Navigation – Plan du site
Annexes

Chronologie du Film d'Art. L'histoire mouvementée d'un catalogue

Éric Le Roy
p. 335-340

Notes de la rédaction

En collaboration avec Noëlle Huard de Jorna et Karine Nonnon

Texte intégral

Remerciements : Laurent Mannoni, Archives de Paris ; Étude Letulle, Letulle-Joly, Deloison (Mme Alarcon, Paris), Stéphanie Salmon (Fondation Jérôme Seydoux-Pathé), Ghyslaine Gracieux (TF1 film Production), René Chateau (Films Marceau Concordia), Béatrice de Pastre, Daniel Fromont, Annie Blandin (Archives françaises du film du CNC), Alain Carou.

11908 – 18 janvier
Fondation de la société anonyme Le Film d’Art, par Paul Laffitte, administrateur de la société, 22 rue de Douai, Paris, au capital de 500 000 francs.
Siège social : 9 rue Louis-Le-Grand, Paris.
Administrateurs : Henri Lavedan, Charles Le Bargy, Jean-Camille Formigé, Paul et Léon Laffitte, tous actionnaires. Les statuts sont déposés à l’étude de Maître Moyne, notaire à Paris, 7 rue Laffitte.
Sources : Registre du commerce, Petites affiches, 20 février 1909.

222 février
Dépôt de la marque Le Film d’Art au greffe du Tribunal de commerce de Paris par la société Le Film d’Art.

3Du 7 mars 1908 au 30 décembre 1909, la Compagnie générale de phonographes, cinématographes et appareils de précision (Pathé) développe les négatifs, tire les positifs et exploite la production du Film d’Art.

430 décembre
Le capital social de la société est augmenté à 750 000 francs
Siège social : 4 rue Charras, Paris
Suivront les délibérations du 11 janvier 1909, un procès verbal du 22 janvier 1909, une délibération du 26 janvier 1909, un acte du 11 février 1909, l’ensemble étant déposé par Me Moyne le 19 février au greffe du Tribunal de commerce de la Seine et de la Justice de paix du IXe arrondissement.
Source : statuts (Registre du commerce)

51909 – 16 février
Dépôt de la marque Film d’Art au greffe du Tribunal de commerce de Paris pour désigner des films par la société Le Film d’Art

629 avril
Signature d’une convention, à titre de transaction à forfait : les négatifs de l’Empreinte, l’Assassinat du duc de Guise, la Tosca (2ème édition), le Baiser de Judas, le Père Milon, le Retour d’Ulysse, Mireille, la Main, Duel sous Richelieu, la Tour de Nesle, l’Homme aux poupées, l’Enfant prodigue créés par Le Film d’Art deviendront la propriété exclusive de la Compagnie Générale de phonographes, cinématographes et appareils de précision (Pathé) contre paiement d’un forfait de 140 000 francs. L’acte est enregistré le 1er mai 1909.
Par la suite, plusieurs de ces films seront diffusés par Pathé ou les sociétés qui lui succéderont en 9,5 mm et Pathéorama.
Source : Archives Pathé, Fondation Jérôme Seydoux-Pathé (paiement enregistré au journal comptable n° 14 de la Compagnie générale…, p. 277).

715 juin
La société Le Film d’Art est déficitaire. Paul Gavault succède à Paul Laffitte comme directeur.

8Du 15 juin à la fin de 1909, Le Film d’Art livre encore 26 films à Pathé.
L’exercice 1908-1909 du Film d’Art se solde par un déficit de 283 047 F.

930 décembre
Le contrat entre la Compagnie générale de phonographes, cinématographes et appareils de précision (Pathé) et Le Film d’Art est résilié pour ce qui concerne les aspects relatifs à l’édition.
Sources : Archives Pathé-FJSP.

101910 1er janvier
Pathé et Le Film d’Art mettent fin à leur relation contractuelle conventionnellement. Deux films restant à finir, Ferragus et le Barbier de Séville, deviendront propriété de Pathé une fois achevés.

114 février
Dans Ciné-Journal, Paul Gavault annonce la concession des productions du Film d’Art à Monofilm.

