Navigation – Plan du site
Archives

Georges Méliès et le premier « Jeanne d’Arc » de 1897

Un inédit de Georges Méliès
Georges Méliès and the first “Jeanne d’Arc” of 1897
p. 120-125

Résumés

Cet « inédit » de Méliès daté de 1937 a été publié par l’Ecran français pour la première fois en 1948 à l’occasion de la sortie de la « Jeanne d’Arc 1948 » de Victor Fleming avec Ingrid Bergman. Il complète le dossier qu’avait réuni Jacques Malthête autour de la Jeanne d’Arc de Méliès dans 1895 n° 36, 2002 où il ne figurait pas. Outre les renseignements factuels et les anecdotes que Méliès fournit sur le film lui-même, on relèvera son propos s’efforçant d’inscrire le cinéma « des pionniers » dans l’histoire du cinéma que les « modernes historiens du cinéma » ne font commencer qu’après la guerre de 1914-1918. Revendication fondée sur sur la longueur de ses films, sur l’ouverture de la première salle de cinéma « spé­cialisée » dévolue au spectacle filmique et la mise en place du premier studio de cinéma.

Haut de page

Texte intégral

1En marge du 3e colloque de Cerisy consacré cet été à Georges Méliès – dont il est rendu compte par ailleurs dans ce numéro (voir la rubrique « Chroniques ») –, nous publions ci-dessous un « inédit » de Méliès datant de 1937 adressé à un correspondant qui n’est pas nommé ici et que l’Écran français publia pour la première fois en 1948 à l’occasion de la sortie de la « Jeanne d’Arc 1948 » de Victor Fleming avec Ingrid Bergman (qui avait conduit Delannoy à renoncer à la sienne avec Michèle Morgan). Ce texte complète de la sorte le dossier qu’avait réuni Jacques Malthête autour de la Jeanne d’Arc de Méliès dans notre revue (1895, n° 36, 2002) où il ne figurait pas.

2Outre les renseignements factuels et les anecdotes que Méliès fournit sur le film lui-même, on relèvera son propos s’efforçant d’inscrire le cinéma « des pionniers » dans l’histoire du cinéma que les « modernes historiens du cinéma » ne font commencer qu’après la guerre de 1914-1918. Revendication d’appartenance pour ses films et insistance sur la longueur de celui-ci par rapport aux courtes bandes d’alors, mais aussi revendication d’avoir ouvert la première salle de cinéma « spécialisée » dévolue au spectacle filmique – même si l’exploitation demeurait majoritairement foraine – et d’avoir monté le premier studio de cinéma.

3Le débat conserve toute son actualité puisque certains historiens du cinéma contemporains – en tête desquels André Gaudreault – reprennent cette partition en distinguant le cinématographe du cinéma selon le critère de la dominante « attractionniste » du premier ou « narrative » du second ainsi que de son institutionnalisation (salles, longueur du film).

[fac similé des premières lignes du texte autographe] :

Le premier « Jeanne d’Arc » fut tourné en 1897

4[…] Chaque époque a son « Jeanne d’Arc » cinématographique. Il y eut celui de Marco de Gastyne avec Simone Genevoix. Il y eut celui de Carl Dreyer, avec la grande Falconetti. Il y eut celui de Cecil B. de Mille, avec Géraldine Farra. Et il y avait eu, dès 1897, celui de Georges Méliès. Chaque époque a aussi ses projets qui s’écroulent : ainsi en 1937 on parla de ressusciter « Jeanne d’Arc ». À ce propos, Méliès, alors retiré dans un pavillon du château de la Mutuelle du Cinéma à Orly, en 1937, écrivit à l’un de nos amis pour préciser qu’il avait réalisé le premier film, en date, sur Jeanne. Cette lettre qui est inédite, a l’intérêt de faire revivre ce personnage assez extraordinaire du cinéma français, un personnage d’artisan vigoureux, ému et direct. Ces pages sont d’autant plus émouvantes que Méliès les a écrites peu de temps avant sa mort et qu’on ne verra jamais le film dont il parle : il a été détruit.

