Navigation – Plan du site
Actualités
Notes de lecture

Iouri Bouïda, Potemkine ou le troisième cœur

Traduit du russe par Sophie Benech, Paris, Gallimard
François Albera
p. 178-179
Référence(s) :

Iouri Bouïda, Potemkine ou le troisième cœur, traduit du russe par Sophie Benech, Paris, Gallimard, 161 p.

Texte intégral

1L’édition française a ajouté au titre original, le Troisième Cœur (2008), le nom de « Potemkine » – qui est bel et bien une allusion au film d’Eisenstein et justifie qu’on puisse en parler dans cette revue. L’auteur, dont on a déjà pu lire en français le Train zéro (réédité dans la collection « l’Imaginaire »), Yermo et la Fiancée prussienne et autres nouvelles, y met en scène un personnage de Russe émigré en France, Fiodor Zavalichine, que la vision du Cuirassé Potemkine au Casino de Grenelle sous l’égide des « Amis de Spartacus » animé par Léon Moussinac, va bouleverser. En effet Zavalichine, natif d’Odessa, faisait, en 1905, son service militaire et son régiment avait été chargé de réprimer les manifestations d’ouvriers et d’étudiants qui avaient éclaté dans la ville en lien avec la mutinerie du cuirassé. Allant voir ce film parce qu’il se déroule dans sa ville natale – quoique les Parisiens russes aient accueilli avec hostilité cette œuvre du « Juif bolchévik Eisenstein » –, l’ancien militaire se rend compte soudain qu’il a participé à un atroce massacre. Il en conçoit, vingt ans plus tard, une culpabilité qui le taraude à tel point qu’il court comme un dément après la séance se dénoncer comme criminel au commissariat du XVe arrondissement. Bien que l’actualité soit avant tout dominée par l’affaire de « la tombe de Deauville » (un excavateur a mis à jour les corps de sept femmes égorgées), l’événement donne lieu à un entrefilet dans Paris-Matin… Le journaliste qui vient de lire les Frères Karamazov est en effet convaincu d’une proximité entre la prise de conscience tardive de Zavalichine et l’histoire, contée par Dostoïevski, d’un homme ayant commis un crime, l’ayant oublié et se trouvant, quatorze ans plus tard, pris de remords rendant sa vie insupportable, qui l’amenaient à des aveux et à la mort « dans la lumière ». Aussi se rend-il à l’hôpital où l’Odessiste a été transporté après ses aveux et des crises convulsives. On apprend ainsi qu’après sa démobilisation (en 1905), Zavalichine a travaillé chez Gaumont en Russie, puis fait la guerre contre l’Allemagne, et a été affecté au corps expéditionnaire russe auprès du département cinématographique de l’état-major. Transféré en France il y est resté, après avoir participé à de durs combats meurtriers qui lui valurent d’être décoré par la France et la Russie, et a trouvé un emploi de technicien aux studios Gaumont. Enfin, quand la France eut reconnu le passeport Nansen, en 1922, qui autorisait les réfugiés russes à monter des affaires dans trente-huit pays, il a ouvert un atelier de photographie. Tout au long du récit qui ne cesse de multiplier ses bifurcations, l’épisode traumatique du Potemkine revient, chaque fois différent. Tel interlocuteur lui dit qu’à l’évidence « les bolchéviks mentaient », puisque c’est un fait reconnu que les soldats avaient alors tiré en l’air, par-dessus les têtes, et que « personne n’avait été tué à Odessa pendant ces journées… » « Que s’est-il passé, alors ? », demande Fiodor ; et Sérioja : « C’est de l’hypnose… Le cinéma, mon vieux, c’est un art hypnotique, nuageux… ». Qu’importe, convaincu de sa culpabilité, l’Odessiste part pour Lourdes avec une jeune meurtrière unijambiste qui espère un miracle, en un road movie plein de rebondissements et s’achève, classiquement, par une fusillade fatale sur les marches d’une église.

2On pourrait continuer longtemps d’évoquer tel ou tel épisode de ce roman en privilégiant ceux qui ont un rapport avec le cinéma ou la photographie (ils ne manquent pas) : ce serait certes rendre justice à la documentation de l’auteur, son matériau, mais non à ses qualités littéraires. Or dès les premières pages éclate une écriture très originale, faite d’images fortes, de micro-actions violemment ramassées et organisées selon une construction répétitive, une sorte de tourniquet vertigineux ou de projection de lanterne folle où la même action, le même instantané sur un personnage sont repris en boucle. Le récit – à un niveau macroscopique – joue également de la surprise dans ses rapprochements de divers faits (on a vu ci-dessus celui du spectateur traumatisé par le Potemkine et la découverte d’un charnier) dont la rencontre a souvent la puissance d’un montage cut ou d’un montage alterné dans un film qui ne se soucierait pas de cohérence diégétique et de continuité mais d’« attraction », y compris intellectuelle quand surgissent inopinément des citations d’Olivier de la Marche, Pascal ou Rilke. On retrouve dans ce livre des effets d’effraction qui appartiennent à un certain fantastique naturaliste, une brutalité d’action propre au « polar » de la « Série noire » de l’époque Jim Thompson, Lionel White et autres et une complexité structurale à la Robbe-Grillet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Albera, « Iouri Bouïda, Potemkine ou le troisième cœur », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 66 | 2012, mis en ligne le 08 avril 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://1895.revues.org/4498

Haut de page

Auteur

François Albera

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page