Navigation – Plan du site
Actualités
Notes de lecture

Michèle Lagny, Edvard Munch. Peter Watkins

Lyon, Aléas « Le vif du sujet », 2011
François Albera
p. 177-178
Référence(s) :

Michèle Lagny, Edvard Munch. Peter Watkins, Lyon, Aléas « Le vif du sujet », 2011, 109 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage présente une étude monographique sur le film de Peter Watkins, Edvard Munch, la danse de la vie sorti en 1974 et qui connaît une nouvelle carrière depuis son édition DVD et sa réévaluation critique – sous le seul titre : Edvard Munch – : plusieurs ouvrages lui ont été consacré depuis quelques années en diverses langues et plusieurs chapitres ou contributions d’ouvrages collectifs. On est donc dans le cas d’un film qui aura mis presque trente ans à trouver ses destinataires et sa place dans la réflexion contemporaine sur le récit historique au cinéma. Michèle Lagny, connue comme historienne du cinéma et pour avoir réfléchi aux conditions de l’exercice même de l’écriture historienne « en cinéma », offre un texte à la fois modeste (il n’est pas long) et dense, très cohérent sur son objet qui est appréhendé selon des approches différentes mais complémentaires et surtout convergentes.

2Après une brève présentation du cinéaste (que les dernières pages achèvent), ces approches s’effectuent successivement : à partir du projet même du cinéaste dont sont examinés les déclarations d’intention et les commentaires ex post, à partir des conditions de production du film, à partir du « texte » filmique lui-même (dispositif éditorial fondé sur une alternance très bienvenue, très éclairante de trois « plans » du film et de leur commentaire en regard), de sa réception difficile (il est interdit ici, escamoté là, fait scandale ailleurs et disparaît après une année ou deux). Ces niveaux d’analyse du film – qui sont chacun précieux pour envisager son propos même et les moyens qu’il met en œuvre – permettent ensuite de déployer une réflexion plus ample sur le type de récit historique auquel se livre le film et qui explique la redécouverte que l’on en fait aujourd’hui (par exemple chez de Antoine de Baecque – l’Histoire-caméra – et Jean-Pierre Bertin-Maghit et Sébastien Denis – l’Insurrection médiatique. Médias, histoire et documentaire dans le cinéma de Peter Watkins). Michèle Lagny montre ainsi comment la méthode de travail de Watkins, qui passe par la réappropriation du personnage et du destin de Munch (identification : cette biographie et tout autant une autobiographie), engage un type d’articulation entre histoire « historienne » et mémoire, entre fait du passé et présent (en un sens Munch pratiquait de même dans son tableau la Mort de Marat qui tourne le dos à la peinture d’histoire à la David et « actualise » le « couple »). Watkins ne reconstitue pas les dernières années du XIXsiècle où il situe son « observation » du peintre norvégien (avant sa reconnaissance officielle), il projette un choix d’indices de cette historicité dans le présent de la ville d’Oslo et appréhende le peintre à partir de ses propres expériences de vie (notamment affectives et sexuelles) : pour ce faire il use d’un filmage apparenté au reportage (caméra portée, faux-direct, interpellation du spectateur) et d’un montage haché, violent. Quant à l’environnement du peintre, il est envisagé en fonction d’éléments objectifs qui ont pu « échapper » à l’artiste (en particulier la situation sociale, les aspirations politiques révolutionnaires, la maladie pour les plus pauvres, etc.). Cette « empoignade » de son sujet par le cinéaste lui donne cette actualité paradoxale qui ne peut laisser le spectateur à distance. Paradoxalement c’est cette « actualisation » qui avait handicapé le film à sa sortie précisément en raison de ce rattachement trop perceptible à son « époque » (les années 1970, la critique idéologique, féministe et l’ouverture de l’histoire de l’art à l’analyse sociologique). L’éloignement de cette époque de sortie du film, où les clivages idéologiques étaient très marqués, rendrait donc plus « présent » – un présent moins daté, moins précis, moins impliqué – le choix de Watkins.

3S’appuyant sur Walter Benjamin et Siegfried Kracauer – ce qui manque, pour le coup, quelque peu d’originalité –, Michèle Lagny fait du cinéma de Watkins un cinéma de la « survivance » des images, de la ressouvenance « fantomatique » du passé (problématique due à Georges Didi-Huberman) qui conduit le spectateur à s’interroger sans cesse, tisser des rapports plutôt que de se laisser entraîner dans un récit « consolant ».

4Le texte est presque de bout en bout d’une écriture accessible, élégante et le livre le fait alterner durant les 40 premières pages avec des pages comportant trois images du film (en couleur) auxquelles il est renvoyé régulièrement par la suite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Albera, « Michèle Lagny, Edvard Munch. Peter Watkins », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 66 | 2012, mis en ligne le 08 avril 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://1895.revues.org/4496

Haut de page

Auteur

François Albera

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page