Navigation – Plan du site
Livres, Revues, DVD
Correspondance

Correspondance

Vicente Benet et Vicente Sanchez-Biosca
p. 235-236

Notre revue a régulièrement rendu compte des numéros de la revue Archivos de la filmoteca (créée en 1989 par Ricardo Muñoz Suay) pour en relever la qualité, l’originalité, les apports à l’histoire du cinéma. Or le numéro d’avril dernier publiait un éditorial alarmant des deux responsables de la publication, Vicente Benet et Vicente Sanchez-Biosca, sur le péril que courait désormais la ligne de la revue, les amenant à se retirer. Quoi qu’il en soit de la poursuite de cette publication de l’Instituto Valenciano de Cinematografía sous une forme numérique (désormais dirigée par Francisco Ravier Gómez Tarín et Augustín Rubio Alcover), il convenait d’en informer nos lecteurs.

Archivos de la filmoteca : fin d’une époque

Dans un passage de ses mémoires intitulées Mon dernier soupir, Luis Buñuel rendait compte des films de sa longue expérience mexicaine, dont il ne se montrait pas particulièrement fier : tournages rapides, stars imposées, sources littéraires décidées par d’autres… Il en faisait cependant le bilan avec une sereine dignité, dans la perspective d’une mort qu’il savait proche : « Je crois n’avoir jamais tourné aucune scène qui ait été contraire à mes convictions, à ma morale personnelle ». Il serait incongru de vouloir nous comparer à l’insigne don Luis. Cependant on invoque les modèles non pour se flatter de la comparaison mais pour aspirer à les imiter parce qu’on les admire. Disons donc humblement que, quelle qu’ait pu être la valeur des textes publiés par Archivos de la filmoteca au cours des quelque vingt années où nous avons conduit la revue en tant que directeur et rédacteur en chef, nous pensons n’y avoir jamais publié quoi que ce soit de contraire à nos convictions intellectuelles et morales. C’était la seule condition que nous avions posée à notre cher Ricardo Muñoz Suay en novembre 1992, une figure qui n’est pas associée par hasard au souvenir et à l’histoire de son ami Buñuel ; condition qui fut accordée sans restriction. Ce fut également ce pacte tacite, de gentlemen, disait-on jadis, de générosité humaine et de confiance intellectuelle, si l’on préfère, qui nous lia par la suite à nos collaborateurs, équipe de rédaction et interlocuteurs divers dans les cinémathèques et universités. Bien que nous ayons senti souvent que l’avenir de la revue pouvait être en péril, nous devons reconnaître que cette condition originelle fut respectée. Et cela fut suffisant pour alimenter notre enthousiasme et nos désirs de progrès.

Ne nous méprenons pas : Archivos de la filmoteca a évolué, lentement, mais inexorablement, depuis 1992. Évolution qui obéissait aux nouvelles tendances propres aux revues d’histoire du cinéma, au rythme des élans et mouvements des autres publications de ce genre dans d’autres langues et d’autres pays du monde. La part qu’elle accordait à l’histoire s’intensifia, la présence des études hispaniques fut de plus en plus visible dans ses pages, le nombre d’auteurs augmenta en raison des exigences croissantes de spécialisation et de rigueur. Ce n’était pas là la seule option possible, mais il ne nous incombe pas de juger si ce fut la bonne. Elle fut en tout cas cohérente, et nous nous sommes sentis accompagnés dans notre aventure par cette invisible communauté imaginaire qui configure la réflexion et le savoir. Un DVD a rassemblé les cinquante premiers numéros, un reading d’articles sur le cinéma espagnol a été traduit en français, et la digitalisation de la revue par Digitalia nous orientait vers une modernisation de qualité avec un critère choisi de diffusion…

Eh bien ! ce lien imaginaire avec l’origine, ce souffle vital et intellectuel, n’ont désormais plus leur place au sein de l’institution qui publie Archivos de la filmoteca. Ses critères d’évaluation ont changé, et ses priorités également. Il ne s’agit pas d’une conséquence de la crise économique, mais de ce que nous qualifierions de crise morale et intellectuelle des institutions publiques. Le temps dira un jour qui avait raison et qui avait tort. Ou peut-être jamais. Mais détachés de l’engagement éthique et scientifique, des paris d’une amélioration constante et de plus en plus rigoureuse, continuer à conduire cette revue sans pouvoir en garantir les résultats ou l’approche serait vouloir s’agripper au gouvernail d’un navire à la dérive ou simple vanité. Quels que soient nos sentiments, notre adieu importe peu sur un plan émotionnel, mais il doit, en revanche, être perçu comme la fin d’un projet. Un projet qui a été soutenu par des intellectuels, des institutions, universités, cinémathèques, chercheurs du monde entier, prend fin aujourd’hui et c’était pour nous une obligation morale que d’expliquer à ceux que nous avions sollicités pour nous accompagner dans cette aventure, que nous ne sommes plus désormais appuyés par l’institution et que nous ne pouvons plus garantir le niveau que nous avions promis et la liberté de jugement que nous considérons indispensable à toute vie intellectuelle authentique. Un projet qui a duré vingt ans prend fin et avec ces pages, nous voudrions rappeler que nous en devons les succès – mais non les défauts – à tous ceux qui y ont imprimé leur signature. Et surtout, consacrer un dernier hommage à celui qui nous en avait confié l’avenir, Ricardo Muñoz Suay. Nous le remercions de sa confiance avec gratitude, mais également avec l’humble sérénité du devoir accompli. Le futur, s’il existe, appartient à d’autres et il leur reviendra de l’expliquer.