Navigation – Plan du site
Actualités
Notes de lecture

Studies in Russian & Soviet Cinema

Vol. 5, Nr 2, 2011
François Albera
p. 179-180
Référence(s) :

Studies in Russian & Soviet Cinema, vol. 5, Nr 2, 2011

Texte intégral

1On sait que cette revue, unique en son genre, est spécialisée en études et documents consacrés aux cinémas russes et soviétiques sous la direction de Birgit Beumers. Elle s’attache, dans ce numéro, au « Cinéma en Biélorussie et à la place de la censure (1924-1941) » (Alexandre Khouzhalouski), au film kazakh Nomad du Tchéco-Américain Ivan Passer en tant que film destiné à la seule exportation (Saulesh Yessenova), à « la prostituée comme entrepreneur » dans Toshka de Iouri Moroz (2006) (Emily Schuckman Matthews), au « consumérisme dans le cinéma soviétique de l’ère brejnévienne » (Natalia Tchernychova) et aux « ambivalences féministes dans Rusalka d’Anna Melikian » (Lena Doubivko). Mais c’est la partie historique (due à Peter Bagrov, Adia Bonitenko et Larissa Georgievskaïa) qui a retenu plus particulièrement notre attention qui développe, sur près de 50 pages, une investigation inédite consacrée à l’atelier de cinéma expérimental (KEM) de Leningrad, souvent mentionné dans les histoires du cinéma soviétique, parallèlement à la FEKS, mais sur lequel il n’existe pratiquement pas d’étude approfondie. En effet si la FEKS est bien documentée grâce à ses fondateurs et animateurs principaux (Kozintzev et Trauberg), les commentaires qui lui furent consacrés à l’époque (Nedobrovo, Chklovski) et par la suite (Smulévitch, Bulgakowa, Noussinova), la situation du KEM est, à l’inverse, fort mal connue. En outre les deux « collectifs » diffèrent : la FEKS naît très tôt, peu après la révolution, et pratique la « table rase », tandis que le KEM n’apparaît qu’en 1924, par réaction à l’enseignement dispensé par le Technicum de l’Art de l’écran (TEI) créé en 1919 (dissout en 1926). Admis en son sein, Friedrich Ermler – qui était un militant bolchévik – en fut insatisfait et organisa son propre atelier, un peu à la manière dont Kouléchov créa le sien au sein de l’Ecole de cinéma de Moscou (GTK). Il n’est pas très clair (en l’absence d’archives qui permettent de le dire, l’atelier ayant eu un statut quelque peu « amateur ») de savoir qui a fondé le KEM à part Ermler. Les témoignages, tardifs, ont varié. Il est indubitable cependant que Serguéi Vassiliev (l’un des « frères » Vassiliev de Tchapaïev), Gueorgui Alexandrov (à ne pas confondre avec Grigori), Sverchkov, Kirillov, Kiakcht, Fedorov en furent les animateurs. Le dossier publie en annexe le manifeste du groupe (revendication d’un cinéma matérialiste, hostilité véhémente envers toute « religion » de l’art, rejet violent de l’art du passé et refus de toute démarche visant à l’identification, l’incarnation, etc.), son programme au sein du Technicum (dont Marchand et Weinstein donnaient, déjà en 1927, un aperçu du programme des cours dans leur livre sur le cinéma soviétique). Les productions du KEM se résument à trois films : Scarlatine, un court métrage scientifique, l’Ancien et le nouveau (au scénario duquel collabora Ilya Trauberg, frère de Leonid), sur la vie quotidienne, et Un vrai tchékiste, long métrage d’aventure. Seul le premier d’entre eux, commande du département de la Santé de Petrograd, fut distribué. Il comporte une partie documentaire et une partie jouée : il s’agissait de mobiliser les gens et les convaincre d’aller consulter un médecin plutôt que de se tourner vers les rebouteux, les prêtres et les remèdes de bonne femme. Les quelques photos qu’on a du film laissent supposer un agit-film jouant de l’excentrisme et de l’esthétique du cirque. Le travail du KEM a suscité peu d’articles sinon celui de Leonid Grabar dans Kino-nedelia. C’est la seule source qui permette de prendre connaissance assez clairement du positionnement du groupe : création collective, motivations politiques, refus de la division technique du travail au cinéma, accent sur la formation de l’acteur dans une ligne meyerholdienne. Les rapports avec la FEKS étaient de concurrence et d’émulation et les étudiants passaient volontiers d’un atelier à l’autre… Cependant le KEM ne dura guère. Il aurait accueilli en son sein bon nombre de francs-maçons qui furent accusés de « superstition », pratiques hypnotiques liens avec la bourgeoisie et autres vilénies. Arrêtés en 1926, Astromov fut condamné à trois ans de camp, Aleksandrov et Sverchkov exilés. Ce dernier vécut ensuite à Kalinine où, pendant l’occupation nazie, il collabora activement devenant responsable de la police à Smolensk et à Minsk. Décoré il reçut la citoyenneté allemande et dirigea une école de SS à Karlsbad avant de renouer avec le théâtre à Salzburg après l’arrivée de l’armée américaine…

2La meilleure réalisation du KEM semble être du côté des étudiants qu’il a formés, dont Rachel Milman, réalisatrice du premier film en Yiddish (le Retour de Natan Becker, 1932) et créatrice du département de montage de Lenfilm.

3Le dossier fournit un grand nombre de documents concernant le KEM mais aussi le Technicum pour l’Art de l’Ecran avec le cursus de l’année académique 1924-1925 et d’autres plans de travail liés à sa restructuration.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Albera, « Studies in Russian & Soviet Cinema », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 66 | 2012, mis en ligne le 08 avril 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://1895.revues.org/4500

Haut de page

Auteur

François Albera

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page