Navigation – Plan du site
Actualités
Notes de lecture

Jacques Richard, Dictionnaire des acteurs du cinéma muet en France

Paris, Editions Bernard de Fallois, 2011
Jean Antoine Gili
p. 173-174
Référence(s) :

Jacques Richard, Dictionnaire des acteurs du cinéma muet en France, Paris, Editions Bernard de Fallois, 2011, 912 p.

Texte intégral

1Il y a une dizaine d’année, Olivier Barrot et Raymond Chirat s’étaient livrés à une entreprise comparable à celle de Jacques Richard avec Noir et Blanc. 250 acteurs du cinéma français 1930-1960 (Paris, Flammarion, 2000, 598 p.), mais outre que la période était moins éloignée et donc posait moins de problèmes de documentation (elle était aussi plus familière aux cinéphiles), les auteurs s’étaient contentés pour chaque notice de produire une photo et un descriptif, certes parfois de plusieurs pages, mais sans proposer de filmographie (cela leur fut reproché). Ainsi, l’entreprise de Jacques Richard est-elle beaucoup plus ambitieuse puisqu’elle comporte des filmographies détaillées et même, lorsque celle-ci existe, une bibliographie. Dernière précision, et non des moindres, ce ne sont pas 250 notices qui sont offertes au lecteur mais environ 750 !

2Pour les historiens du cinéma, Jacques Richard est d’abord le co-auteur, avec Jacques Deslandes, du tome 2 de l’Histoire comparée du cinéma (1896-1906) parue en 1968. Dans cet ouvrage novateur – dont la parution fut hélas très vite interrompue, ne dépassant pas l’année 1906 –, il abordait le domaine du cinéma forain et ouvrait un chantier de recherches qui allait donner lieu à de nombreux travaux. Plus récemment, Richard, à côté d’articles – par exemple sur Georges et Roger Tréville dans 1895 (n° 14, 1993) –, a proposé deux études très documentées dans la revue Archives que publie l’Institut Jean Vigo de Perpignan : « Les acrobates du rire, aux sources des burlesques français » (n° 89, 2001) et « Prince Rigadin et son monde » (n° 92, 2002). Depuis plus de vingt ans, Richard accumule une documentation considérable, « grâce à la presse du temps, aux interviews, aux livres de souvenirs, à des lettres personnelles, des photos de famille, les témoignages de descendants, quand il ne s’agissait pas – à l’époque où fut entreprise cette recherche – des ultimes survivants eux-mêmes ». Richard s’est attaché en particulier à rassembler des photographies susceptibles d’orienter le lecteur dans une mémoire visuelle nécessaire pour identifier tel comédien ou telle actrice vus dans les lieux où se projettent encore des films muets, à Pordenone d’abord, à Bologne ensuite, et de façon plus épisodique dans les cinémathèques.

3Il convient tout de suite de souligner le courage d’un éditeur qui s’est lancé dans une entreprise pour le moins risquée tant on sait combien il est difficile de vendre des livres consacrés au cinéma muet. Par ailleurs, beaucoup de ces noms sont des inconnus qui, à première vue, n’évoquent aucun souvenir. Il est vrai – et c’est un bonheur de la lecture de ces pages – que découvrir de nouveaux visages aux côtés de portraits plus ou moins familiers a quelque chose d’émouvant, un continent englouti reprend forme sous nos yeux.

4Traiter d’un pareil sujet est d’autant plus exceptionnel qu’à l’inverse d’autres pays – l’Italie par exemple –, la recherche en France sur le cinéma de la haute époque se limite à un cercle de spécialistes et qu’il ne faut guère compter sur une émulation stimulante. Ici on est dans un ouvrage réalisé par un chercheur solitaire, un livre – une « bible » pourrait-on dire, tant la nature de référence du propos invite à ce type de comparaison, sans parler de la présentation matérielle de l’objet sur un papier très fin – qui ouvre des perspectives passionnantes même pour le néophyte. On peut évidemment prendre plaisir – c’est le propre d’un dictionnaire – à musarder d’une entrée à l’autre, à croiser des figures célèbres comme Max Linder, Mistinguett, Sarah Bernhardt, André Deed, André Antoine, Paul Capellani, Musidora, Dranem ; à découvrir des inconnus qui eurent leur heure de gloire ou qui traversèrent simplement quelques plateaux de tournage ; à croiser aussi des acteurs dont la notoriété déborda largement au-delà du muet, par exemple Aimos, Jules Berry, Françoise Rosay, André Luguet, Harry Baur, Charles Vanel, Fernand Gravey, Raimu, Albert Préjean, Annabella, Pierre Fresnay, et même Charles Boyer avant qu’il ne se couvre de gloire à Hollywood. Beaucoup de ces comédiens furent aussi des metteurs en scène comme Léonce Perret, René Clair, Henri Etiévant, Jacques Feyder, Henri Pouctal. Il n’y manque pas non plus les étrangers qui firent une partie de leur carrière en France comme l’Italienne Francesca Bertini, l’Espagnole Raquel Meller, le Japonais Sessue Hayakawa, ou les Russes immigrés de la société Albatros. En somme, un plaisir qui va bien au-delà de l’exhumation d’un temps révolu et qui nous fait humer le parfum d’une époque à travers l’image et la biographie de ses comédiens. Richard, dans sa préface, souligne qu’il a privilégié non les metteurs en scène ou les héros de l’écran, mais l’ensemble des acteurs : « Les historiens du cinéma ont coutume d’étudier les hommes qui pensèrent et mirent en scène les films, en ne citant les interprètes qu’incidemment, dans la mesure où ceux-ci peuvent ajouter à la connaissance et à la gloire des auteurs. Le grand public, lui, sous le charme des images, se passionne depuis un siècle pour les héros rencontrés à l’écran tout autant que pour les acteurs, en confondant souvent les uns et les autres dans ses rêveries d’après-spectacle. Qu’il me soit permis d’adopter un troisième point de vue, en allant à la découverte d’une réalité quelque peu fuyante : les carrières et les vies de ces interprètes qui furent, durant les trois décennies du muet, mieux qu’un matériel humain, la chair même du cinéma français. » (voir dans la rubrique Archives de ce numéro « Pour Suzanne Grandais » par Didier Blonde).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Antoine Gili, « Jacques Richard, Dictionnaire des acteurs du cinéma muet en France », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 66 | 2012, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://1895.revues.org/4492

Haut de page

Auteur

Jean Antoine Gili

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page