Navigation – Plan du site
Biographies

Marius Rossillon (1867-1946) dit O'Galop

Marc Faye et Valérie Vignaux
p. 256-267

Texte intégral

11867
Marius Rossillon est né le 8 Juin 1867 à Lyon dans le 3e arrondissement. Fils de Jean Rossillon dit Pétré, né le 28 Juin 1834 et décédé en 1887, Maître apprêteur de Tulle et de Françoise Clotilde Pellegrin, née le 20 Mai 1842 et disparue en 1875.

21875
Marius Rossillon est recueilli par ses grands-parents à Bourg en Bresse.
Réalisation de ses premières aquarelles.

31881
Il fait ses études au lycée Lalande de Bourg en Bresse. Premier prix de mathématiques, comptabilité et langue française.

41882
Premier prix de langue anglaise et de latin.

51885
Classe de mobilisation au service militaire.
Marius O’Galop est ambidextre, il a les yeux bleus et il mesure 1,61 mètres. Il est étudiant à l’École des Beaux Arts de Lyon.

61886
Le 10 Mars 1886, il est incorporé comme engagé volontaire pour 5 ans dans le 23e Régiment d’infanterie à Lyon, dans le 6e arrondissement.
Le 24 Septembre il est nommé caporal à la 29e brigade d’infanterie.

71887
Il réside 11, rue de Vendôme Lyon.
Le 15 Février, son père décède et son tuteur s’appelle Francisque Rossillon ( 59 rue Ney à Lyon 6e arrondissement ).

81889
Le 24 Février, il est cassé de son grade de caporal et le 25 février, il est nommé soldat de 2e classe.
Le 22 Juin, il habite rue de la Cité à Aix les Bains.
Le 12 Septembre, il demeure rue Clareau à Cannes.

91889 à 1890
Marius Rossillon s’installe à Paris, au 9 de rue du Croissant et Galerie Colbert chez son frère Ulysse Rossillon alias Jean Rosnil, rédacteur de la revue le Rire à partie de 1894.
À Paris, il retrouve son ami lyonnais, Yon Lug, animateur de spectacle de théâtres d’ombres au cabaret des Quat z’arts et sort avec son frère Ulysse Rossillon dans les cabarets en vogue à Montmartre. Il fréquente assidûment le cabaret du Chat Noir, le Bal de l’Élysée Montmartre, le Bal Julian ou le Bal des Quat Z’arts.

101890
Le 14 Mai, il s’installe rue de la cité à Aix les Bains chez M Bogey.
Le 28 Juillet, il part en Angleterre et réside à King’s road à Londres.

111891
Il débute dans la presse et prend le pseudonyme de Marius O’Galop.
Comme caricaturiste ou comme illustrateur, il collabore à nombre de revues  :
L’Éclipse ( 1891 à 1901 )  ; le Chat noir ( 1892-1894 )  ; le Courrier français ( 1893 )  ; la Vie drôle ( 1893-1894 )  ; l’Européenne illustrée  ; la Bicyclette, la Gaudriole ( 1894 )  ; le Triboulet ( 1894-1902 et 1904-1905 )  ; le Journal pour tous, le Cycle ( 1895-1897 )  ; le Soleil du dimanche ( 1895-1899 )  ; le Rire ( 1895-1928 )  ; la Caricature ( 1896 et 1901 )  ; l’Image pour rire ( 1897 )  ; la Petite caricature ( 1898 )  ; le Pêle-Mêle ( 1898-1917 )  ; la Vie au grand air ( 1899 )  ; l’Illustré national ( 1899-1907 )  ; le Charivari ( 1900 )  ; l’Almanach Vermot ( 1903-1920 et 1924 )  ; le Vélo, le Journal de l’au-tomobile, l’Album comique de la famille, l’Universel ( 1904 )  ; le Petit journal illustré de la jeunesse ( 1904-1905 )  ; l’Auto ( 1905-1906 et 1926 )  ; Jeunesse ( 1906 )  ; Mon dimanche ( 1906-1907 )  ; Qui Lit Rit ( 1908 )  ; le Matin ( 1908-1909 )  ; le Sourire ( 1908-1910 )  ; Almanach surprise de la famille, Pages folles ( 1909 )  ; Almanach du Petit Journal ( 1910 et 1931 )  ; le Cri sportif ( 1913 )  ; À la baïonnette, Nos Poilus ( 1915 )  ; Fantasio ( 1915 et 1929 )  ; Excelsior ( 1915-1916 )  ; l’Écho des sports ( 1917 )  ; Guignol ( 1919 )  ; la Bonne Surprise ( 1920-1921 )  ; le Journal amusant ( 1924 ), le Cri de Paris ( 1928-1929 )  ; le Carnet de la semaine ( 1928-1930 )  ; Ric et Rac ( 1929 )  ; Dimanche illustré ( 1930-1938 )  ; Aux Écoutes ( 1932 )  ; Bec et Ongles ( 1933 )  ; À la Roulante ( 1939 )  ; la Chronique amusante, Polichinelle.

