Navigation – Plan du site
Actualités
Chroniques
Colloques

Eisenstein, du nouveau ?

S.M. Eisenstein. Histoire, Généalogie, Montage (INHA)
Rémi Néri
p. 175-177

Texte intégral

1Le 28 mai dernier l’INHA accueillait une Journée d’études organisée par le CRECI (Centre de Recherche en Esthétique du Cinéma et des Images) en partenariat avec l’IRCAV (Institut de Recherche sur le Cinéma et l’Audiovisuel) de Paris 3, sous la direction d’Antonio Somaini (maître de conférence à Gênes et depuis peu à l’Université IUAV de Venise) autour d’Eisenstein. L’effacement progressif de la référence au cinéaste et au théoricien dans les études cinématographiques françaises contraste, depuis de nombreuses années, avec l’activité de recherche et de publication que son œuvre suscite tant en Italie qu’en Grande Bretagne et aux Etats-Unis (le colloque de Cerisy de 1995 qui lui avait été consacré étant l’une des dernières manifestations le concernant). Il était donc réjouissant de voir que « souterrainement » en quelque sorte, les recherches continuaient en France et qu’elles pouvaient réunir « l’ancien et le nouveau » puisque de jeunes chercheurs comme Ada Ackerman, Evguénia Giannouri et Massimo Olivero jouxtaient François Albera, Giovanni Careri, Gérard Conio, Georges Didi-Huberman, Philippe-Alain Michaud ou Pascal Rousse. L’occasion de cette réunion était la découverte d’un aspect absent des études eisensteiniennes, celle d’Eisenstein historien du cinéma. En effet Naoum Kleiman a retrouvé dans le fonds des manuscrits du cinéaste une soixantaine de feuillets où il se donne pour tâche d’entreprendre une « Histoire générale du cinéma ». C’est en 1947 que, fraîchement nanti du titre de docteur ès-sciences de l’art, Eisenstein est sollicité par l’Institut d’histoire de l’art de l’Académie des Sciences de l’URSS pour entreprendre une telle tâche dont il dresse aussitôt différents « plans » et programmes. On sait qu’il meurt en février 1948 par conséquent l’entreprise n’aura pas de suite, mais Antonio Somaini ayant pris l’initiative de publier en anglais et en italien ces notes, organisa successivement une journée d’études à Columbia University puis celle de l’INHA afin de « provoquer » les chercheurs invités à se confronter à elles.

2Les approches des uns et des autres furent assez différentes et abordèrent différents aspects de l’œuvre filmée, théâtrale ou dessinée ou de la théorie esthétique. Ainsi Gérard Conio (traducteur de nombreux textes russes des années 1920 et du très curieux MLB d’Eisenstein et auteur récent de Dépassements constructivistes) aborda-t-il la question de la mise en scène de la Walkyrie de Wagner par Eisenstein (commande d’Etat pour « saluer » le pacte germano-soviétique de 1939) dans ses rapports avec la théorie du mythe chez Lévi-Strauss. Ada Ackerman aborda de son côté la référence à Daumier dans l’œuvre graphique d’Eisenstein et, par extension, dans son œuvre filmée et sa réflexion théorique (Daumier offrant l’exemple d’une décomposition du mouvement dans ses dessins et gravures). Pascal Rousse s’est intéressé aux rapports du cinéma et de l’architecture chez Eisenstein où la méthode de montage met en œuvre une dialectique issue de la spatialisation du temps et de la temporalisation de l’espace.

3Plusieurs interventions revinrent sur la notion de montage telle qu’elle fut élaborée et pratiquée par le cinéaste pour en éprouver l’efficace : 1) hors cinéma comme Evguénia Giannouri qui étudiait le travail de Bernard Tschumi et Michalis Fotiadis dans l’architecture du nouveau musée de l’Acropole à Athènes à partir des notions de « promenade architecturale » (Le Corbusier) et de « parcours montage », ou comme Giovanni Careri qui l’éprouvait sur les fresques de la Chapelle Sixtine de Michel Ange ou encore Philippe-Alain Michaud dans l’analyse d’une œuvre de John Baldessari ; 2) au sein d’une problématique élargie de l’image comme Georges Didi-Huberman repartant du texte de Barthes sur le troisième sens qui se fondait sur des photogrammes du Cuirassé Potemkine et d’Ivan le terrible qu’il analysa en tant que forclusion du pathétique. Les notes proprement dites furent abordées par Somaini qui ouvrait la Journée d’études, Albera et Olivero. Antonio Somaini présenta le projet comme volonté d’inscrire la genèse et le développement du cinéma dans la généalogie de tous les arts et de tous les médias – des masques mortuaires aux musées de cire, des dithyrambes dionysiaques à la photographie, des makémonos japonais aux panoramas, des vitraux des cathédrales à l’architecture « ouverte » du Japon, jusqu’à l’architecture de verre des années 1920 et 1930 – qui ont répondu de diverses façons à une série de « besoins », de « désirs » (urges en anglais ou en allemand Trieb) comme ceux de manipuler le temps et l’espace, de composer les qualités sensibles (son, lumière, couleur), ou encore d’arrêter l’écoulement du temps. Ces formes de représentation et les médias qu’il a examiné donnent lieu à une généalogie rassemblant une grande variété de formes de cinématisme qui se sont manifestées avant le cinéma lui-même et ces formes sont identifiées à partir d’un cinéma qui essaie de reconstruire sa propre histoire. François Albera entreprit précisément de s’interroger sur la place du projet eisensteinien dans l’historiographie du cinéma de son temps et de l’évolution ultérieure, en mettant en évidence à la fois les liens qu’il entretient avec l’entreprise de Sadoul (qui porte le même titre et dont il avait lu les deux premiers volumes) et la dimension presque anticipatrice de son projet par rapport aux tendances « intermédiales » actuelles au sein de la nouvelle histoire du cinéma. Massimo Olivero (qui travaille à une thèse sur le concept d’extase chez Eisenstein) a de son côté examiné les rapports entre ces « Notes pour une Histoire générale du cinéma » et le projet de livre Méthode sous l’angle de la création artistique.

4Il est ressorti de cette journée très dense et des échanges qui eurent lieu qu’après l’Eisenstein marxiste des années 1960, structuraliste des années 1970, puis dialogique, etc., on abordait désormais un Eisenstein dont la pensée développe une dimension d’ordre anthropologique – sans doute présente à partir de l’expérience mexicaine – qui l’inscrit dans un ensemble de préoccupations actuelles passant par la (re) découverte d’Aby Warburg et la (re) lecture de Benjamin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémi Néri, « Eisenstein, du nouveau ? », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 64 | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://1895.revues.org/4385

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page