Navigation – Plan du site
Actualités
Chroniques
Notes de lecture

Sandra Alvarez de Toledo (dir.), Ritwik Ghatak, Des films du Bengale

Paris, L’Arachnéen, 2011
François Albera
p. 219-221
Référence(s) :

Sandra Alvarez de Toledo (dir.), Ritwik Ghatak, Des films du Bengale, Paris, L’Arachnéen, 2011, 411 p.

Texte intégral

1L’œuvre du cinéaste indien Ritwik Ghatak – né dans le Bengale oriental devenu Pakistan oriental à la partition de l’Inde puis Bangladesh –, a surgi à la fin des années 1980 dans le discours critique – un peu comme celle d’Ozu quelques années plus tôt – alors que la carrière de son auteur débute en 1946 comme écrivain, puis critique de cinéma et au début des années 1950 comme scénariste et enfin metteur en scène. Son deuxième film, Ajantrik, est présenté à Venise en 1958 et Georges Sadoul, « amoureux de ce film », le signale dans les Lettres françaises en déplorant : « qui verra jamais ce film hors série ? ». Trente ans plus tard Serge Daney le redécouvre sans qu’on en sache beaucoup plus. L’engouement pour le cinéma indien (« Bhollywood ») permet de voir plusieurs Ghatak (Centre Pompidou), mélodrames épiques sans rapport avec la production courante et distincts tout autant des films engagés des années 1970 tels ceux de Mrinal Sen (oublié aujourd’hui). Entretemps le réalisateur est mort (1976) avec huit longs métrages, onze courts et sept films inachevés à son actif, une vie partagée d’abord entre écriture et théâtre, une vie portée par un militantisme actif (parti communiste indien puis à sa gauche tout en restant pro-soviétique), un engagement constant traversé par la déchirure de la partition du Bengale, le legs post-colonial, les contradictions d’une société qui voit l’avènement d’une middle class et l’arasement des traditions populaires sur lesquelles il entend s’appuyer pour contourner le modèle occidental (hollywoodien) du cinéma (position qui peut rappeler celle de Glauber Rocha au Brésil). C’est pourquoi le gros volume que Sandra Alvarez de Toledo propose vient, selon la formule consacrée, combler un vide béant. La seule lecture des deux fascinantes chronologies disposées en fin d’ouvrage – « Le Bengale dans l’histoire de l’Inde. 1905-1975. Repères » et « Ritwik Ghatak. 1925-1976 » – est déjà inspirante ; on aimerait suggérer au lecteur de commencer par elles car elles orientent, éclairent et parfois complètent l’ensemble des matériaux, documents et analyses contenues dans le livre. Un père magistrat et sanskritiste qui a fait ses études en Grande-Bretagne, une famille de neuf enfants, un frère aîné écrivain, membre d’un groupe littéraire, Kallol, qui introduit le réalisme dans la littérature bengalie, un autre frère opérateur de cinéma (il apprend son métier en Grande-Bretagne) qui travaille dans les studios de Calcutta, la fréquentation de cinéastes par le jeune Ritwik… Et puis les événements culturels et politiques liés à la lutte contre la domination britannique interfèrent avec l’évolution de Ghatak : la rupture des écrivains progressistes avec l’élite anglo-indienne, la mise en scène de pièces à caractère historique et politique d’auteurs russes et occidentaux, l’avènement, en 1944, d’un théâtre social, porté par la révolte contre les conditions d’existence de la paysannerie (en 1943 sévit une terrible famine), où l’idéologie marxiste se combine avec les rituels populaires et religieux, puis d’un cinéma politique en 1946 (toujours le thème de la famine), tout cela retentit sur la carrière de Ghatak qui se déroule simultanément sur les plans du théâtre (il traduit le Galileo de Brecht, il crée le Group Theater qui monte Gorki, Sukumar Ray – père de Satyajit –, il joue lui-même), de la littérature (publication de nouvelles, d’œuvres dramatiques), de la critique, de la politique (spectacles de rue pour soutenir les candidats du PCI lors des premières élections générales du pays, rédaction d’une plate-forme politico-culturelle) et du cinéma (scénarios, assistanat, réalisation, enseignement). C’est au cours de ses études universitaires qu’il publie sa première nouvelle, anime une revue – il en créera une demi-douzaine – et adhère au PC indien. On découvre sa proximité avec Mrinal Sen (ils mettront en scène ensemble une pièce de Mitra avec Tapas Sen qui collabore ultérieurement avec lui), ses lectures d’Eisenstein, de Poudovkine (qu’il rencontre en 1952 lors du premier festival de cinéma international à Calcutta), de Kracauer avec lequel il polémiquera en 1963 et 1965 dans un texte intitulé « Une attitude face à la vie, une attitude face à l’art » où il stigmatise le « désenchantement » de Theory of Film qu’il voit tout entier imprégné par l’idée d’une « décadence » du monde occidental. Son premier succès a lieu en 1960 avec l’Etoile cachée auquel succèdent des échecs et des interruptions, dus aux conditions socio-économiques mais aussi à l’état de santé de Ghatak devenu alcoolique, laissant finalement une œuvre largement inachevée, toute en fulgurances entravées.

2Les matériaux du livre ce sont avant tout les articles de Ghatak qui sont réunis là, certains provenant de la revue Chalachichtra (l’image en mouvement) et qui permettent d’accéder à l’expression de ses positions esthétiques et idéologiques. Ainsi explique-t-il, à la faveur du tournage de son film Une rivière nommée Titas (1972) au Bangladesh où il revient pour la première fois depuis l’expulsion de dix millions d’Hindous en 1947 lors de la partition de l’Inde censée éviter les conflits inter-communautaires (il prend alors la mesure de la catastrophe culturelle de cette partition où l’on imposa la langue urdue comme langue officielle que seuls 7,2 % des Pakistanais parlaient contre 54,6 % le bengali) : « A mon sens, la forme cinématographique, au même titre que toutes les autres formes d’art, est d’abord un simulacre. Personne n’entre dans une salle de cinéma pour voir la “ réalité ”. Les gens viennent, en général, s’y divertir. Eh bien, qu’on les laisse se divertir d’une manière ou d’une autre. Je cherche plutôt à éduquer. Et si à cette fin il me faut recourir à des coïncidences, je le ferai. […] Je n’ai pas peur d’avoir massivement recours aux coïncidences et aux séquences mélodramatiques, s’il le faut. Le mélodrame est un droit naturel, c’est une forme. »

3L’ouvrage – introduit par sa coordinatrice – distribue les textes de Ghatak au sein d’une structure chronologique en quatre époques, où sont évoqués également quelques-uns de ses films dans une perspective à dominante esthétique (Barman, Bellour, Dautrey, Joubert-Laurencin, Tesson) et certains aspects historiques ou de positionnements du cinéaste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Albera, « Sandra Alvarez de Toledo (dir.), Ritwik Ghatak, Des films du Bengale », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 64 | 2011, mis en ligne le , consulté le 28 avril 2017. URL : http://1895.revues.org/4415

Haut de page

Auteur

François Albera

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page