121893
Le 13 Juin, il est condamné par le caporal Commandant de la Seine, à trois mois de prison et à 16 francs d’amende, pour outrage public à la pudeur. Il est affecté à l’Infanterie légère d’Afrique à Gabès en Tunisie.

131894
Avec Jack Abeillé, Lubin de Beauvais, George Edward, Luc Leguey, Malatesta et Maurice Neumont, il illustre l’ouvrage de Victor Joze, Paris Gomorrhe », Paris, éditions Antony, 1894.

141895
Le 13 septembre, il demeure au 18 de la rue Chabrol à Paris.
Première collaboration avec les frères Michelin pour le Salon du Cycle de Paris.

151896
Du 18 Mai au 14 Juin, il effectue une période d’exercice au 96e régiment d’infanterie à Bourgoin.
Il crée des affiches et des réclames pour les Tournées Baret, Ricqlès, la Végétaline…
Marius O’Galop, Histoires et scènes humoristiques, contes moraux, (planches d’Épinal), Nancy, Pellerin et cie, 1896

161897
Avec Émile Cohl, Léandre, Henri Rivière et Steinlein, il illustre l’ouvrage de Georges Renault et Henri Château, Montmartre, Paris, Flammarion, 1897.
On trouve à la page cent douze de l’ouvrage de Georges Renaut et Henri Château, une présentation de Marius O’Galop  : «  O’Galop, comme son nom l’indique, est le croqueur par excellence  ; ses planches drôles sont empreintes d’un esprit bien parisien  ; il sait, en pince-sans-rire, faire avaler les blagues d’un dessin sobre qui le placent parmi nos meilleurs humoristes du crayon  », qui accompagne son portrait dessiné par Rosnil.
Sa rencontre avec Émile Cohl se transforme en amitié en raison sans doute de leur admiration commune pour André Gill, Marius O’Galop lui rendra hommage dans le film le Circuit de l’alcool.

171898
Il réside 11, rue Villedo à Paris.
Année où Marius O’Galop paraît débuter dans la publicité. En avril, il réalise son premier dessin de la série «  Nunc est Bibendum  » à l’encre de Chine  : le Bibendum lève un verre rempli de clous, de tessons de bouteilles et de silex avec le slogan «  À votre santé, le pneu Michelin boit l’obstacle  ». À ses côtés ses deux principaux concurrents, John Dunlop et Continental qui apparaissent, en comparaison du Bibendum, dégonflés.
De 1898 à 1920 il réalisera une bonne partie des Bibendums avant que d’autres illustrateurs ne prennent le relais. Il dessinera pour Michelin plus de 200 affiches ou réclames et, jusqu’en 1913, il en est l’affichiste attitré.
En tant qu’affichiste, il signera entre autres, des affiches et réclames pour de nombreuses marques comme l’Eau de Suez, Gladiator, Ricqlès, Gibbs, la Végétaline, Hurtu, Vélox, Phoscao, Waterman.
Il dessine également de nombreuses cartes postales publicitaires.
Le 24 Septembre, il épouse à la mairie du 18e arrondissement de Paris, Christine Devaux, née le 1er avril 1881 et décédée le 12 Avril 1938. La jeune femme est modiste de métier, elle est la fille de Jean Devaux, boulanger à Belves en Dordogne et de Jeanne Christoflour.

