Navigation – Plan du site
Livres
Notes de lecture

Martin de la Soudière, Sur les traces de Mario Ruspoli, En Lozère. Retour sur Les Inconnus de la terre

Crisnée, Yellow Now « Côté cinéma », 2013, 140 p.
François Amy de la Bretèque
p. 222-224
Référence(s) :

Martin de la Soudière, Sur les traces de Mario Ruspoli, En Lozère. Retour sur Les Inconnus de la terre, Crisnée, Yellow Now « Côté cinéma », 2013, 140 p.

Texte intégral

1Ce petit volume est un livre d’ethnologue et non de spécialiste de cinéma, il convient de le préciser en commençant. Cela définit les limites de l’ouvrage mais aussi son intérêt : il est toujours fructueux de disposer d’un regard décentré, venu d’ailleurs, sur son objet. Mais il faut ajouter qu’il est publié à l’occasion de la réalisation et de la sortie d’un film : Traces, du réalisateur Jean-Christophe Monferrand accompagné du même Martin de la Soudière et de la sociologue Françoise-Eugénie Petit produit par le CNRS (2012). C’en est donc aussi le livret d’accompagnement.

2La belle préface de Daniel Fabre, anthropologue à l’EHESS et spécialiste bien connu du monde occitan, situe la démarche. Il s’agit de « revisiter » un lieu d’enquête, selon une pratique d’ethnologue ainsi dénommée par Oscar Lewis dans laquelle un « cadet » revient sur les traces de son « aîné ». Ce que fait précisément le trio sur les traces de Mario Ruspoli en retournant dans les coins de Lozère (Margeride, vallée du Lot, Causse Méjean et Mont Lozère, carte p. 16-17) où fut tourné les Inconnus de la terre en 1961 et en rencontrant les témoins survivants de ce tournage.

3Or, la dite pratique des ethnologues rencontre celle d’assez nombreux films qui sont eux aussi retournés sur les lieux de tournage d’un film antérieur et en ont retrouvé les témoins. La liste en est longue qui finit par former un véritable sous-genre : Daniel Fabre en cite quelques-uns (p. 23, en se trompant sur le nom du village de Farrebique : c’est Goutrens en Aveyron, sur le plateau du Ségala, et non « Rânes ») et une filmographie en donne d’autres p. 128, qui ne relèvent pas tous du documentaire ni de l’ethnographie, qui vont de Kabloonak de Claude Massot (1995, retour sur Nanook l’esquimau de Flaherty, 1922) à Retour en Normandie de Nicolas Philibert (2007, sur Moi, Pierre Rivière... de René Allio, 1976) en passant par Quoi de neuf à la République de Xavier Gayan (2003, sur Place de la République de Louis Malle, 1963), mais en oublie quelques autres comme le Temps des amoureuses du même Philibert (2009, sur Mes Petites amoureuses de Jean Eustache, 1974) : un véritable phénomène, sinon un vrai sous-genre, qui ne peut manquer d’interpeller l’historien du cinéma et qu’on ne saurait réduire au seul hommage intimidé et déférent. Faut-il y voir une manifestation de la réflexivité qui marque de façon générale la création artistique de l’âge post-moderne ? (voir François Amy de la Bretèque, Emmanuelle André et al., dir., Cinéma et audiovisuel se réfléchissent, Réflexivité, migrations, intermédialité, 2012). Ce livre ne s’attarde pas sur cette question car son propos est ailleurs mais il permet de la poser. Il est d’ailleurs illustré de deux sortes d’images, des photos du tournage de 1961 en noir et blanc et des photos du tournage de 2012, en couleurs, recomposant un code classique pour opposer passé et présent.

