Navigation – Plan du site
Actualité

Les Rendez-vous de l’AFRHC : rencontre-débat avec Jean-Michel Frodon, Institut National d’Histoire de l’Art, 27 avril 2007

Isabelle Marinone
p. 151-153

Texte intégral

1Dans le cadre de ce nouveau rendez-vous de l’AFRHC, présidé par Laurent Veray, s’est tenu une rencontre autour de la question de la critique et du discours historique. Celle-ci a été motivée par la réaction de Jean-Michel Frodon à l’éditorial de François Albera (numéro 50 de 1895). Souhaitant transformer les échanges entre critiques et historiens, cette rencontre-débat avait pour objectif de poser la question de leurs places respectives dans le champ de la diffusion de la connaissance cinématographique, ainsi que la réflexion sur une possible collaboration à mettre en œuvre entre ces deux domaines. À partir de l’interrogation introductive de Laurent Veray : « est-ce que la critique auteuriste, telle que peut la pratiquer les Cahiers du Cinéma, n’a pas tendance à occulter la connaissance historique sur le cinéma ? », une discussion animée s’est engagée entre Jean-Michel Frodon et les divers participants, dont François Albera, Christophe Gauthier, et Dimitri Vezyroglou.

2Jean-Michel Frodon s’est efforcé de revisiter les questionnements que soulèvent les divergences de points de vues entre histoire et critique. Convaincu par la légitimité de chaque position et de leur « non-antagonisme », il a valorisé la démarche critique comme porteuse d’un discours subjectif, personnalisé, tenant compte de la singularité de l’œuvre filmique, contrairement aux discours des universitaires, qui selon lui, ne laissent pas de place à « l’amour des films ». Estimant que l’exercice critique devait s’ouvrir encore davantage aux autres approches conceptuelles (certaines, historiques, déjà prises en compte aux Cahiers), il a exprimé son intérêt pour l’ouvrage Nuit et Brouillard : un film dans l’histoire de Sylvie Lindeperg dont il a estimé « l’étonnante capacité à faire parler le regard de l’historienne et la sensibilité critique ». Dimitri Vezyroglou a rappelé à Jean-Michel Frodon, que dans son éditorial, il faisait le constat d’une « tendance puissante de liquidation de la pensée critique dans le domaine du cinéma ». Cette position critique disparaissant, selon lui, pour laisser la place aux discours de spécialistes de cinéma et des médias, « experts défenseurs de savoirs techniques », dont font parti les universitaires (notamment les sociologues et les économistes), qui omettent la spécificité du film, ne font aucune place au « non quantifiable », au rapport à l’imaginaire ou à l’irrationnel, préférant se cantonner à « l’objectivation par les chiffres et les statistiques » dans une logique d’économie de marché et de consommation ». Frodon a exprimé sa vision de l’exercice critique face aux méthodes universitaires. Concernant ces dernières, il a dénoncé « le formatage de structure fait par les facultés » et les « grilles » d’analyses appliquées au film. Il a par ailleurs précisé que là où les recherches en histoire du cinéma sont très présentes, la critique en revanche est totalement morte. Pour Frodon, le critique, sans être historien, peut aussi traiter d’objets historiques à partir d’un regard subjectif prenant en compte « une sensibilité qui a incorporé l’histoire ». Vezyroglou a discuté cet argument de l’absorption de la critique par les disciplines scientifiques, estimant quant à lui que les deux domaines étant différents en termes d’objets et de démarches, ils ne pouvaient se concurrencer.

3Christophe Gauthier est intervenu sur quelques points portant sur l’histoire de la critique née avec Louis Delluc et Jean-George Auriol, et a rappelé son importance pour la recherche en cinéma. Il a exprimé la profonde modification du travail historique depuis la fin des années 1960, correspondant « à la fin du règne sadoulien ». Par ailleurs, il a rebondi sur la thématique de la spécificité subjectiviste du critique, mentionnant que depuis déjà plus d’une vingtaine d’années, l’historien pouvait aussi revendiquer l’écriture à la première personne.

4François Albera a rappelé que l’opposition entre discours critique et discours historique ne faisait pas l’objet de son article d’ouverture de 1895. Celui-ci portait sur l’histoire du cinéma comme discipline, et de son manque de reconnaissance dans le cadre de la diffusion de la connaissance. La « conttradiction » ne portait donc pas avec le « discours critique » – qui a sa légitimité et son objet et son histoire… – mais dans le fait que l’on chargeait volontiers des critiques d’écrire l’histoire du cinéma (exemple de l’Encyclopædia Universalis ou de France Culture) sauf dans les cas de croisement entre cinéma et histoire tout court (i.e. « du temps présent ») où l’on fait appel aux historiens spécialistes de la période et qui prennent en compte le film comme document, source, etc. Il s’agit donc de revendiquer la « reconnaissance, de la nécessité, de la singularité de cette recherche en histoire du cinéma ». Cela d’autant plus que les éditions dvd, leurs commentaires, l’utilisation de films à la télévision, dans l’enseignement, etc. devraient mobiliser ce savoir historique.

5Laurent Veray a abondé en ce sens après quelques interventions cherchant à réduire le débat à une question de « concurrence » dans un « champ » donné, ou affirmant que le débat avait déjà eu lieu et était forclos, en précisant que si ces mêmes questions se reposent aujourd’hui – certainement en d’autres termes qu’alors –, c’est principalement en raison du manque de reconnaissance de la discipline histoire du cinéma au sein des universités et des institutions, – telles la Cinémathèque française par exemple où critiques ou esthéticiens viennent parler de questions historiques…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Marinone, « Les Rendez-vous de l’AFRHC : rencontre-débat avec Jean-Michel Frodon, Institut National d’Histoire de l’Art, 27 avril 2007 », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 52 | 2007, mis en ligne le 01 septembre 2010, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://1895.revues.org/4192

Haut de page

Auteur

Isabelle Marinone

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page