122 avril
Charles Delac dépose la marque Monofilm. Elle désignera, à partir de 1912, des films, exploités par la Société Générale de Cinématographie.
Siège social : 5 boulevard Montmartre, Paris

1312 décembre
Création de la société en commandite simple Delac et Cie par Charles Delac et Amélie Lignier. Ils apportent à la société nouvellement créée la concession exclusive, pour une durée de neuf ans, de l’exploitation des films connus sous le nom de Film d’Art.
Siège social : 5 boulevard Montmartre, Paris
Le Film d’Art confie à Éclair tous ses travaux d’édition et à Monofilm la concession des films. L’équilibre financier se rétablit très lentement.
Sources : Registre du commerce, Archives Pathé-FJSP.

141911 – 13 mars
Un contrat de fermage est signé entre Delac et Cie et Le Film d’Art. L’article 6 des statuts de la SGC précisera que ce contrat recouvre « l’exploitation de tous les droits, sans exceptions ni réserves qui appartiennent ou appartiendront à la société du Film d’Art, conformément aux lois qui régissent la propriété des marques de fabrique, suivant les procédés actuels ou futurs du cinématographe, toutes vues et scènes destinées à la projection animée, et plus particulièrement toutes scènes établies sur scénarios signés d’auteurs contemporains avec le concours d’artistes connus ; d’éditer et de vendre exclusivement tous les produits de cette fabrication ; d’organiser en France et à l’étranger toute représentation du cinématographe et de projection, et en un mot d’entreprendre toute opérations commerciales, financières ou industrielles pouvant aider au développement et à l’exploitation de la marque du Film d’Art et que la société de Film d’Art aurait pu faire ou traiter elle-même si elle avait continué à exercer directement son objet spécial ».
La société Le Film d’Art existe toujours. Cependant, elle ne produit plus de films. Elle survit en concédant des licences de la marque Le Film d’Art et en cédant l’exploitation de son catalogue.
Source : Archives Pathé-FJSP.

151912 – 25 mai
Fondation de la Société Générale de Cinématographie, anciennement Société Delac et Cie (indication précise de l’article 2 des statuts), par Charles Delac, industriel (95 avenue Niel, Paris), ayant pour objet « l’achat, la vente, la location de tous films cinématographiques et d’une façon plus particulière, l’exploitation exclusive sous toutes formes des marques cinématographiques connues sous le nom de Film d’Art, Film des Auteurs et Monofilm ».
Le contrat de fermage conclu entre Delac et Cie et la société du Film d’Art est repris par la S.G.C. Au nombre des vingt-neuf souscripteurs, on retrouve Edmond Benoit-Lévy, André Calmettes, la Société française des films et cinématographes Eclair, Paul Kastor, Charles Delac (actionnaire majoritaire, « directeur du Film d’Art »).
Siège social : 49 rue de Chézy, Neuilly-sur-Seine
Les activités de la Société Générale de Cinématographie sont la production et la distribution de films, l’édition et la vente des produits de la société, le tout en vertu des contrats passés avec la société du Film d’Art pour l’exploitation de sa marque, en plus de celle de Monofilm.
Source : statuts (Registre du commerce).

161918 – 31 décembre
Fondation de la Société Ch.Delac, M.Vandal et Cie, par Charles Delac, 21 boulevard Bineau, Neuilly sur Seine et Marcel Vandal, 46 rue Jouffroy, Paris. Charles Delac et Marcel Vandal lui cèdent l’exploitation de la Société générale cinématographique et les droits que cette dernière tient de ses conventions avec Le Film d’Art.
Siège social : 15 boulevard des Italiens, Paris
Source : statuts (Registre du commerce).

171919-1921
L’Agence Générale Cinématographique (16 rue Grange Batelière, Paris) distribue les films portant la mention Le Film d’Art accompagnée du logo aux deux masques. La mention Delac et Vandal figure également pour La Cigarette, Fanny Lear, la Faute d’Odette Maréchal, Fannie Ward, Sublime offrande, la Rafale. Pathé distribue Travail qui porte la mention « Le Film d’Art » mais pas le logo.