181899
Le 18 Mars, Marius O’Galop réside au 3 de la rue Ganneron, à Paris dans le 18e arrondissement.
Il participe au concours de la Revue parisienne pour la publicité du pneu Michelin. Il présente un deuxième dessin avec la figure du Bibendum accompagné du slogan «  Michelin boit l’obstacle  », son dessin qui ne reçoit pas le premier prix, reste la propriété de la société pour 100 francs.
Du 15 au 27 Octobre, il effectue une période d’exercice au 109e Régiment d’Infanterie à Vienne.
Le 19 Décembre, il est réhabilité, et retrouve son grade de caporal, perdu en 1889.

191900
Marius O’Galop s’installe à Montmartre et réside dans un atelier situé au 33 bis de la rue Lamarck.
Naissance de son fils Ulysse Christian, décédé en 1954.
Il dessine pour la première édition du guide Michelin et dessinera des Bibendums dans chacune des éditions suivantes.
Marius O’Galop, Histoire de Mr Pitoncourt ( album ), s.l.n.d., c. 1900.

201901
Le 26 Octobre, il réalise une planche publicitaire «  Le supplice de la roue  » qui paraît dans la revue le Rire, n° 364.

211902
O’Galop réalise de 1902 à 1913 une série d’affiches pour Michelin «  Nunc Est bibendum  »
Il illustre l’Almanach Vermot de 1902 à 1904.

221904
Marius O’Galop quitte Paris pour s’installer en Dordogne. Il installe son atelier aux pieds du château de Beynac et au bord de la Dordogne. Son activité d’aquarelliste l’amène à voyager en Normandie, Bretagne, Barbizon et Rhône.
Marius O’Galop, Frisemine & Croquampoule, ( album ), Nancy, Pellerin et cie, 1904.

231905
Il réalise pour Michelin les affiches «  Le coup de la semelle  » et «  Sir Bibendum  ». Il crée sa société d’affiche.

241906
Marius O’Galop, L’Homme aux cinq jambes, ( album ), Nancy, Pellerin et cie, 1906.
Il dessine dans l’Almanach Vermot.

251907
Il collabore à la revue le Petit Journal Illustré pour la Jeunesse.
Le 21 Avril 1907 paraît dans le Petit Journal Illustré pour la Jeunesse une histoire en images intitulée, «  Les pommes du père Casquamêche  » et le 19 Mai 1907 «  Plus fort que chez Robert Boudin  ». Ces deux histoires en images sont adaptées en plaques de lanterne magique, elles constituent respectivement les plaques n° 1, 2, 3 «  Le pommier bien gardé  » et n° 17 et 18, 18 «  Guirlande de saucisses  », dans la série C, comprenant 24 plaques et intitulée Histoires sans paroles.

261908
Marius O’Galop. Le Dirigeable « Cage-à-mouches numéro un », Paris, Garnier frères, 1908 [d’après le fac-simile de 1978].

271910
Marius O’Galop participe aux illustrations des vitraux de la «  Michelin House  » à Londres, au 81, Fulham Road à Chelsea.

28c. 1910
Il transpose ses dessins en «  Vues sur verre en couleurs pour lanterne magique  » ( Histoire sans paroles ( 24 plaques ) et Dessins militaires ( 6 plaques )).
Il réalise aussi une série d’animations sur pellicule dénommées «  Films chromo-comiques  », destinées à la «  lanterne magique cinématographe  » éditée par Lapierre-Demaria ( ou Lapierre-Cinéma ).
Cette série de petits films pour lanterne magique cinématographe s’intéresse à des thèmes de la vie quotidienne, de jeux du cirque, de la magie ou de gags burlesques. Elle comprend les films suivants  : «  Le gras normand  », «  La petite bretonne  », «  Les clowns  ».

291911
Illustration du traité pratique de natation et de sauvetage par Blache, La natation, Paris, Garnier frères, 1911
Réalisation de l’affiche Michelin «  Le meilleur, le moins cher  ».

301912
Marius O’Galop, Curiosité et coquetterie, ( planches d’Épinal ), Nancy, Pellerin et cie, 1912.
Naissance de leur second fils  : Pierre Christian Jean Rossillon ( Paris 1912 – Bezenac 1966 )
Réalisation du premier dessin animé  : le Chinois et le Bourriquot articulé.

