Navigation – Plan du site
Archives

Le fonds Alexander Walker de la Cineteca di Friouli

The Alexander Walker collection at the Cineteca di Friouli
Lorenzo Codelli
p. 125-130

Résumés

La Collection Alexander Walker conservée à la Bibliothèque Angelo R. Humouda de la Cineteca del Friuli, à Gemona, Italie, inclût le patrimoine libraire entier, ainsi que la correspondence et tous les manuscripts d’un des critiques et essayistes anglosaxons les plus connus et influents de sa génération. Ses polémiques contre la censure, sa collaboration avec Stanley Kubrick pour la toute première monographie parue sur l’auteur de 2001 : L’Odyssée de l’espace, ses recherches fouillées sur Joseph Losey et la « liste noire », sur l’acteur Peter Sellers, sur l’évolution industrielle et esthétique du cinéma britannique, du « free cinema » à la fin du millénaire, font partie de cette archive.

Haut de page

Texte intégral

1Alexander Walker, l’un des critiques et historiens anglo-saxons les plus influents de l’après-Deuxième Guerre, avait rendu visite à trois reprises à la Cineteca del Friuli (CF) de Gemona, entre 2000 et 2002, pour trois conférences. Il avait raconté, entre autres, les souvenirs émouvants de son ami Stanley Kubrick, rencontré et interviewé à Manhattan en 1957. Et avait évoqué la cérémonie de son enterrement, le 12 mars 1999, à l’intérieur du parc Kubrick au Hertfordshire (Grande-Bretagne). Il avait aussi discuté du cinéma britannique classique et actuel, son obsession de longue date. Il avait été émerveillé de trouver, à la bibliothèque de la CF, une bonne partie de ses nombreux livres, et les avait scrupuleusement dédicacés. Il s’était senti « chez lui », en se promenant dans les villages alentours.

  • 1 Le British Museum a organisé en 2004 une exposition de sa collection sous le titre : « Matisse to F (...)

2Fin 2001, il décida de porter dans son testament le legs de tous ses livres, documents et textes sur le spectacle à la CF, tandis que sa collection d’œuvres graphiques de grands artistes contemporains, de Picasso à Matisse, était destinée au British Museum de Londres1.

  • 2 Les précédents volets : Hollywood England : The British Film Industry in the Sixties (London, Micha (...)

3À cette époque, bien entendu, il était en pleine et fiévreuse activité, nullement près de la retraite. Chaque semaine il écrivait une demi douzaine, ou plus, de critiques de films pour l’édition du jeudi de l’Evening Standard, quotidien de l’après-midi très populaire dans le West End londonien. Il voyageait beaucoup pour interviewer des cinéastes, couvrait Cannes et Venise, faisait partie de la commission gouvernementale « British Screen » – dont la mission est de conseiller le gouvernement pour l’attribution d’aides à l’industrie cinématographique. Et surtout il essayait de terminer le troisième volet de sa vaste trilogie sans antécédents, sur le cinéma britannique contemporain, du « Free Cinema » à nos jours2. Il connaissait personnellement la plupart des protagonistes de cette industrie cinématographique, y avait beaucoup d’amis et aussi d’ennemis. Bien qu’il résidât de longue date à Londres, il ne considérait pas pour autant le cinéma anglais comme sa cinématographie nationale. Il était fier d’être irlandais, et ne manquait pas de vous le rappeler avec un humour… joycien.

4Né le 22 mars 1930 à Portadown en Irlande du Nord, diplômé en philosophie de la Queen’s University de Belfast, il enseigne d’abord aux États-Unis. Puis, en 1954, il débute au Birmingham Gazette et au Birmingham Post, comme reporter culturel. En 1960, l’Evening Standard de Londres l’engage comme critique cinématographique à plein temps. Il collabore en outre à Vogue et à d’autres revues anglaises et américaines, et conçoit et présente de nombreuses émissions radio et télévision à la BBC. À Téhéran, Manille, New York ou Taormina, il est un festivalier en service continu. À trois reprises il se voit octroyer le prix de la presse britannique comme meilleur critique de l’année – en 1970, 1974 et 1980. Le Ministère de la Culture français le nomme Chevalier des Arts et des Lettres. Il disparaît le 15 juillet 2003, à la suite d’une opération, dans un hôpital londonien.

  • 3 Walker avait d’ailleurs pu visionner en avant-première privée Eyes Wide Shut, et il en avait rendu (...)
  • 4 London, Orion, 2004.

5En été 2004, grâce à son ami Joseph Connolly, écrivain de romans adaptés à l’écran, est sorti le dernier livre, très attendu, d’Alexander Walker – parution posthume, comme celle d’Eyes Wide Shut !3 – : Icons in the Fire. The Decline and Fall of Almost Everybody in the British Film Industry : 1984-20004. Une fresque au vitriol sur « déclin et chute de presque tout le monde dans le cinéma britannique ». Un milieu anéanti, selon lui, avant tout par la corruption du système de financement public, et par la démission des grands producteurs d’antan.