181922
L’appellation Vandal-Delac remplace la précédente et la Dame de Monsoreau en 1923 est le dernier film à porter le logo aux deux masques (Roger-la-Honte sorti en 1922 et distribué par Aubert n’en était pas marqué). Il existe alors une confusion entre les sociétés Film d’Art et M. Vandal et Ch. Delac, avec différentes appellations : Film d’Art ; Vandal et Delac ; Delac et Vandal ; Vandal ; Le Film d’Art (Vandal et Delac), etc.
La production du Film d’Art se confondant avec la SGC, cette appellation ne concerne plus que les théâtres et ateliers (situés 14 rue Chauveau à Neuilly-sur-Seine), l’administration officielle de la société Vandal et Delac étant au 11 boulevard des Italiens.
La publicité dans les journaux, revues et annuaires corporatifs s’appuie sur le catalogue et l’histoire de la société : le Tout cinéma de 1923 indique les coordonnées de la société avec la mention « La grande marque française fondée en 1907 [sic] Le Film d’Art, M. Vandal et Ch. Delac », suivie d’une liste des productions passées et celles à venir, accréditant l’hypothèse de la gestion globale du catalogue par Vandal et Delac à partir des films sortis en 1911, le premier film cité étant la Dame aux camélias. La société Le Film d’Art existe encore juridiquement. Elle se maintient grâce aux revenus liés à la cession de la marque Le Film d’Art et à la cession de l’exploitation de son catalogue.

19Productions apparaissant dans le Tout cinéma sous l’intitulé Film d’Art de 1922 à 1929 :
le Père Goriot (1921, J. de Baroncelli), le Rêve (1921, J. de Baroncelli), la Maison vide (1922, Raymond Bernard), le Drame des eaux mortes (1922, M.J. Faivre), Roger la Honte (1923, J. de Baroncelli), Paris (1925, René Hervil), la Flamme (1926, R. Hervil), la Closerie des genêts (1926, A. Liabel), la Dame de Monsoreau (1926, R. Le Somptier), le Calvaire de dona Pia (1926, H. Krauss), Knock ou le triomphe de la médecine (1925, R. Hervil), Mirage de Paris (1926, Manoussi), le Mariage de Mademoiselle Beulemans (1928, J.Duvivier), le Mystère de la Tour Eiffel (1928, J. Duvivier), le Sous-marin de cristal (1929, M. Vandal), le Tourbillon de Paris (1929, J. Duvivier).

20Productions apparaissant dans Le Tout cinéma sous l’intitulé Film d’Art-Vandal et Delac de 1927 à 1929 :
l’Agonie de Jérusalem (1927, J. Duvivier), Graziella (1927, M. Vandal), l’Homme à l’hispano (1927, J. Duvivier).

21Productions apparaissant dans les corporatifs et le Tout cinéma sous l’intitulé Vandal et Delac : la Porteuse de pain (1924, R. Le Somptier), le Secret de Polichinelle (1922), la Souriante Madame Beudet (1924, G. Dulac), la Bataille (1924, É.-É. Violet) le Bouif errant (1927, R. Hervil), La Vie merveilleuse de Thérèse Martin (1929, J. Duvivier).
Sources : statuts (Registre du commerce), Le Tout-Cinéma 1922-1929.

221929 –18 mars
La dénomination sociale Le Film d’Art est remplacée par Société foncière et immobilière du parc de Neuilly. Cependant, l’article 3 des statuts précise : « la société a pour objet : … l’exploitation de toutes marques de fabrique et autres et notamment de la marque déposée sous le nom de Le Film d’Art. La fabrication, soit suivant les procédés actuels de cinématographe, soit d’après d’autres procédés qui seraient découverts par la suite, de toutes vues et scènes destinées à la projection animée et plus particulièrement de scènes établies sur scénarios signés d’auteurs contemporains avec le concours d’artistes connus. L’édition et la vente des produits de la société. L’organisation en France et à l’étranger, de représentations de cinématographe ou de projections… »
Charles Delac et Marcel Vandal sont les actionnaires majoritaires. Le procès verbal de l’Assemblée générale est déposé à l’étude de Maître Robert Letulle, Paris.
Siège Social : 69 rue d’Amsterdam, Paris.
Source : procès verbaux de la société, Registre du commerce.

231930 – 9 juillet
Fondation de la société Les Films Osso par Adolphe Osso (cf. infra, 1947).

24À partir de 1930, Le Film d’Art apparaît dans les annuaires professionnels comme suit : Film d’Art : voir Société Générale de Cinémato- graphie.

25Productions apparaissant dans les corporatifs et le Tout cinéma sous l’intitulé Vandal et Delac en 1930 et 1931 : les Chevaliers de la montagne (1931, Mario Bonnard), David Golder (1931, J. Duvivier), Fra Diavolo (1931, Mario Bonnard), le Bal (1931, W. Thiele), les Cinq Gentlemen maudits (J. Duvivier), l’Amoureuse Aventure (1931, W. Thiele).

