Navigation – Plan du site
Archives

Lettres d’André Bazin à Amédée Ayfre

André Bazin, letters to Amédée Ayfre
p. 100-122

Résumés

Dans l’histoire de la cinéphilie catholique après 1945, André Bazin paraît souvent insaisissable tant il incarne une figure charnière, jamais parfaitement inscrite dans les pratiques cinématographiques du groupe confessionnel sans en être pour autant exclue. De cette façon, le mythe Bazin a longtemps contribué à minimiser la puissance d’innovation de la critique spiritualiste en la cristallisant paradoxalement. Or, la correspondance entretenue par Bazin avec l’abbé Amédée Ayfre se situe au cœur de ce chassé-croisé de l’individu avec le collectif. Elle contribue à éclairer ses rapports avec la communauté chrétienne tout en nous permettant de saisir l’intimité d’une relation personnelle. L’intégralité des lettres conservées qu’André Bazin a adressées à l’abbé Amédée Ayfre entre 1949 et 1958 est ici publiée et annotée.

Haut de page

Notes de la rédaction

Les lettres ci-dessous ont été retranscrites d’après les originaux. Pour une meilleure lisibilité, les titres des films et des publications ont été retranscrits en italique ; les fautes d’orthographe ont été corrigées et les abréviations complétées. Les mots biffés le sont par l’auteur. Tous les ajouts d’édition apparaissent entre crochets (dates supputées notamment). Les dates indiquées en note correspondent aux sorties françaises des films évoqués par Bazin.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Lettre 1
Lettre 2
Lettre 3
Lettre 4
Lettre 5
Lettre 6
Lettre 7
Lettre 8
Lettre 9
Lettre 10
Lettre 11
Lettre 12
Lettre 13
Lettre 14
Lettre 15
Lettre 16
Lettre 17
Lettre 18
Lettre 19
Lettre 20

Aperçu du début du texte

Lettre 1

Paris 21 décembre 1949
Monsieur l’abbé

Esprit m’a transmis votre lettre et votre étude sur Allemagne année zéro. Je vous remercie de me les avoir envoyées car elles complètent de façon très pénétrante mes réflexions sur le cinéma italien. Cela est d’autant plus surprenant significatif que nos deux études étaient indépendantes. Elles partent effectivement toutes deux de la même idée : le cinéma italien est implicitement existentialiste et phénoménologique. Mais n’étant pas philosophe je pars de l’observation pour m’approcher plus ou moins clairement du principe que vous définissez très bien.

Plus encore peut-être que mon article sur Voleur de bicyclette mon article sur Allemagne année zéro (paru également dans Esprit) confirmerait notre commun accord : je vous signale également si cela vous intéresse une longue étude sur le néoréalisme italien que j’ai publiée dans Esprit en février 47 en m’appuyant surtout sur l’exemple de Païsa.

Votre étude me sera certainement fort utile car e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Lettres d’André Bazin à Amédée Ayfre », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 73 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 27 avril 2017. URL : http://1895.revues.org/4832 ; DOI : 10.4000/1895.4832

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page