Cher Monsieur,

5C’est tout-à-fait amusant, les modernes historiens du cinéma semblent persuadés que « l’Art muet » n’a pris naissance qu’après la guerre, et que nous autres, les vieux Pionniers, qui l’avons créé, nous n’avons jamais existé ! Or, pour ma part, j’ai débuté et produit mes premiers films en février 1896 après avoir assisté, fin décembre 1895, à la première séance publique, dite « Séance historique », donnée au Grand Café par Louis Lumière, inventeur de l’appareil dénommé « Cinématographe ». C’est au Théâtre Robert-Houdin, disparu lors du percement du boulevard Haussmann, et qui était situé au 8, boulevard des Italiens, théâtre que j’ai dirigé pendant trente-six ans, que furent données les premières représentations cinématographiques du monde avec une salle spécialisée, et avec des films uniquement de ma composition. Le théâtre se trouvait exactement au centre du carrefour actuel : Richelieu-Drouot. Vous me demandez s’il est exact que le premier film sur Jeanne d’Arc fut tourné par moi. Oui ! Absolument exact, ce film fut tourné dans mon studio de Montreuil, le plus ancien du monde d’ailleurs, en 1897. J’ai encore ici les maquettes originales, des décors composés et peints par moi-même pour ce film et des photos (décors et personnel) des principales scènes. De plus, mon catalogue, encore en ma possession, imprimé en 1904, et un prospectus rédigé en espagnol (pour l’Espagne) également entre mes mains, sont des preuves indiscutables. Ce dernier reproduit tous les tableaux du film en photo-gravure.

6Le film eut d’ailleurs à l’époque un succès universel et ce même prospectus fut édité en anglais, en allemand, en italien, pour la clientèle étrangère.

7Les rôles du père et de la mère de Jeanne d’Arc furent joués par ma femme et par moi. Au tableau du sacre de Charles VII, dûment maquillé et pourvu d’une superbe barbe blanche et d’une longue chevelure qui me faisait ressembler à Charlemagne, je fus l’archevêque qui couronnait le roi. Pour ce qui est des interprètes, ils étaient tous, à cette époque, moi le premier, complètement anonymes (tout au moins pour le public). Seul le titre de la pièce était projeté.

8Mais puisqu’on a donné les noms des autres « Jeanne d’Arc » pourquoi ne donnerai-je pas aujourd’hui celui de la première ? Ce fut Mlle Clavière, première danseuse à ce moment du Trianon-Lyrique de Paris et qui, au théâtre, portait son nom italianisé : Mlle Calviéri. Elle fit d’ailleurs partie de ma troupe pendant dix-neuf ans. C’est un bail !

9Au seul tableau de la bataille de Compiègne, nécessitant une Jeanne d’Arc à cheval et couverte de son armure, elle fut remplacée par une écuyère du Cirque d’Hiver dont je reparlerai plus loin. Ah ! certes, dans cette première version de la vie de Jeanne d’Arc il ne s’agissait pas de ces super-productions modernes comportant 2 000 figurants et une mise en scène en staff ruineuse. Le tout se faisait au studio. Vu le genre de clientèle de ce temps-là, des forains durs à la dépense, nous ne pouvions nous permettre de consacrer un ou plusieurs millions pour un film, et n’avions aucun commanditaire ! Donc pas de comparaison possible, sous ce rapport, avec ce qu’on peut faire actuellement avec le financement moderne. Le film avait pourtant, déjà, une certaine importance à côté des bandes courtes en usage, bandes de 20, 40 ou 60 mètres durant une, deux ou trois minutes à la projection. Sans mon catalogue, je ne me souviendrais probablement plus de son métrage, mais j’y vois que la pièce mesurait 275 mètres, qu’elle comportait 12 tableaux et que sa projection durait quinze minutes. C’était une grande pièce !

10On m’a dit que la cinémathèque de Berlin en possède encore une copie, ainsi qu’elle possède « Cendrillon » et « Barbe bleue », mes deux premières pièces à spectacle qui précédèrent « Jeanne d’Arc ». Voici comment mon film est libellé sur mon catalogue :

11 Jeanne d’Arc

Film à grand spectacle en 12 tableaux. Environ 500 personnages superbement costumés (durée environ 15 minutes). Métrage : 275 mètres. Prix, en noir, 610 francs ; coloris en plus, 1,50 F par mètre.

