quartier général, apte à produire des photographies de guerre officielles. Premier service du genre à voir le jour en Europe, et dans le monde, la section photographique de l’armée (SPA) résulte de l’association intéressée de trois ministères. Leur objectif est simple : répondre à la propagande ennemie par l’image exercée dans les pays neutres en mettant en place en France un service dédié sous le contrôle de l’État. La menace est identifiée par le ministère des Affaires étrangères qui sollicite les services du sous-secrétariat des Beaux-Arts car celui-ci possède déjà un laboratoire photographique opérationnel. Bien entendu, s’agissant de pénétrer le front, la participation des armées est indispensable, le ministère de la Guerre est donc officiellement saisi et rapidement...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Guillot, « Les images interdites de la Section photographique de l’armée : quand l’État censure ses propres clichés », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 74 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://1895.revues.org/4902 ; DOI : 10.4000/1895.4902

Haut de page

Auteur

Hélène Guillot

Capitaine Hélène Guillot, responsable des fonds contemporains de l’armée de terre, Service historique de la Défense, membre associée ISOR/CRH XIXe sc. Sa thèse « Photographier la Grande Guerre, les soldats de la mémoire, 1915-1919 » a reçu, en 2013, une mention spéciale au prix de thèse du Sénat et le 1er prix Institut des Hautes Études de la Défense Nationale. H. Guillot est, par ailleurs, commissaire de l’exposition Images interdites de la Grande Guerre présentée au Centre-Panthéon du 1er au 23 octobre 2014 et directrice du catalogue homonyme (PUR/ECPAD, octobre 2014).

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page