261932-1935
Pas de production, mais Vandal et Delac sont distributeurs sous la dénomination Société Générale de Cinématographie (SGC).
Sources : le Tout-Cinéma, Annuaire général de la cinématographie, dossiers de censure, génériques.

271935-1936
Le Film d’Art réapparaît dans les annuaires en tant que producteur au même titre que Vandal et Delac et la Société générale de cinématographie.
Sources : le Tout-Cinéma.

281938
Charles Delac produit avec la Société générale de Cinématographie le film Arsène Lupin détective (Henri Diamant-Berger) dont la distribution est cédée à Pathé pour compenser les dettes de la Châtelaine du Liban. Le film comporte la mention « Le Film d’Art présente » au générique.
Charles Delac, sous l’enseigne Le Film d’Art, produit également la Vierge folle (Henri Diamant-Berger). Avec ce film, la marque initiale du Film d’Art est utilisée pour la dernière fois.
Sources : le Tout-Cinéma, Archives Pathé-FJSP.

295 septembre
Création d’une nouvelle société dénommée Le Film d’Art, administrée par Maurice Serra, 56 rue Dalong, Paris, André Thamin, 4 rue Saint Florentin, Paris et Mlle Thérèse Perrier, 53 bis rue Cler, Paris. Charles Smajda, Henri Diamant-Berger, Mme Lassner, font partie également des actionnaires fondateurs. Cette société, qui ne possède pas les actifs de la société d’origine, exploite simplement la marque Le Film d’Art.
Siège social : 63, avenue Champs-Elysées, Paris
Source : Registre du commerce.

301939
Marcel Vandal et Charles Delac mettent un terme à leur collaboration. Vandal s’installe 1, rue de Berri ; Delac, la Société Générale de Cinématographie et le Film d’Art restent au 63, avenue des Champs-Élysées, Paris.
Source : le Tout-Cinéma.

311940 – 3 octobre
Le conseil des ministres, à la demande du Maréchal Pétain, interdit aux juifs d’exercer toute profession dans le cinéma, le théâtre, la radio, l’édition et la fonction publique.
Charles Delac, de son vrai nom Ben Caleb (né le 2 juillet 1885 à Mascara en Algérie) quitte Paris.

321940-1944
La Société Générale de Cinématographie est aryanisée et administrée par M. Alcay, 4 rue Castellane, Paris.
Source : le Tout Cinéma 1942.

331944
Charles Delac revient à Paris et s’installe 9 rue Verniquet.

3411 décembre
Charles Delac rachète à titre personnel à Pathé sept films : Poil de Carotte ; Hortense m’a dit « j’m’en fous » ; la Tête d’un homme ; les Pins de Rome ; le Voleur ; le Paquebot Tenacity ; le Petit roi, la créance de la Société Générale de Cinématographie, dont le siège est à Paris, 63 avenue des Champs Elysées, à la Société nouvelle Pathé Cinéma.
Source : Archives Pathé-FJSP.

351945 – 27 juillet
Le Film d’Art est administré par Henri Diamant Berger, 6 rue du Val de Grâce, Paris, et Charles Smadja, 33, rue Marboeuf, Paris. Cette société ne produit aucun film avant 1954.
Siège social : 63 avenue des Champs Élysées, Paris.
Source : Registre du commerce.

361947 – 12 juin
Les Films Osso deviennent la Société Nouvelle des films Osso.

371948 – 24 février
« Du procès verbal de l’Assemblée générale extraordinaire des actionnaires de la Société Nouvelle des films Osso, société anonyme (…) il appert que la dénomination sociale sera désormais les Films Marceau. ».
Source : les Annonces de la Seine, 26 février 1948.
Charles Delac est le PDG de la société Les Films Marceau.
Les Films Marceau, Société Générale de Cinématographie et Kléberfilms sont toutes domiciliées au 7 rue de Presbourg, Paris, VIIIe.
Source : le Tout-Cinéma.

381951
Edmond Ténoudji devient gérant de Kleberfilms. Charles Delac conserve les Film Marceau et la Société Générale de la Cinématographie.
Source : Registre du commerce, le Tout-Cinéma.

391954 
Charles Delac conserve la Société Générale de la Cinématographie, devient administrateur des Films Marceau dont Edmond Tenoudji est nommé PDG.

401965 – 14 janvier
Décès de Charles Delac à Paris.

