Navigation – Plan du site
Études

Bannières et drapeaux, sur quelques manières de les lever et de les représenter : l’exemple du Reichstag, mai 1945

On various ways of raising and representing banners and flags: the example of the Reichstag, May 1945
Victor Barbat
p. 70-95

Résumés

Tout le monde connaît la photographie prise le 2 mai 1945 sur le toit du Reichstag où un soldat de l’Armée rouge victorieuse, soutenu par un camarade, arrime le drapeau soviétique au-dessus de Berlin en ruine. Due au photojournaliste Evguéni Khaldéi, ce symbole de la victoire soviétique sur le nazisme a fait le tour du monde : revanche vis-à-vis du régime hitlérien qui avait, en 1933, humilié et stigmatisé les communistes allemands en leur imputant l’incendie du parlement allemand. Depuis la chute du mur de Berlin en 1989 et l’ouverture d’un certain nombre d’archives concernant « la Grande Guerre Patriotique », des recherches ont été menées sur les documents relatifs à cette période de l’histoire qui ont conduit à une première monographie sur le photographe soviétique et à un début de généalogie de cette photographie devenue mythique. On a mis en lumière les retouches dont elle avait été l’objet puis on a découvert que les tirages successifs n’avaient pas cessé d’en modifier le cadrage, le fond. Toutes choses qui relèvent finalement d’un parti pris artistique revendiqué par l’auteur dans le cadre du contexte de mémorialisation et de célébration du conflit mondial lors des commémorations de 1965. Le rapprochement avec d’autres clichés célèbres (comme le Old Glory Goes Up on Mt. Suribachi de l’Américain Joe Rosenthal) et la comparaison avec les films d’actualités soviétiques sur le même sujet, permettent de mettre en évidence des régimes de représentation différents.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Dernier round
La Bannière de la Victoire sur le Reichstag
Berlin, 2 mai 1945
Détour par Iwo Jima
Devenir historique
Pour l’Histoire
Histoires parallèles
Morphologie et histoire
Histoires singulières
Évidence de l’histoire

Aperçu du début du texte

« Les faits ne sont pas tout faits, il faut les faire. »
Paul Veyne

Dernier round

Il existe un certain nombre de photographies prises sur le toit du parlement allemand, le Reichstag, en mai 1945. Il est difficile de dire combien, difficile aussi de mettre une date exacte sur chaque levée de drapeau. Ces bannières ont très certainement été photographiées dans la période allant du 1er au 9 mai 1945. Néanmoins, cette incroyable source iconographique permet de poser quelques hypothèses concernant les représentations de guerre au moment décisif de la victoire finale. Que révèlent les enjeux profonds et superficiels de telles mises en scène ? A bien des égards ces photographies, pour certaines marquées d’une postérité sans précédent, offrent un champ d’investigation inédit pour l’historien.

La bataille de Berlin marque l’ultime étape de la contre-offensive menée par les forces soviétiques sur l’ennemi nazi. Le 21 avril 1945, la ville est prise en étau par les trois grandes armées : au nord ce...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Victor Barbat, « Bannières et drapeaux, sur quelques manières de les lever et de les représenter : l’exemple du Reichstag, mai 1945 », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 74 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://1895.revues.org/4899 ; DOI : 10.4000/1895.4899

Haut de page

Auteur

Victor Barbat

Doctorant contractuel en Histoire de l’art, chargé de cours à l’Université Paris 1. Ses recherches portent sur l’histoire du cinéma documentaire soviétique. Il participe à différents projets de recherche et collabore actuellement avec l’ANR-CINESOV sur l’exposition « Filmer la guerre : les Soviétiques face à la Shoah (1941-1946) ». Travaille à une thèse intitulée « Roman Karmen, la vulgate soviétique de l’Histoire. Stratégies et modes opératoires d’un documentariste au xxe siècle » (sous la direction de Sylvie Lindeperg).

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page