Navigation – Plan du site
Actualité

Le festival des archives de Bélye Stolby

Valérie Pozner
p. 141-142

Texte intégral

1La XIII e édition du festival des archives de Bélye Stolby s’est tenue du 28 au 30 janvier 2009. Dans le contexte politique de tension entre la Russie et ses voisins, le directeur des archives, Vladimir Dmitriev a, par fronde, choisi de construire un programme autour des cinématographies d’Ukraine et de Géorgie, en montrant des films non seulement anciens, mais plus récents, comme Oranzhevaja zima (l’Hiver orange) d’Andrei Zagdanski (2006), présentant les événements de la révolution « orange » à travers le prisme de la Terre de Dovjenko (1930). Par double ironie, le programme géorgien s’achevait sur le film David Gouramichvili, (Sanishvili, Toumanishvili, 1946), grande fresque historique montrant que seule la couronne de Russie et son armée avait pu sauver la Géorgie du joug turc au XVIIIe siècle !

2Ce sont néanmoins les récentes trouvailles des chercheurs russes qui ont cette année retenu l’attention : Serguei Kapterev a ainsi identifié deux bobines du premier film, déclaré perdu, de Mikhaïl Kalatozov, Stranichki biografii (Pages biographiques), réalisé en 1928. Le film établissait une comparaison entre la Géorgie soviétique (trois bobines non retrouvées, où Kalatozov faisait ses armes en tant qu’opérateur), et l’époque de la Géorgie menchévique indépendante (1918-1921) : ce sont les bobines présentées. Kalatozov monte des images d’actualité, auxquelles il fait subir un traitement inspiré du travail d’Esther Choub, et insère quelques images tournées par lui. Le résultat tend à présenter les dirigeants d’alors comme des fantoches au service des puissances exté- rieures.

3On signalera également quelques chutes de Chertovo koleso (la Roue du diable, Kozintsev et Trauberg, 1926), intéressantes dans la mesure où elles montrent des lignes narratives interdites par la censure, qui avaient apparemment servi à faire des essais de virage. On a pu également découvrir le premier film de Margarita Barskaïa, Kto vazhnee, kto nuzhnee (Qui est le plus important, de qui avons nous le plus besoin, 1930), identifié aux archives de Krasnogorsk, film pédagogique à destination des enfants des campagnes soviétiques à l’époque du « grand tournant ». Le film poursuit deux objectifs : tout en faisant l’apologie des kol-khozes et du mode collectif d’exploitation des terres, il présente les différents parasites des champs et la façon dont les enfants peuvent apporter leur aide pour les éradiquer. Combinant prises de vues documen- taires et animation, cartons explicatifs et images lyriques, c’est un excellent exemple du cinéma de la transition entre les années vingt et trente, tout à fait méconnu. Enfin, Gueorgui Borodine a présenté les deux versions, avant et après censure, d’un film d’animation de 1974, Veseloe zveno (la Gaillarde Équipe), devenu Prodelkin v shkole (Loustic à l’école), en illustration de l’ouvrage qu’il prépare actuellement sur l’histoire de l’animation soviétique et ses rapports avec le pouvoir.

4Enfin, les Archives de Krasnogorsk ont présenté une restauration numérique du procédé tricolore pratiqué en Union sovié-tique avant la Seconde Guerre mondiale. Cvetushchaja junost (la Jeunesse florissante, 1939), film d’Alexandre Medvedkine consacré à un défilé sportif sur la Place Rouge (dont Chris Marker cite de larges extraits dans son Tombeau d’Alexandre), présente quelques images inédites de sportifs/danseurs kirghizes. Beaucoup moins convaincante est apparue la « restauration » des images de la séance d’ouverture de la Première Douma (26 avril 1906), scannées une à une, retravaillées et… animées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Pozner, « Le festival des archives de Bélye Stolby », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 57 | 2009, mis en ligne le 01 avril 2012, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://1895.revues.org/4020

Haut de page

Auteur

Valérie Pozner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page