Navigation – Plan du site
Livres, revues, DVD
Notes de lecture

Aldo Bernardini, Cinema muto italiano. Le imprese di produzione. I. Il Centro-Sud

Turin, Kaplan, 2012
Jean Antoine Gili
p. 234-235
Référence(s) :

Aldo Bernardini, Cinema muto italiano. Le imprese di produzione. I. Il Centro-Sud, Turin, Kaplan, 2012, 350 p.

Texte intégral

1Depuis les années 1970, Aldo Bernardini s’est peu à peu imposé – aux côtés de Vittorio Martinelli – comme le meilleur spécialiste du cinéma muet italien. Ensemble, ils ont publié en une vingtaine de volumes une monumentale filmographie de tous les films de fiction tournés en Italie des origines à la fin des années vingt. Au début des années 1980, Bernardini publie chez Laterza trois volumes qui restent encore aujourd’hui la meilleure introduction à l’histoire du cinéma muet italien des origines à 1914. Plus récemment, dans son abondante production, il faut rappeler les trois ouvrages édités par la Cineteca del Friuli de Gemona, Cinema delle origini in Italia, tome 1 : Gli ambulanti (2001), tome 2 : I film « dal vero » 1895-1914 (2002), tome 3 : I film « dal vero » di produzione estera 1895-1907 (2008). Le tome 1 décrit toutes les entreprises foraines actives en Italie au temps du muet. Le tome 2 présente un catalogue exhaustif de toute la production italienne en matière de documentaires et d’actualités des origines à 1914. Le tome 3 examine avec un extraordinaire souci de précision tous les documentaires de production étrangère ayant circulé en Italie jusqu’en 1907.

2Avec ce nouveau volume sur les sociétés de production, Bernardini ajoute une pierre à l’édifice. Le travail repose sur une exceptionnelle connaissance des sources et sur la volonté d’aborder un domaine généralement survolé quand il n’est pas simplement laissé de côté. Lors de la présentation du livre pendant le récent Cinema ritrovato de Bologne, l’auteur déclarait : « J’étais parti de la conviction qu’une recherche systématique sur les aspects industriels et commerciaux, souvent négligés dans l’historiographie du cinéma, constituait un chapitre important, riches d’éléments nouveaux dans mon exploration du cinéma muet italien ».

3De fait, avec ce travail, Bernardini offre une somme considérable fruit de recherches commencées à la fin des années 1970 sur l’industrie cinématographique italienne. L’ouvrage n’est que le premier d’une série qui devra en comprendre trois, celui que nous avons en main – le tome 2 – présente les sociétés de production actives dans le « Centre-Sud » de l’Italie soit toutes les régions de la Toscane à la Sicile en englobant bien entendu le Latium et Rome, la Campanie et Naples, pour ne parler que des régions les plus actives en termes de production cinématographique. Le tome 1 – dont on espère une sortie prochaine car seules des difficultés éditoriales en retarde la publication – abordera le Nord et notamment le Piémont et Turin. Un troisième volume (lui aussi également prêt du point de vue de la rédaction) présentera les bio-filmographies des cinéastes sous l’angle de leur activité au sein des diverses sociétés de production.

4Globalement, on est frappé par l’ampleur de la recherche. Bernardini analyse les structures industrielles et commerciales qui ont soutenu la production cinématographique au temps du muet. Il accorde une attention particulière aux aspects légaux et financiers qui ont caractérisé la fondation des différentes sociétés, il identifie les promoteurs et les actionnaires ainsi que les composantes du personnel technique et artistique (d’où l’idée, pour alléger cette partie, de mettre à part en un volume autonome les cinéastes). Il reconstruit l’évolution des statuts des sociétés, il commente les comptes rendus et les bilans présentés dans les conseils d’administration, il examine les étapes des éventuelles conquêtes de marchés étrangers, il souligne les relations des entreprises de production avec les secteurs en plein développement de la distribution et de l’exploitation. Dans un souci d’exhaustivité, Bernardini s’occupe également des films réalisés mais non pour en souligner les réussites au plan artisanal ou artistique mais pour en cerner du point de vue quantitatif – et donc commercial – les caractéristiques : développement des différents genres, activité comparée des cinéastes, etc. Concrètement, pour chaque région, l’auteur sépare sociétés principales et société secondaires ; pour chacune des premières, il adopte un schéma identique qui l’amène à présenter successivement la constitution de la société, le siège et les structures, le personnel administratif, technique et artistique, les caractéristiques de la production, les diverses activités de la société (avec l’analyse éventuelle de l’expansion sur les marchés étrangers), enfin – et c’est un point majeur – la localisation des copies. Ainsi, pour certaines entreprises, on dispose d’une quantité incroyable d’informations : 18 pages de texte serré pour la Film d’Arte Italiana, 65 pages pour la Cines.

5Comme toujours, Bernardini privilégie les données factuelles mais son travail est également riche de commentaires et de mises en perspective. Il pose ainsi les fondations sur lesquelles d’autres chercheurs pourront développer leurs propres chantiers. Dans leur préface, Alberto Barbera, directeur du musée du cinéma de Turin, et Gian Luca Farinelli, directeur de la cinémathèque de Bologne, notent : « L’ensemble compose le répertoire le plus complet et le plus fiable auquel les chercheurs de demain (étudiants, professeurs, critiques, historiens), intéressés par les premiers pas et par le développement de l’industrie cinématographique nationale, ne pourront pas ne pas avoir recours dans le déroulement de leurs propres recherches. »

6Dernière remarque, face à un travail d’une telle envergure, on est surpris d’apprendre que l’auteur a rencontré les pires difficultés pour trouver un éditeur. Ce n’est finalement que grâce au mécénat de Reto Kromer, industriel suisse qui dirige un laboratoire de conservation et de restauration de films et lui-même spécialiste du cinéma (il a collaboré dans 1895 à des comptes rendus du Cinema ritrovato de Bologne), que l’ouvrage a pu voir le jour. Malgré le patronage des institutions patrimoniales évoquées ci-dessus et la prise en charge logistique par les éditions Kaplan, rien n’est prévu pour la publication des tomes 1 et 3. Invraisemblable !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Antoine Gili, « Aldo Bernardini, Cinema muto italiano. Le imprese di produzione. I. Il Centro-Sud », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 70 | 2013, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://1895.revues.org/4722

Haut de page

Auteur

Jean Antoine Gili

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page