Navigation – Plan du site
Point de vue

Technique/discours - Quand Bergson inventa son cinématographe

Discourse/Technique: when Bergson invented his cinematograph
Maria Tortajada
p. 10-29

Résumés

Bergson développe le modèle cinématographique de la pensée dans l’Évolution créatrice en 1907 à partir de ses Cours au Collège de France de 1902-1903. Cette appropriation bergsonienne d’un appareil de la modernité n’est pas passée inaperçue : il a nourri, tout au long du xxe siècle, des positions souvent antagonistes sur le cinéma qui imposent à l’historien de s’interroger sur le statut du dispositif cinématographique de Bergson. Relevant purement du discours philosophique, celui-ci renvoie à un appareillage et à des procédures dont le mécanisme bien reconnaissable ne se résume pourtant pas au Cinématographe Lumière. Il faut donc se confronter à la dimension technique de ce dispositif pour en interroger le caractère très particulier. Qu’est-ce qui fait la technicité du dispositif de Bergson ? Comment se joue le passage de la référence technique à son appropriation par le discours dans des stratégies démonstratives qui en transforment la valeur ? Il s’agira d’interroger frontalement, à partir d’une étude de cas, le devenir de la technique dans les discours. En s’appuyant sur l’histoire des techniques, cet article tente de redessiner l’entrelacement du discours et du fait technique. Il propose de réfléchir à ce qu’on peut appeler un discours utilisateur dans son rapport au discours spécialisé et met en évidence la prédisposition des discours, quels qu’ils soient, à une osmose des concepts dont peut rendre compte l’épistémologie des dispositifs de vision.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

La genèse discursive de l'objet technique
Technicité du « cinématographe » de Bergson
Le fait technique et la « transmutation » discursive

Aperçu du début du texte

Le bergsonisme a irrigué les théories sur l'art et sur le cinéma de manière directe ou indirecte jusqu'à nos jours. André Bazin ou Gilles Deleuze en sont de fameux exemples. Il n'est pas sans intérêt de retourner aux fondements de cette philosophie et à ses liens avec une certaine idée du « cinéma », que l'on écarte souvent pour mieux défendre le bergsonisme. Bergson lui-même a parlé de « cinéma ». Non pas tant parce qu'il a admis qu'il fréquentait les salles de cinéma dans un entretien souvent cité ; non plus parce qu'il aurait parlé, dans l'Évolution créatrice, de cette machine, le cinématographe Lumière, dont il est le contemporain ; et non pas même parce qu'il ferait du cinématographe une métaphore de la pensée scientifique. Bergson a parlé de cinéma parce qu'il a introduit la référence à un appareil qui relève de la technique cinématographique et a produit une analyse de son dispositif en même temps qu'il en a construit lui-même une vision particulière. Il a parlé de « cinéma »...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Tortajada, « Technique/discours - Quand Bergson inventa son cinématographe », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 73 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 28 avril 2017. URL : http://1895.revues.org/4824 ; DOI : 10.4000/1895.4824

Haut de page

Auteur

Maria Tortajada

Professeur ordinaire à l’Université de Lausanne en Histoire et esthétique du cinéma. Elle mène des recherches sur l’épistémologie des dispositifs de vision et d’audition, les théories de la représentation et le cinéma suisse. Co-directrice du Programme doctoral de la section de cinéma de l’Université de Lausanne, « Dispositifs de vision : cinéma, photographie et autres médias » en collaboration avec l’Université de Zurich et de nombreux partenaires internationaux. Elle a notamment publié, sur les théories de la représentation : le Spectateur séduit. Le libertinage dans le cinéma d’Eric Rohmer et sa fonction dans une théorie de la représentation filmique (1999) ; sur les dispositifs de vision : Cinema Beyond Film. Media Epistemology in the Modern Era, (dir. co-F. Albera, 2010), Ciné-dispositifs. Spectacles, cinéma, télévision, littérature, (dir. co-F. Albera, 2011), ainsi que plusieurs articles sur Marey et Bergson.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page