4114 avril
Décès de Marcel Vandal au Perreux sur Marne (94).
1970 – 20 juillet
La société Filmsonor absorbe les Films Marceau, la nouvelle raison sociale devient Filmsonor Marceau. Edmond Tenoudji en est le PDG.
Source : le Quotidien juridique, n° 116, 17 octobre 1970.

421974 – 28 mars
Opération de fusion : la société Cocinor absorbe la société Filmsonor-Marceau. La raison sociale est désormais Marceau Cocinor.
Siège social : 44 avenue des Champs-Elysées, Paris VIIIe.
Source : le Quotidien juridique, n° 59, 21 mai 1974.

431976 – 16 juin
Par acte sous seing privé, la société Marceau Cocinor acquiert onze films produits par Charles Delac (SGC) auprès de sa veuve, enregistré le 6 août 1987 au RPCA.

441981 – 18 juin
Marceau Cocinor devient Les Films Marceau Cocinor (Edmond Tenoudji, en reste le PDG jusqu’en 1985, Sydney Tenoudji lui succède et Perry Tenoudji est alors directeur général adjoint).
Source : le Quotidien juridique, n° 87, 23 juillet 1981, Annuaire du Cinéma 1982

451985 – 11 juillet
Les Films Marceau Cocinor cèdent cinq long métrages (le Bal, David Golder, les Cinq gentlemen maudits, Poil de carotte, la Tête d’un homme) du catalogue Vandal et Delac à United Movie Syndication (Londres) qui les rétrocédera en 1996 à la société Colgelda (devenue TF1 international le 12 février 2004).
Source : Registre public de la cinématographie et de l’audiovisuel.

461988 – 23 décembre
Les Films Marceau Cocinor deviennent Les Films Marceau Concordia
Source : le Quotidien Juridique, n° 147, 31 décembre 1988.

471992 – 25 mars
L’assemblée générale nomme René Chateau PDG de la société Les Films Marceau Concordia. À l’occasion de cette Assemblée générale, il est rappelé que le catalogue de la société comporte les films de vingt sociétés (de Cinédis aux Films Raoul Ploquin, Films sonores Tobis, films Osso, etc.) mais aussi les films du catalogue de Charles Delac.

481999 – 19 mars
Cession par Mesdames Eléonore Serrat et Jacqueline Serrat, co-héritières de la succession de Madame Vve Charles Delac, de l’ensemble des droits pour les films produits ou coproduits par Charles Delac et ses différentes sociétés depuis 1911 au profit des Films Marceau Concordia pour la somme de 200 000 francs. Acte inscrit au registre public de la Cinématographie le 21 avril 1999.
Source : RPCA.

492008 – La Cour d’Appel de Paris, dans son arrêt daté du 17 septembre 2008, a jugé que « les sociétés Les Editions René Chateau et Les Films Marceau Concordia ne démontraient pas disposer des droits du producteur d’origine, la société SGC ». (Les films faisant l’objet du contentieux sont les suivants : le Mariage de Mademoiselle Beulemans, le Mystère de la Tour Eiffel, la Vie merveilleuse de Thérèse Martin, Maman Colibri ; l’Agonie de Jérusalem, la Divine Croisière, l’Abbé Constantin, Au Bonheur des dames et le Tourbillon de Paris). Contentieux en cours.
Source : arrêt de la Cour d’appel de Paris.

50Autres sources : 1895, hors série L'année 1913 en France, octobre 1993 ; Annuaire biographique du cinéma et de la télévision en France, 1953-54, 1957 ; archives des Archives françaises du film du CNC ; génériques des films.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Le Roy, « Chronologie du Film d'Art. L'histoire mouvementée d'un catalogue », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 56 | 2008, mis en ligne le 01 avril 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://1895.revues.org/4085 ; DOI : 10.4000/1895.4085

Haut de page

Auteur

Éric Le Roy

Docteur en cinéma, enseigne à l’Université de Paris 1. Il est actuellement chef du service Accès, valorisation et Enrichissement des Collections des Archives françaises du film (Centre national de la Cinématographie) et vice-président de la Fédération Internationale des Archives du Film (FIAF). Il a publié articles et ouvrages sur le cinéma français, notamment le Catalogue des Films français de fiction 1908-1918 (avec R. Chirat, 1995), Éclair, un siècle de cinéma à Epinay-sur-Seine (avec L. Billia, 1995), Camille de Morlhon, homme de cinéma 1862-1952 (L’Harmattan, 1997), Jean-Pierre Mocky (BiFi-Durante, 2000) et Denise Bellon (La Martinière, 2004).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page