Navigation – Plan du site
Études

Une amitié en cinéma : Amédée Ayfre et André Bazin

A friendship in film: Amédée Ayfre and André Bazin
Philippe Roger
p. 80-99

Résumés

On connaît mal la nature des relations que nouèrent André Bazin et l’abbé Amédée Ayfre après leur première rencontre en 1949 décisive pour leur amitié de neuf années. La figure d’Ayfre s’est quelque peu estompée en dépit de la place qu’il a occupée entre 1949 et 1964 ; au mieux l’envisage-t-on comme un disciple de Bazin quand ce n’est pas un imitateur. Les vingt lettres que Bazin adressa à Ayfre entre 1949 et 1958 (publiées par ailleurs en rubrique Archives), comme l’examen des agendas de l’abbé, sont de nature à enrichir la connaissance des deux hommes. Elles viennent aussi bouleverser l’image simpliste qu’on a de leurs relations faites de proximité de pensée et de conviction et aussi d’échanges mutuels, la formation philosophique de l’abbé apportant à Bazin ce qu’il reconnaît lui « manquer ». Cette correspondance Bazin-Ayfre (les courriers d’Ayfre manquent encore) voudrait ainsi contribuer à une meilleure connaissance d’un aspect de l’histoire de la critique de cinéma en France.

Haut de page

Notes de l'auteur

On connaît mal la nature des relations que nouèrent André Bazin et l’abbé Amédée Ayfre après une première rencontre en 1949 qui se révéla décisive pour leur amitié de neuf années. La figure d’Ayfre s’est quelque peu estompée en dépit de la place qu’il a occupée entre 1949 et 1964 ; au mieux l’envisage-t-on comme un disciple de Bazin quand ce n’est pas un imitateur. C’est pourquoi les vingt lettres que Bazin adressa à Ayfre (conservées dans les papiers de ce dernier1 et que nous publions dans ce numéro en rubrique Archives), comme l’examen des agendas de l’abbé, sont de nature à enrichir la connaissance des deux hommes. Mais elles viennent aussi bouleverser l’image simpliste qu’on a de leurs relations : elles se révèlent faites de proximité de pensée et de conviction et aussi d’échanges mutuels, la formation philosophique de l’abbé apportant à Bazin ce qu’il reconnaît lui « manquer ». Cette correspondance Bazin-Ayfre (dont les courriers d’Ayfre ne nous sont malheureusement pas parvenus) voudrait ainsi contribuer à une meilleure connaissance d’un aspect de l’histoire de la critique de cinéma en France.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Ces vingt lettres se trouvent réparties de façon presque constante, de 1949 à 1958. Période décisive pour la cinéphilie française en général, et pour André Bazin en particulier (cette décennie correspond à sa grande époque, depuis sa participation au Festival du film maudit de Biarritz jusqu’à son décès prématuré). Pour l’abbé Ayfre, c’est aussi une période essentielle : ce passionné d’art moderne ne commence à écrire sur le cinéma qu’en 1949, à vingt-sept ans, faisant parvenir son tout premier texte à celui qu’il considère déjà comme son interlocuteur privilégié, son frère aîné en cinéma, un Bazin de trente-et-un ans, départ d’une amitié profonde. Si cette correspondance permet d’approcher du critique et de l’homme André Bazin, elle fera découvrir à beaucoup la figure attachante d’Amédée Ayfre. Attachante et oubliée : en 1997 son nom ne figure même pas dans le dictionnaire de Michel Ciment et Jacques Zimmer sur la critique de cinéma en France. Quant à la réédition, en un volume, de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Roger, « Une amitié en cinéma : Amédée Ayfre et André Bazin », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 73 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 25 juin 2017. URL : http://1895.revues.org/4830 ; DOI : 10.4000/1895.4830

Haut de page

Auteur

Philippe Roger

Maître de conférence en cinéma à l’Université Lumière-Lyon 2, critique à Jeune Cinéma et aux Études et auteur de films documentaires. Il a publié notamment Derge Daney, Devant la recrudescence des vols de sac à main. Dialogues avec Philippe Roger (1991), le Mystère de l’œuvre. Remorques de Jean Grémillon (1999), Lettres d’une inconnue de Max Ophuls (1989).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page