Navigation – Plan du site
Livres, revues, DVD
Notes de lecture

Christian Rolot (dir.), Pierre Etaix, Histoire d’un itinéraire

Lézignan-Corbières, Cinergon, 2011
François Amy de la Bretèque
p. 235-236
Référence(s) :

Christian Rolot (dir.), Pierre Etaix, Histoire d’un itinéraire, Lézignan-Corbières, Cinergon, 2011, 158 p. illustrées

Texte intégral

1Cinergon a fait partie de cette génération de jeunes publications nées dans l’environnement universitaire qui a fait espérer une nouvelle vague des revues de cinéma, mais a eu du mal, finalement, à sortir du ghetto. Après dix-huit numéros thématiques de 1995 à 2010, elle s’est transformée en collection dont Jean-Philippe Trias a la responsabilité. Elle a été inaugurée par un coup d’éclat avec la réédition de l’Essai sur le jeune cinéma français d’André S. Labarthe (2010). Elle prépare un volume sur Henri-François Imbert en coédition avec l’Institut Jean- Vigo de Perpignan.

2Il semble qu’après une période « esthétique » pure et dure, Cinergon soit désormais davantage orientée vers l’histoire, ce dont on ne peut que se féliciter.

3En témoigne cet ensemble (de la revue, elle a conservé le principe de l’ouvrage collectif) consacré à un revenant, Pierre Etaix. Il constitue un prolongement des journées d’étude organisées à Montpellier en février 2011 par le centre de recherches Rirra21.

4Christian Rolot assure la coordination de ce volume. On le connaît comme spécialiste de Cocteau, mais également du cinéma comique. Il a publié des études sur Tati et déjà sur Etaix un très beau livre illustré (Etaix dessine Tati, avec Francis Ramirez, éd. ACR, 2007).

5Pierre Etaix, qui a connu son heure de gloire il y a un demi-siècle, paraît un peu oublié aujourd’hui. Mais la récupération par le cinéaste des droits de ses films et l’édition de ceux-ci en DVD lui ont donné une nouvelle vigueur tout en permettant de réévaluer son œuvre.

6Jacques Tati et lui, quoiqu’ils appartinssent à deux générations différentes, ont représenté la résurrection de l’esprit du cinéma burlesque au sein du cinéma moderne des années 1950 et 1960. Ils restèrent des créateurs isolés dont il faudra un jour évaluer l’influence à défaut de leur trouver une descendance. En outre, on a tendance à les associer alors qu’ils sont bien différents l’un de l’autre, comme le souligne l’introduction de Christian Rolot et Francis Ramirez (ce dernier, disparu en 2006, avait consacré sa thèse au Soupirant et au Grand Amour en 1974).

7Le volume comporte trois parties.

8La troisième est constituée de documents originaux. Une série de beaux dessins préparatoires au Soupirant (1962) et le synopsis inédit de B.A.B.E.L. (1977), projet un peu foutraque de film qui ne fut jamais tourné, mais qu’Etaix avait imaginé de réaliser en Imax.

9La première partie réunit les quatre communications de la journée d’étude. Les deux premières portent sur l’extérieur de l’œuvre et relèvent de l’intertextualité. J.B. Massuet choisit de mettre en évidence une « source » originale de l’inspiration d’Etaix, celle de ses propres dessins (on sait que ce fut son premier métier). Il montre que le cinéma d’Etaix n’est pas d’esprit « cartooniste » puisque plutôt marqué par le dessin d’humour, mais le film est obligé de déployer en deux temps ce que le dessin synthétisait en une image. Guillaume Boulangé examine les références aux prédécesseurs burlesques, Etaix ayant été marqué surtout par Buster Keaton, ce dont chacun a pu se rendre compte mais qui est ici argumenté ; il y ajoute une influence plus inattendue, celle de Sacha Guitry.

10Les deux autres contributions visent une analyse interne de l’œuvre. Laurent Le Forestier, partant des aspects sociaux dénonciateurs que l’on prête souvent aux films d’Etaix, en vient à dire que finalement c’est une position éthique que le réalisateur adopte : à la laideur qui envahit le monde s’oppose la beauté dans laquelle se réfugie l’artiste. La quatrième contribution, celle de Philippe Goudard, historien du cirque, est précieuse : elle attire l’attention sur ce qui est finalement la famille d’origine d’Etaix (qui est revenu sur la piste en 2011) et répertorie tout ce qui, dans son cinéma, est emprunté au cirque ou est marqué par lui.

11La partie centrale est un entretien de 20 pages avec l’acteur-cinéaste. Il s’exprime non seulement sur sa carrière, son trajet biographique, mais prend position aussi sur des questions générales ; par exemple : la formation, que ce soit au cirque ou au cinéma, doit-elle passer par des écoles ? L’artiste répond catégoriquement « non », ce qui est paradoxal, lui qui a créé une école dans les années 1970 avec Annie Fratellini ; preuve que le débat reste toujours ouvert du côté des créateurs. On lui pose la question du pastiche du muet, question qui retrouve de l’actualité après le triomphe de The Artist (un film qui, soit dit en passant, lui est sans doute pas mal redevable). Recommandons encore le passage où il s’exprime sur son identité flottante, entre Auguste et clown blanc.

12Ce petit volume de Cinergon offre une belle occasion de réfléchir aux échanges intermédiatiques, comme on dit aujourd’hui, à propos de la carrière d’un artiste qui ignora toute sa vie les frontières.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Amy de la Bretèque, « Christian Rolot (dir.), Pierre Etaix, Histoire d’un itinéraire », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 70 | 2013, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://1895.revues.org/4729

Haut de page

Auteur

François Amy de la Bretèque

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page