12 Tableaux

Le village de Domrémy, lieu de naissance de Jeanne.
La forêt. Les apparitions.
La maison de Jeanne à Domrémy.
La porte de Vaucouleurs.
Le château de Beaudricourt. Superbe intérieur moyen âge.
L’entrée triomphale à Orléans.
Couronnement de Charles VII dans la cathédrale de Reims.
La bataille de Compiègne.
La prison.
L’interrogatoire.
L’exécution, le bûcher, place du marché à Rouen.
Apothéose. L’âme de Jeanne monte au ciel.

13Bien entendu, moi « l’homme aux trucs », ce qui m’avait tenté c’était la partie fantastique : visions, apparitions, la crémation d’une femme vivante ! et son ascension, toutes choses assez délicates à réaliser en évitant le ridicule.

14Je viens, je crois, de vous fournir une documentation indiscutable. J’ai heureusement conservé quantité de documents sur beaucoup d’autres films datant du début du cinéma jusqu’à 1914. De sorte que lorsqu’une controverse se produit, il est toujours facile de la trancher, puisque j’ai entre les mains, si j’ose dire, des « Juges de paix » incorruptibles. Les Mahométans disent : « Ce qui est écrit est écrit ! » À plus forte raison ce qui est imprimé et daté par l’imprimeur. Preuves évidentes !

15Pour terminer gaiement, je reviens à mon écuyère, figurant dans les tableaux nécessitant Jeanne d’Arc à cheval. Cette dame nous lâcha brusquement le jour même du siège de Compiègne, et ne vint pas au studio. Toute la figuration était là ; impossible de tourner. J’étais furieux ; il fallut renvoyer tout le monde… et payer les cachets.

16Grosses pertes par conséquent. Je file chez l’écuyère qui me répond qu’elle ne pouvait plus venir, qu’elle ne gagnait pas assez pour le mal qu’elle avait pour conduire à pied, son cheval à Montreuil et le ramener (car elle ne pouvait chevaucher dans les rues de Paris), bref, elle termina en déclarant qu’elle voulait cent francs par cachet.

17Comment ! Cent francs ! Mais c’est ce que je vous donne ! m’écriais-je.

18Pas du tout, répondit-elle : on me donne trente-cinq francs.

19Vraiment, dis-je, plein de stupeur. Eh bien ! madame, c’est tout simplement le chef de la figuration qui vous vole soixante-cinq francs à chaque cachet, car il en touche cent pour vous.

20Ah ! le sa…, fut sa seule réponse.

21Elle était très distinguée, certes, mais assez mal embouchée. Tout s’arrangea, elle revint terminer le film et je la payai moi-même.

22Mais le plus drôle de l’histoire c’est que le chef de la figuration que j’avais immédiatement « balancé » de mon studio eut l’audace de venir me faire une scène dans mon magasin, passage de l’Opéra, devant mes employés, me disant que j’agissais malhonnêtement en traitant directement avec une actrice qu’il m’avait amenée ! J’étais extrêmement leste et vif. Mon homme était un petit gros, court de pattes. D’un bond je franchis le comptoir derrière lequel je me trouvais, je le secouai par la peau du cou comme un prunier et, ouvrant la porte de la boutique, de rage, je lui dis : Canaille ! c’est vous qui volez les artistes et vous dites que c’est moi qui suis malhonnête ! F…-moi le camp en vitesse et n’y revenez plus !

23Je ne le revis jamais ; mais par la suite, je payai toujours moi-même tout le personnel.

Georges Méliès [signature autographe]

L’Écran français, n° 159, 13 juillet 1948, pp. 3 et 14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Georges Méliès et le premier « Jeanne d’Arc » de 1897 », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 64 | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 22 mars 2017. URL : http://1895.revues.org/4397 ; DOI : 10.4000/1895.4397

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page