311913
Marius O’Galop réalise une publicité «  La bicyclette à travers les âges  ».

321915
Il se lance dans la création de jouet  : des animaux dont les têtes, les pattes et les queues sont interchangeables et invente un jeu de stratégie militaire  : le Quatrarmes ( 1915 ).
Il dessine des couvertures de cahier d’écolier, des albums de coloriage pour enfants.
Marius O’Galop, la Guerre 1914-1915 en images  : faits, combats, épisodes, récits et Pendant et après la bataille de la Marne, ( planches d’Épinal ), Nancy, Pellerin et cie, 1915-1920.
Il réalise une seconde série de films d’animations sur pellicule dénommés «  Films chromo-comiques  » pour Lapierre-Demaria ( ou Lapierre-cinéma ). Cette série comprend une animation de Charlot.

331918-19
On situe à cette date ses premières collaborations avec le docteur Comandon qui travaille avec la firme Pathé depuis deux ans. Le scientifique réalise des films de propagande sur les méfaits de l’alcoolisme, la tuberculose, la syphilis…
Marius O’Galop réalise le Taudis doit être vaincu, On doit le dire, etc. et met en scène pour la première fois ses personnages de Touchatout dans Touchatout ami des bêtes et Bécassotte dans Bécassotte bonne à Quimper.
Il publie un article le 2 Novembre 1918 dans «  Les affaires et l’affiche  » sur le métier d’affichiste.

341920
Jean Rosnil, Le Capitaine des Cranequiniers, illustrations O’Galop, Paris, Garnier frères [s.d., c.1920  ?].
O’Galop. L’auto K.6.0.20., Paris, Garnier frères s.d. [c.1910-1930  ?]
O’Galop. Les Aventures d’une poupée, Paris, Garnier frères, [s.d., c.1920  ?].
Pour Robert Lortac il dessine un film d’animation publicitaire pour le Gaz  : le Blanc et le Noir.

  • 1 Raymond Maillet, «  Les pionniers français du cinéma d’animation  », Écran n° 11, janvier 1973.

351921
Il publie dans Cinémagazine deux arti- cles, le premier paraît dans le n° 3, de février 1921, intitulé «  Comment on fait un dessin animé  » et le second dans le n° 35, de septembre 1921 «  La Publicité par le dessin animé  ». O’Galop se définit lui même comme un «  artistronome dessinémateur  ». Réalisation pour Lortac des premières publicités animés pour Gibbs.
Adaptation des Fables de la Fontaine en dessins animés, probablement à la demande de Louis Forest, pour la société Éclair, avec lequel il a collaboré à la réalisation des Mystères du Ciel.
«  On lui doit […] ainsi que quelques films de la série produite par Louis Forest pour Éclair, d’après les fables du bon Monsieur de la Fontaine  : le Corbeau et le Renard, le Lièvre et la Tortue, […] le Loup et la Cigogne, le Rat des villes et le Rat des champs…  »1.

361922
Il réalise une adaptation ambitieuse du Petit Poucet ( 300 mètres ).

371923
Ses dessins animés sont adaptés en Pathé-Baby.
Il réalise un film d’animation publicitaire Sauvé par Bibendum pour la société Michelin.
Poursuit la réalisation des Becassotte avec Bécassotte et le papillon.

381924
Il expose au Musée Galliera, pour l’Exposition «  l’Art dans le cinéma français  », les dessins préparatoires du «  Pigeon vole  », dessins qui illustrent son article sur le dessin animé paru dans Cinémagazine en 1921.

391925
Jean Rosnil, Moussette (Mémoires d’une chatte), illustrations, O’Galop. Gedalge, 1925.

401927
Réalisation du logo animé pour la société Publi-Ciné.
Ce logo est repris pour illustrer le procédé de publicité lumineuse dont le Brevet est déposé en juillet 1931 par Lortac.

41Il abandonne la réalisation de films après avoir réalisé une quarantaine de courts métrages.
Georges Clavigny, L’Arche de Noé, illustrations O’Galop, Paris, Albin Michel, 1927.
O’Galop. L’Illustre docteur Méli-Mélo à la ferme, Paris, ( album ), Albin Michel, 1927.
O’Galop. L’Illustre docteur Méli-Mélo au Sahara, Paris, ( album ), Albin Michel, 1927.

