Navigation – Plan du site
Études

Le Six juin à l’aube : les désastres de la guerre

Le 6 juin à l’aube: The Disasters of War
François Albera
p. 38-69

Résumés

Dès la libération de Paris Jean Grémillon se rend avec un opérateur en Normandie où a eu lieu le débarquement dans l’intention de dresser un constat de la situation de la région sur les plans humain et matériel. Une année plus tard il y retourne. Achevé en 1946 le film connaît quelques présentations mais ne trouve pas de distribution sinon dans une version raccourcie en 1949 pour accompagner un long métrage, Noces de sable. Repartant des archives Grémillon, de l’accueil du film dans la presse régionale et nationale et des matériels films conservés, cette étude s’interroge sur les raisons de l’occultation dont le seul documentaire français de l’époque sur le débarquement a été l’objet jusqu’à aujourd’hui et développe quelques hypothèses touchant au point de vue du cinéaste sur l’événement.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Genèse et contexte du film
Le rôle de l’Entr’aide française
Les retards
L’accueil du film et sa postérité
Le film : une vision de l’histoire
La mise en scène documentaire

Aperçu du début du texte

Le Six juin à l’aube de Jean Grémillon, sous-titré 1944 / Notes cinématographiques sur le débarquement anglo-américain (Manche et Calvados) – tourné en septembre 1944 et juillet-août 1945, dont le montage est achevé à l’automne 1946 – est le seul documentaire français consacré au débarquement anglo-américain en Normandie tourné à l’époque des faits. Il ne trouva pourtant pas de distribution dans sa version intégrale de 56 ou 60 minutes et dut attendre 1949 pour sortir en première partie de programme, avec Noces de sable d’André Zwobada, réduit au format d’un court métrage.

Était-il « trop tard » en 1946 et les années suivantes pour évoquer les événements et la situation qui font la matière de ce film ? Depuis quelques années, en effet, les maisons de production et de distribution, relayées par la presse corporative, faisaient état d’une « lassitude » des spectateurs « submergés depuis 1944 par un flot ininterrompu de documentaires anglo-saxons ». Ainsi le Film français et tout un cou...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Albera, « Le Six juin à l’aube : les désastres de la guerre », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 74 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 29 mai 2017. URL : http://1895.revues.org/4898 ; DOI : 10.4000/1895.4898

Haut de page

Auteur

François Albera

Professeur d’histoire et esthétique du cinéma à l’Université de Lausanne, secrétaire de rédaction de 1895 revue d’histoire du cinéma, auteur récemment de Modernidade e vanguarda do cinema (2012) et co-éditeur de Cine-Dispositives. Essays in Epistemology Across Media (2014).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page