Le fonds

  • 5 La base de données en cours, qui couvre tous les documents, inventoriés et indexés par l’archiviste (...)

6Les détails du fonds Alexander Walker nous font mieux saisir l’évolution d’une carrière si prolifique5. La section « Bibliothèque » inclut 2.758 titres, d’ouvrages écrits par d’autres auteurs. Un vaste panorama du cinéma et du théâtre anglo-saxons, et internationaux ; des essais, biographies, autobiographies, dictionnaires, manuels, souvent dédicacés, ou accompagnés de lettres des auteurs. 

  • 6 London, Michael Joseph, 1966.

7Un ensemble particulièrement intéressant de volumes et dossiers hors commerce, concerne les systèmes de censure, un thème qui l’a toujours passionné et sur lequel il avait changé d’avis depuis son pamphlet The Celluloid Sacrifice : Aspects of Sex in the Movies6, et sa défense d’Orange mécanique au moment de sa sortie, jusqu’aux attaques moralisatrices contre le « anything goes » des époques thatchériennes et blairiennes.

8Parmi les revues on trouve des collections de Vogue, Vogue Paris, Vanity Fair, Monthly Film Bullettin, Sight and Sound, Screen Digest, Screen International, Variety, le Film français, etc.

9Les myriades de critiques et interviews publiées dans l’Evening Standard jusqu’en 2003, découpées et collées par l’auteur par ordre chronologique – souvent accompagnées de notes ou de lettres –, soit dans de grandes enveloppes, soit dans des fichiers à anneaux. Un eldorado monumental, débordant d’analyses raffinées sur l’évolution des styles et des mœurs.

  • 7 Tous, ou presque, encore disponibles.

10Les vingt-deux livres publiés par Alexander Walker lui-même7 sont conservés en différentes éditions, langues, et mises à jour successives. Pour chacun d’eux, l’auteur avait conservé pratiquement tous ses matériaux de travail : manuscrits, notes, photocopies, transcriptions ou cassettes audio d’entretiens, témoignages, photos, documents retrouvés dans des archives, musées et cinémathèques un peu partout, correspondances, corrections. Un patrimoine fragile, dont on a respecté, pendant l’inventaire, le groupement originaire. On a obtenu, au total, 333 gros fichiers indexés.

  • 8 Paris, Herscher, 1985. Trad. anglaise : Woody Allen : Beyond Words, London, Michael Joseph, 1987.

11En fouillant en leur sein on peut découvrir nombre de choses surprenantes. Par exemple, une copie du texte dactylographié de Robert Benayoun pour son livre Woody Allen : au-delà du langage8, sa traduction en anglais, exécutée par Walker, avec une précision d’orfèvre.

  • 9 New York, Harper & Row, 1983.
  • 10 London, Pavilion, 1986.
  • 11 London, Orion, 1992.
  • 12 Dietrich, London, Thames and Hudson, 1984 ; Elizabeth, London, Weidenfeld & Nicolson, 1990. Déploro (...)

12Dans le fichier qui concerne, par exemple, le livre Joan Crawford : The Ultimate Star9, on trouve des lettres de la star à l’auteur, ses notes prises aux archives MGM et ailleurs. Entre les documents rassemblés pour deux volumes parallèles, No Bells on Sunday : The Rachel Roberts Journals10, et Fatal Charm : The Life of Rex Harrison11, sur un couple d’acteurs célèbres, mariés pendant dix ans, ce sont les textes in extenso des entretiens avec leur vaste entourage de deux côtés de l’Atlantique qui ne manqueront d’intéresser d’autres chercheurs. Même remarque pour les documents concernant les longues élaborations des biographies de Marlene Dietrich et d’Elizabeth Taylor12.

  • 13 London, Bloomsbury, 1992.

13Fred Zinnemann, réalisateur vetéran, grâce aux interviews exhaustives données pendant sa vieillesse à Walker, a pu développer son formidable livre de mémoires, modestement titré An Autobiography13

  • 14 London, Weidenfeld & Nicolson, 1981.

14Admirateur et ami du comédien Peter Sellers, de ses femmes et ses amis, Walker avait amassé un corpus labyrinthique de documents et de “traces” autour du Docteur Folamour, alias l’Inspecteur Clouseau, avant d’écrire Peter Sellers : The Authorized Biography14.

  • 15 La première publiée par Harcourt Brace and Jovanovich, New York, 1971 ; la dernière, rebaptisée Sta (...)
  • 16 Stanley Kubrick’s A Clockwork Orange : Based on the Novel by Anthony Burgess, New York, Ballantine (...)

