Navigation – Plan du site
Expositions

L'œuvre de Gustave Doré au cinéma

Valentine Robert
p. 158-176

Notes de la rédaction

Une version cursive et traduite en anglais de ce texte est éditée dans le catalogue bilingue de l'exposition Gustave Doré (1832-1883). L'imaginaire au pouvoir / Master of Imagination présentée au Musée d'Orsay à Paris du 18 février au 11 mai 2014 et au Musée des Beaux-Arts du Canada à Ottawa du 13 juin au 14 septembre 2014, dirigée par Édouard Papet, Philippe Kaenel, Paul Lang.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Doré sur la page blanche de l'écran : limites d'un imaginaire collectif
Doré adapté : de l'Enfer aux contes de fées et de Londres à Münchhausen
La galerie biblique à l'écran : un rêve réalisé, une nouvelle « légende dorée »

Aperçu du début du texte

« Gustave Doré aurait été un grand chef-opérateur [...], il regarde les choses avec le point de vue de la caméra » ; « comme le réalisateur qui varie les contrastes et le focus en fonction de son sujet et de la tonalité émotionnelle qu'il veut projeter, Doré manipule les styles [...] il possède une vision cinémascopique » ; il a « l'œil cinématographique. »

Bien que Doré se soit éteint plus d'une décennie avant l'apparition des premiers films, qu'il ait très peu utilisé la photographie dans son travail (la considérant plutôt comme une « rivale ») et n'ait pas semblé intéressé par les développements de son siècle concernant les technologies ciné-photographiques (aimant à dire qu'il avait, lui, le « collodion dans la tête »), nombreux sont les discours qui lui prêtent une « âme de cinéaste » et louent les traits « pré-cinématographiques » de ses compositions. Pour séduisante qu'elle soit, cette idée anachronique obscurcit la réalité de la rencontre entre Doré et le cinéma – qui a bel e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valentine Robert, « L'œuvre de Gustave Doré au cinéma », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 72 | 2014, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 26 juin 2017. URL : http://1895.revues.org/4812 ; DOI : 10.4000/1895.4812

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page