421928
Dominique Bonnaud, La Fontaine pour rire, 15 fables de Dominique Bonnaud, illustrations O’Galop, Paris, Delagrave, 1928.
Léon Gozlan, les Émotions de Polydore Marasquin. illustrations O’Galop. Paris, Hachette, 1928.
Émile Hinzelin, Récits mythologiques. Le Sphinx. Le Troupeau de Circé. Du Lion de Némée au Taureau de Crète. Les Sirènes, illustrations Benjamin Rabier et O’Galop. Paris, Delagrave, 1928.
O’Galop. Alphabet des animaux ( grosses bêtes ), ( album ), Paris, Albin Michel, 1928.

431929
O’Galop. Le Monde à l’envers, ( album ), Paris, G. Gérardin, 1929.

441930
O’Galop, Les Mémoires de Coin-Coin, Paris, Albin Michel, s.d. [1930].
Georges Clavigny, L’Arche de Noé, illustrations O’Galop, Paris, Albin Michel [c.1930  ?]
O’Galop. Janot lapin s’amuse, s.l.n.d. [c.1930  ?]

451931
Francis Warrington Dawson, Les Aventures de Buz et Fury. illustrations O’Galop, Paris, Albin Michel, 1931.
O’Galop. Le Tour du monde en 80 minutes, les aventures drôlatiques de Marius à l’Exposition coloniale, Paris, Albin Michel, 1931.

461936
O’Galop. Alphabet des animaux ( petites bêtes ), Paris, [Albin Michel], 1936.

471937
Mariage de son second fils, Pierre Rossillon avec Paulette Brunet à Montmartre.

481938
Son épouse Christine Rossillon meurt le 12 Avril 1938, au 33 bis rue Lamarck à Montmartre.

491939
O’Galop quitte définitivement Paris. Il vend ses aquarelles, son mobilier sur le trottoir devant son atelier et rejoint son fils à Douai qui est ingénieur aux usines Arbel ( locomotive ).
Il est amputé de sa jambe gauche suite à un accident de vélo.

50De 1939 à 1946
Il réside en Dordogne dans son atelier de Beynac, puis à Bezenac auprès de sa belle fille Paulette Rossillon. Il réalise une série d’aquarelles dites «  vitaminées  » pour nourrir sa famille. Il décède le 2 janvier 1946 à l’hospice de St Rome à Carsac-Aillac en Dordogne.

  • 2 Raymond Maillet, «  Les pionniers français du cinéma d’animation  », art. cit.

51Pour Raymond Maillet, O’Galop était un «  personnage singulier, autoritaire et facétieux, suffisamment fantaisiste pour être surnommé Grand-père Zig le personnage d’Alexandre Breffort par ses proches  »2.

Haut de page

Notes

1 Raymond Maillet, «  Les pionniers français du cinéma d’animation  », Écran n° 11, janvier 1973.

2 Raymond Maillet, «  Les pionniers français du cinéma d’animation  », art. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Faye et Valérie Vignaux, « Marius Rossillon (1867-1946) dit O'Galop », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 59 | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://1895.revues.org/3940 ; DOI : 10.4000/1895.3940

Haut de page

Auteurs

Marc Faye

 

Marc Faye est auteur réalisateur de courts-métrages d’animation et documentaires de création. En 2006, Il a créé sa société de productions de films, Novanima (www.novanima.fr). Il est membre fondateur de l’Association des producteurs de films en Aquitaine (APC2A) et participe en tant que lecteur à différentes commissions d’aides à la production en Région (Limousin et Centre). En 2009, il écrit et réalise, « O’Galop », un documentaire « animé » qui explore l’univers de son arrière grand-père, pionnier du cinéma d’animation et inventeur du Bibendum Michelin.

 

 

Marc Faye is an animation and documentary filmmaker. In 2006, he set up his own production company Novanima (www.novanima.fr). He is a founding member of the Association des producteurs de films en Aquitaine (APC2A) and works as a consultant for various regional film subsidy commissions (Limousin et Centre). In 2009, he wrote and made « O’Galop », an animated documentary that explores the universe of his great grandfather, pioneer of film animation and inventor of the Michelin Bibendum.

Valérie Vignaux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page