Navigation – Plan du site

Un ami nous a quittés : Alain Weber

Jean-Jacques Meusy et Thérèse Weber
p. 286

Alain Weber était un ami fidèle et discret. Il assistait régulièrement à nos assemblées générales mais ne prenait que rarement la parole. Ces quatre dernières années, nous ne l’avons plus vu à notre association car la maladie de Parkinson commençait à le détruire.

Alain Weber naquit le 3 juillet 1930 à Paris. Sa mère, Irène Joachim, qui allait devenir une célèbre cantatrice, n’avait alors que dix-sept ans et confia le jeune Alain à ses grands-parents, le philosophe Louis Weber du côté paternel et la violoniste Suzanne Chaigneau du côté maternel.

Fils de résistante et arrière petit-fils du violoniste juif Joseph Joachim, Alain dut passer les sombres années de la guerre et vivre son adolescence dans la clandestinité. A dix-sept ans, il débuta dans la vie active comme typographe puis comme photographe de presse en free-lance. A vingt ans, il adhéra au Parti communiste français. Très attaché à sa mère et au cercle d’amis artistes et cinéastes dont elle était entourée, il travailla à l’Écran français et aux Lettres françaises (de 1952 à 1954), à la Cinémathèque française comme archiviste, devint assistant puis chef monteur de long métrage (1965), au cinéma d’abord et à la télévision à partir de 1975. Il était membre de la Fédération nationale du spectacle CGT (aujourd’hui Fédération nationale des syndicats du spectacle, de l’audiovisuel et de l’action culturelle CGT).

Parallèlement, il entreprit des travaux de recherche et publia en 1983 Idéologies du montage ou l’art de la manipulation (CinémAction no 23, L’Harmattan), Ces films que nous ne verrons jamais (Paris, L’Harmattan, 1995), Cinéma(s) français 1900-1939. Pour un monde différent, préface de Michel Marie (Paris, Séguier, 2002), La Bataille du film. 1933-1945, le cinéma français entre allégeance et résistance (Paris, Ramsay, 2007). Il rédigea sept articles pour 1895, la plupart concernant Jean Grémillon qu’il avait bien connu, et participa au numéro hors-série consacré à ce cinéaste.

Il collabora à de nombreuses commissions et associations, Institut de recherches marxistes (aujourd’hui Espaces Marx), Commission supérieure technique, Académie des Césars, Amis de la Commune, Musée de la Résistance.

Le 14 juillet 2013, il a perdu son dernier combat contre la maladie.

Jean-Jacques Meusy avec l’aide de Thérèse Weber, son épouse