4Par-delà la présentation des profondes modifications qui ont affecté le monde rural, c’est un hommage à Mario Ruspoli et à son équipe. On redécouvre depuis quelques temps le cinéaste (documentaire sur lui a été réalisé par Florence Dauman en 2012), issu de la haute noblesse italienne par son père, qui avait une mère lozérienne de la grande famille des de Chambrun, ce qui expliquait et assurait son ancrage. C’est par elle qu’il connut l’hôpital psychiatrique de Saint-Alban, lieu expérimental célèbre d’une nouvelle forme de psychothérapie « institutionnelle » et décloisonnée ; son fondateur, François Tosquelles, Catalan républicain réfugié en France, fut le médiateur essentiel entre l’aristocrate Ruspoli et le monde paysan. La vie romanesque de Tosquelles est rappelée dans le livre qui signale son rôle dans la création de la clinique de La Borde, portée par Jean Oury (décédé récemment) et Félix Guattari. Tous ces militants de l’« anti-psychiatrie » étaient cinéphiles (ainsi Jean Deligny, autre enfant de Saint-Alban, tournant avec Renaud Victor Ce gamin-là en 1975), Tosquelles le premier. C’est lui qui incita Ruspoli à réaliser juste après, sinon en même temps, dans son institution, Regards sur la folie (1962), un des documents marquants sur le problème de l’aliénation au même titre que plus tard le San Clemente de Depardon (1981). La Sourdière souligne avec pertinence la rencontre entre condition paysanne et maladie mentale (p. 71) et Fabre évoque à leur propos le « syndrome des derniers » reconnu par Bourdieu dans son enquête sur le Béarn (p. 12), lecture qui par ailleurs suscitera un certain rejet des deux films par la population locale au moment de leur sortie (p. 80), par l’effet d’un malentendu qui frappa de même cinquante ans plus tard le dernier opus de Depardon (la Vie moderne, cité et discuté p. 82)... Aujourd’hui, montre La Soudière, « il y a prescription » dans la population : l’« histoire » est devenue consensuelle, la mémoire n’est plus vivante mais fantasmée (p. 50). La nostalgie « vintage » prédomine (p. 112). Recueillir les témoignages serait donc fort déceptif, n’était que cela conduit au moins à ce constat : le cinéma fait consensus.

5Une autre connexion s’établit à l’occasion du tournage de ce film, montrant que la Lozère, si reculée qu’elle fût en 1961, était quand même favorable au croisement d’expériences : celle de l’ONF canadien était présente en la personne de Michel Brault, le futur chef opérateur de Pour la suite du monde de Pierre Perrault (1963). Il apporta ses innovations techniques, notamment pour filmer sans lumière additionnelle. Pour terminer cette revue des collaborateurs, il faut noter le nom de Michel Zeraffa, auteur du commentaire off, futur grand sociologue de la littérature. Le cinéma se situe au carrefour des savoirs.

6Avec le recul du temps on peut poser la question du regard de Ruspoli : celui-ci, étranger au monde qu’il filme, s’efforce d’éviter la déploration et respecte la dignité des gens filmés. La Sourdière l’oppose avec raison à un roman comme l’Épervier de Maheux de Jean Carrière (prix Goncourt 1972) qui en rajoutait dans le « primitif ».

7Le film de Ruspoli marquait aussi une étape dans l’histoire du « cinéma direct ». J. C. Monferrand va jusqu’à affirmer qu’il fut le véritable inventeur de la notion, avançant pour preuve un texte rédigé en 1963 pour l’UNESCO : « le groupe synchrone cinématographique léger » (sur cette question, voir le livre récent de Séverine Graff, le Cinéma vérité, études et controverses, PUR, 2014). Mais quelle connexion avec les expériences de Marker, Morin et Rouch ? Il me semble que la méthode de Ruspoli est assez éloignée de celle du cinéaste des Maîtres fous (1955), assurément précurseur

8Enfin, les auteurs ont voulu traiter de la diffusion, à leurs yeux longtemps occultée, du film, mais – trop parisiens ? – ils oublient ou ignorent qu’il fut très longtemps, comme Regards sur la folie, au catalogue 16 mm de l’UFOLEIS et donc largement diffusé dans le monde scolaire et associatif.

9Une édition DVD du film est prévue pour sortir en 2014 aux Éditions Montparnasse dans la collection « le geste cinématographique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Amy de la Bretèque, « Martin de la Soudière, Sur les traces de Mario Ruspoli, En Lozère. Retour sur Les Inconnus de la terre », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 73 | 2014, mis en ligne le 05 octobre 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://1895.revues.org/4882

Haut de page

Auteur

François Amy de la Bretèque

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page