15Un fleuve de kubrickiana immerge tous les méandres du fonds Walker, et pas seulement les sept fichiers, datés 1958-2000, qui embrassent la genèse des différentes éditions du livre Stanley Kubrick Directs15. À cette biographie pionnière, le réalisateur de The Paths of Glory (les Sentiers de la gloire) collabora de bout en bout. Comme le démontrent, par exemple, ses corrections manuscrites, ligne à ligne, insérées dans le texte dactylographié de Walker et ses nombreux ajouts autographes sur papier jaune, où il éclaire son point de vue soit à propos de minuscules détails soit de théories cosmiques. Le lien Kubrick-Walker était devenu tellement solide que, le 18 février 1972, le metteur en scène écrivait à son ami pour le prier de réviser « la ponctuation » du texte d’Orange mécanique, à paraître sous forme de scénario illustré16.

  • 17 Voir l’index de la bibliothèque de la CF mis à jour en ligne : http://www.infoteca.it/CDFR
  • 18 Alan Parker, Will Write and Direct for Food, London, Southbank, 2005.
  • 19 Lindsay Anderson, The Diaries, London, Methuen, 2004.

16Depuis sa disparition, Alexander Walker ne cesse de ressusciter. Fût-ce en feuilletant revues et ouvrages disponibles à la CF17, le voilà regretté ici et là par les rédacteurs de l’hebdo Time Out, tourné en ridicule par le dessinateur et cinéaste Alan Parker18, et décrit comme un frère par Lindsay Anderson dans sa correspondance intime19.

Haut de page

Notes

1 Le British Museum a organisé en 2004 une exposition de sa collection sous le titre : « Matisse to Freud : A Critic’s Choice – The Alexandre Walker Bequest » (15 juin 2004 - 9 janvier 2005).

2 Les précédents volets : Hollywood England : The British Film Industry in the Sixties (London, Michael Joseph, 1974) et National Heroes : British Cinema in the Seventies and Eighties (London, Harrap, 1985).

3 Walker avait d’ailleurs pu visionner en avant-première privée Eyes Wide Shut, et il en avait rendu compte pour son journal avant tout le monde.

4 London, Orion, 2004.

5 La base de données en cours, qui couvre tous les documents, inventoriés et indexés par l’archiviste Maela Pivetta, sera bientôt disponible sur le site CF : http://www.cinetecadelfriuli.org

6 London, Michael Joseph, 1966.

7 Tous, ou presque, encore disponibles.

8 Paris, Herscher, 1985. Trad. anglaise : Woody Allen : Beyond Words, London, Michael Joseph, 1987.

9 New York, Harper & Row, 1983.

10 London, Pavilion, 1986.

11 London, Orion, 1992.

12 Dietrich, London, Thames and Hudson, 1984 ; Elizabeth, London, Weidenfeld & Nicolson, 1990. Déplorons la malchance de Walker sur le marché français : Flammarion réduisit le grand album illustré sur la diva allemande à un bien pauvre bouquin (Dietrich, Paris, 1991), tandis que Jean-Claude Lattès coupa une moitié du texte, les notes, la bibliographie, de Liz la passion (Paris, 1991).

13 London, Bloomsbury, 1992.

14 London, Weidenfeld & Nicolson, 1981.

15 La première publiée par Harcourt Brace and Jovanovich, New York, 1971 ; la dernière, rebaptisée Stanley Kubrick Director, par Weidenfeld & Nicolson (London), 1999.

16 Stanley Kubrick’s A Clockwork Orange : Based on the Novel by Anthony Burgess, New York, Ballantine Books, 1972.

17 Voir l’index de la bibliothèque de la CF mis à jour en ligne : http://www.infoteca.it/CDFR

18 Alan Parker, Will Write and Direct for Food, London, Southbank, 2005.

19 Lindsay Anderson, The Diaries, London, Methuen, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lorenzo Codelli, « Le fonds Alexander Walker de la Cineteca di Friouli », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 57 | 2009, mis en ligne le 01 avril 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://1895.revues.org/4015 ; DOI : 10.4000/1895.4015

Haut de page

Auteur

Lorenzo Codelli

 

Vice-directeur de la Cineteca del Friuli, collaborateur du Festival de Cannes, de Positif, International Film Guide, Dictionnaire Larousse du cinéma, Dictionnaire du cinéma asiatique, Storia del Cinema Einaudi, auteur de livres sur Pupi Avati, Ermanno Olmi, Tinto Brass, Mario Monicelli etc.

 

 

Deputy director of the Cineteca del Friuli, has contributed to the Cannes Film Festival as well as to the following publications : Positif, International Film Guide, Dictionnaire Larousse du cinéma, Dictionnaire du cinéma asiatique, Storia del Cinema, and has written books on Pupi Avati, Ermanno Olmi, Tinto Brass, and Mario Monicelli, amongst others.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page