Navigation – Plan du site
Études

Une larme sur la joue du temps : le Retour d’Henri Cartier-Bresson

A tear on the cheek of time: Le Retour d’Henri Cartier-Bresson
Thomas Tode
Traduction de Clara Bloch
p. 12-37

Résumés

En août 1944, le photographe Henri-Cartier Bresson qui a déjà filmé des événements de la libération de Paris, est chargé de se rendre en Allemagne par le Mouvement National des Prisonniers de Guerre et Déportés (MNPGD) pour réaliser un film sur les prisonniers et déportés récemment libérés par les armées alliées. Avec l’appui du commissariat aux Prisonniers, Déportés et Réfugiés et avec la collaboration du service d’information de guerre américain il peut partir en avril-juin 1945. Le film se distingue des actualités américaines sur les Personnes Déplacées car Cartier-Bresson poursuit un double objectif : pour répondre à la demande politique du MNPGD et au ministère des Prisonniers, Déportés et Réfugiés il doit mettre l’accent sur le fait que les presque 2 millions de Français en Allemagne sont pris en charge, soignés. Lui-même ancien déporté (et évadé), comme l’auteur du commentaire, Claude Roy et le musicien, Robert Lannoy, entend introduire des « contre-images » à valeur thérapeutique pour le public, montrant notamment que les déportés organisent la justice dans les camps libérés et montrer qu’ensuite, par centaines de milliers, ils se mettent en route de leur propre chef pour rentrer dans leurs pays d’origine.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduction de l’allemand de Clara Bloch

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

La démocratie primitive de Dessau, les devoirs et les tâches des DP
Émotions parisiennes
Les compléments londoniens
La version courte américaine et une variante britannique
Épilogue

Aperçu du début du texte

L’un des documents les plus émouvants sur la douleur et la joie humaines au sortir de la Seconde Guerre mondiale, le Retour, suit la libération et le voyage de retour de prisonniers français libérés des camps nazis d’août à octobre 1945. De leurs visages incrédules et creusés lors de leur rétablissement à l’hôpital, à leur retour enfin, à pied, en camion ou en avion, la caméra capture leurs intenses expressions de peur, d’attente et de bonheur. Les contrôles aux frontières, le pont aérien américain à destination de la France et les sourires hésitants des gens lorsqu’ils arrivent par le train et guettent des visages aimés nous sont rendus inoubliables grâce à la subtile caméra de Cartier-Bresson. En se concentrant sur un événement unique, il en dit plus sur la séparation et la destruction de la guerre que des heures de film montrant des combats. « Face à une grande catastrophe et à une tragédie humaine », dit l’historien du cinéma Richard Barsam, « l’artiste est souvent muet et, au t...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Tode, « Une larme sur la joue du temps : le Retour d’Henri Cartier-Bresson », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 74 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://1895.revues.org/4895 ; DOI : 10.4000/1895.4895

Haut de page

Auteur

Thomas Tode

Thomas Tode, cinéaste documentaire, chercheur indépendant et commissaire d’exposition a enseigné dans les universités de Hambourg, Bochum, Zurich et Vienne ; collabore avec la Cinémathèque de Hambourg et le festival Cinepolis. A publié de nombreux articles dans des revues spécialisées et plusieurs ouvrages de et sur Johan van der Keuken, Chris Marker, Dziga Vertov. Ses recherches sont portent sur la notion de « Film-essai », le documentaire politique, le cinéma d’avant-garde et le cinéma soviétique. A récemment participé à la restauration de la version sonore allemande du Cuirassé Potemkine (version « Nadelton 1930 »). Films : Natur Obskur (1988), Die Hafentreppe (1991), Im Land der Kinoveteranen - Filmexpedition zu Dziga Vertov (1996), Hafenstrasse im Fluss (2010). Exposition : « bauhaus cinéma ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page